07 janvier 2008

Traitement de choc

de James Hadley Chase

traitement_de_choc

Je gagnais mon boeuf en installant des télés.

Lui, un ancien prof de tennis, il tuait le temps en regardant le petit écran: il était paralysé à la suite d'un accident. Quant à elle, la belle garce, elle préférait les jeux de mains aux miracles de l'électronique.

II était jaloux, elle était chaude, j'étais disponible. En plus, ils étaient riches.

Alors, quand elle me proposa de l'aider à pratiquer une certaine euthanasie...

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1958)

Posté par Krri à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Tirez la chevillette !

de James Hadley Chase

tirez_la_chevillette

Cooper alla répondre au téléphone dans la pièce voisine et la blonde me murmura à l'oreille :

— Magne-toi, Toto ! Ce vieux dégoûtant m'a promis un collier de perles ! Des fois qu'il changerait d'idée.

— Vous bilez pas !

Je me mis au travail et, en moins de deux, j'ouvris le coffre-fort. Sur trois rayons s'entassaient des billets de cent dollars. La blonde se pencha. Son haleine me chatouilla le cou.

— Oh ! Funérailles ! s'écria-t-elle. Qu'est-ce qu'on attend pour se servir ?

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1960)

Posté par Krri à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Simple question de temps

de James Hadley Chase

"Alors, la vieille, faudrait peut-être songer à passer l'arme à gauche un de ces jours. On est patients, mais tout de même..."

Voilà ce que pensaient les trois personnes qui formaient l'entourage immédiat de la richissime Mme Morely-Johnson. Son chauffeur, Bromhead, anglais distingué et faussaire de génie, Sheila Oldhill, sa dame de compagnie, charmante et dévouée, enfin le séduisant Patterson, son banquier qui s'était fait piéger en beauté dans cette combine.

Mais il existe des gens assez dingues pour ne pas aimer l'argent. Et des vieilles dames qui ont la vie dure.

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1971)

Posté par Krri à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Signé La Tortue

de James Hadley Chase

sign__la_tortueQui aurait pu établir un lien entre l'un des dix-sept quartiers de la ville de Sienne et le mystérieux spécialiste de l'extorsion de fonds qui signe ses menaces de mort "La Tortue" ?

Et avoir l'idée de remonter au XVe siècle pour découvrir le principal mobile de tous les assassinats portant sa signature ? Certainement pas la police...

Mais Don Micklem est obstiné et son flair va le conduire tout droit dans... la gueule de la Tortue.

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1956)

Posté par Krri à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rien ne sert de mourir

de James Hadley Chase

rien_ne_sert_de_mourir

Ce cher M. Maurer, chef de gang style assassinats en tout genre, semblait avoir pour habitude d'ouvrir le ventre de ses victimes.

Sans doute considérait-il qu'une personne dont le bide est béant est incapable d'ouvrir sa grande gueule. Mais ça ne faisait pas l'affaire de Paul Conrad, enquêteur du bureau du D.A. qui, justement, cherchait des témoins loquaces pour confondre Maure...

Et le plus rageant, c'était que la propre femme de Conrad fréquentait la boîte du truand !

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1954)

Posté par Krri à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Retour de manivelle

de James Hadley Chase

retour_de_manivelle

Elle s'était approchée du bar pour se trouver en pleine lumière. J'eus un aperçu de ses charmes sous les plis vaporeux de son déshabillé.

— D'accord, j'accepte ce boulot, dis-je en faisant un effort terrible pour ne plus la regarder.

À ce moment-là, il me semblait que c'était une occasion qui me vaudrait pas mal de bon temps. Mais ça ne devait pas se passer comme ça. Quand on se laisse doubler par une belle souris, ça ne se passe jamais comme on se l'imagine...

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1956)

Posté par Krri à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Question de flair

de James Hadley Chase

question_de_flair

Russ Hamel, romancier multimillionnaire, a pour épouse Nancy, de vingt ans sa cadette (de ses soucis). Et pourtant, à cause d'elle, il en connaîtra des ennuis. Avec son amant, elle appartient aux Brigades Rouges.

Survient un petit privé minable, vrai panier percé, aimant beaucoup l'argent, qui flaire le gros coup. Il en prend surtout plein la gueule...

Éditions GALLIMARD

Posté par Krri à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Qu'est-ce qu'on déguste !

de James Hadley Chase

qu_est_ce_qu_on_d_guste

On a beau être un Don Quichotte, quand on prend en photo une rouquine beaucoup trop belle pour avoir la vertu de Dulcinée, l'eau vous monte à la bouche...

Et quand on a été obligé pour ça de se planquer derrière un orgue de salon, reporter ou pas, on réfléchit... On se demande qui c'est, au juste, ce mystérieux M. Morgan qui vous a engagé pour tripoter l'objectif.

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1950)        

Posté par Krri à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pochette surprise

de James Hadley Chase

pochette_surpriseLa porte s'ouvrit sur un petit homme trapu. II avait l'oreille droite repliée contre la tempe. À un moment quelconque de sa carrière, il avait dû recevoir une enclume sur la tête. Son nez aplati lui couvrait tout le visage.

– Regardez bien cet homme, Hertz, dit Creedy. Je veux que vous vous souveniez de lui. Je vous demanderai peut-être un jour de vous occuper de lui.

Hertz se retourna et me dévisagea. Ses petits yeux de gorille vexé me détaillèrent, mais son visage mutilé demeura impénétrable. D'une voix basse et rauque, il dit enfin:

– Je le reconnaîtrai, patron.

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1957)

Posté par Krri à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Planque-toi à la morgue

de James Hadley Chase

planque_toi___la_morgue

Les enlèvements en Italie, on ne les compte plus, mais le milliardaire Carlo Grandi a une autre raison pour tenir sa fille, Gina, enfermée derrière une barrière électrifiée, et gardée par deux tireurs d'élite dans une somptueuse villa de Paradise City. Mike Frost obtient la place de second garde. Des truands, qui veulent enlever Gina, le persuadent d'être leur complice.

Vingt millions de dollars de rançon, c'est un gros morceau à arracher et, lorsqu'on vise trop haut, on a toutes les chances de se faire descendre, même par des petits calibres... 

À bout portant.

Éditions GALLIMARD

Posté par Krri à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]