Biographie

Gérard Bon (alias G.M. Bon) est né à Nice en 1951. Dès l'âge de 14ans, déjà attiré par le métier de journalisme, il crée un journal de quartier "L'Ours Brun" où il s'entend déjà à écrire sur certaines affaires politico-judiciaires qui se sont vues très rapidement étouffées par les autorités...

Devenu journaliste (pour de vrai !) après études à l'École Supérieure de Journalisme" de Lille, il se spécialise dans les questions de police et de justice. En 1979, il a l'occasion de suivre une "affaire", celle du "Bar du Téléphone"  à Marseille, et, à partir de cette histoire réelle, il écrit des années plus tard, un premier roman de fiction. L'idée lui est venue à la suite de plusieurs évènements que la Presse n'a pu couvrir, les journalistes ayant été évincés sous prétexte « qu'il n'y avait rien à voir, rien à dire...»  Un journaliste du "Figaro Littéraire" a été écarté de la direction du journal, pour avoir laissé entendre que le gouvernement préférait enterrer certains dossiers "chauds"... Gérard Bon fait une carrière de reporter à "l'Agence Reuters" depuis une vingtaine d'année et vit à Paris.

En 2003, la première enquête de l'inspecteur Cavalier est publiée sous le pseudonyme de G.M. Bon, Bar de la Poste, Marseille aux Éditions de L'Ecailler du Sud, (comme il se devait !). Ce personnage du policier, un vieux flic qui croit encore dans sa fonction première, faire éclater la vérité, toutes les vérités et qui ne s'avoue jamais vaincu, (bien qu'il finisse par perdre ses illusions...) permet à l'auteur de refaire certaines enquêtes qui n'ont jamais abouti (et pour cause ! ). G.M Bon connaît des dizaines de dossiers comme celui du "Bar du Téléphone" qui ont rejoint les étagères des affaires classées sans suite, voire enterrées, inexpliquées. C'est donc pour pallier à ses frustrations de journaliste qu'il décide d'écrire des romans policiers.    

En 2004, suit Contes cruels, Toulouse (toujours chez L'Écailler du Sud), deuxième roman de fiction qui reprend des affaires bien réelles qui se sont déroulées à Toulouse (où il ne se passe jamais rien, où il n'y a pas "d'Affaires"...), une occasion pour G.M Bon de faire découvrir la ville aux lecteurs, comme il l'a fait avec Marseille. Marseille où il revient avec son troisième roman, A las cinco de la tarde, publié en 2006. Un titre original pour cette nouvelle aventure de l'inspecteur Cavalier, mais qui laisse entrevoir une autre passion de l'auteur, les voyages, et surtout l'Amérique du Sud, dont il reprend certaines expressions dans ce dernier livre.

Dans chacun de ces trois romans de fiction, Cavalier évolue dans un environnement, où les personnages rencontrés ont réellement existé: le célèbre commissaire du GIPN de Marseille (auteur lui-même d'une série pour la télévision !) et de non moins célèbres truands qui ont tous, un jour fait la Une des journaux. De par son métier de journaliste et la documentation qu'il a accumulée, G.M Bon sait d'autant mieux rendre ses récits très crédibles, et il a su prêter au personnage de Cavalier, des qualités, des sentiments, des réflexions qui en font un bonhomme très attachant.

Le personnage de Cavalier et ses enquêtes, fait entrer G.M. Bon dans la cour des grands auteurs du genre, même s'il se défend d'être un auteur! 

(Sources: Éd. L'Écailler /mgrb.org )

Elleon

~~~

# N.B: En 2012, G.M. Bon redevient Gérard Bon pour signer ses derniers romans

~~~

Résumés

  1. Ci-gît mon frère (Éd. La Manufacture de Livres - 2012)
  2. Le fasciste et le président (Éd. L'Écailler - 2012)
  3. Retour à Marseille (Éd. La Manufacture de Livres - 2016)

~

Sous le pseudonyme de G.M. Bon

Série L'inspecteur Cavalier

  1. A las cinco de la tarde (Éd. L'Écailler du Sud - 2006)
  2. Bar de la Poste, Marseille(Éd. L'Écailler du Sud- 2003)
  3. Contes cruels, Toulouse(Éd. L'Écailler du Sud - 2004)

~

Autre titre

  • Vida triste

 Bonne lecture