Biographie

Sam Bourne est le pseudonyme qu'utilise le fameux journaliste, Jonathan Freedland, né en 1967 en Angleterre.

Entre 1986 et 1990, il étudie les Sciences Politiques, Économiques et la Philosophie à l'Université d'Oxford, au Collège Wadham. Une première expérience de reporter, pendant ses études, lui fait choisir définitivement la carrière de journaliste, qu'il commence au "Whashington Post" en 1992, pour enchaîner comme reporter pour "BBC News" puis correspondant à Whashington pour "the Guardian". Depuis 1997, Jonathan Freedland est rédacteur et chroniqueur éditorial au "Guardian", à Londres, parallèlement, il rédige des chroniques pour "The London Evening Standard" et écrit la lettre mensuelle de "Jewish Chronicle". Passionné d'Histoire, il présente dans le cadre de l'émission "The long view" une série de récits historiques contemporains. Pour son travail de journaliste, Jonathan Freedland a reçu de nombreuses récompenses, "The Laurence Stern Fellowship" pour ses articles au "Whashington Post", nommé aussi le meilleur analyste politique par le "Financial Times" et meilleur chroniqueur de l'année 2002 avec la remise d'un "What the papers say Award".

Sous le nom de Jonathan Freedland, il est déjà connu pour deux ouvrages littéraires à connotation historique, le premier, "Bring home the revolution", pour lequel il se voit remettre "The Somerset Maugham Prize for non-fiction", puis c'est à la mémoire de sa famille qu'il écrit "Jacob's gift", qui paraît en 2005, l'histoire de trois générations de juifs, au travers de laquelle, le journaliste  pose la question de l'identité juive dans le monde actuel.

C'est en 2006 que paraît un thriller historico-policier, "The righteous men", sous le nom de Sam Bourne, écrit de la main de Jonathan Freedland, qui préfère écrire en tant que romancier sous un nom d'emprunt, afin de bien différencier son travail de journaliste et celui d'écrivain de romans. Ce premier thriller est qualifié de  « ... meilleur thriller que j'ai jamais lu ...» par Piers Morgan et le journal "The Mirror" va jusqu'à poser Sam Bourne comme le plus grand, sinon le plus dangereux concurrent de Dan Brown...En France, les Éditions Plon, le publient sous le titre Maudits soient les Justes, en 2006 (même année qu'en Angleterre ?). L'auteur y met en scène  un jeune journaliste  confronté à une série de meurtres, dont les responsables appartiennent à une mystérieuse secte, et, au fil du roman, Sam Bourne en profite pour réécrire quelques lignes de l'Histoire, grande spécialité du journaliste, Jonathan Freedland.

Déjà un second thriller de Sam Bourne est sorti en Angleterre en 2007, "The last testament", dont le protagoniste  ou plutôt la, travaille comme journaliste, et dans lequel s'exprime largement les penchants de l'auteur pour la Politique et l'Histoire...  (Mais là, pour la parution française, il semble que les éditeurs ne se bousculent pas alors que deux autres romans ont suivi depuis "The last testament": "The final reckoning" - 2008, " The chosen one" - 2010 et, signé du nom de Jonathan Freeland: "Pantheon" - 2012 ) 

(Sources: Wikipedia / sambourne. /krimi-couch. )

Elleon(Mise à jour 04/2015)

~

Résumé

  1. Maudits soient les Justes (Éd. Plon - 2006) 

 Bonne lecture