06 février 2008

Le magicien des miroirs

de Philipp Vandenberg

le magicien des miroirs

Au xve siècle, Michel Melzer, miroitier de Mayence, cherche fortune à Constantinople, en compagnie de sa fille muette. Il est venu y vendre ces miroirs ruineux dans la fabrication desquels il excelle et qui passent, à l'époque, pour des objets magiques.

Là, au carrefour de l'Orient et de l'Occident, il fait par hasard une découverte extraordinaire, celle de l'Art noir - nom que l'on donnera longtemps à l'imprimerie. L'Occident ignore encore cette manière nouvelle de reproduire l'écriture à l'infini.

Les maîtres du monde sont alors partagés entre l'inquiétude et la convoitise. Chacun veut être le seul à posséder l'imprimerie, incomparable instrument de pouvoir par le contrôle des esprits. La fièvre de l'Art noir déclenche alors ambitions, rivalités et meurtres.

Et Melzer, premier maître de la composition en caractères mobiles, se trouve pris aux filets de leurs intrigues, projeté dans un fuligineux sillage d'or et de sang. Et s'il n'était que la proie de la politique! L'amour d'une belle luthiste vient bientôt tourmenter ce magicien malgré lui...

Éditions J.C. LATTÈS

Posté par Krri à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le cinquième Évangile

de Philipp Vandenberg

le 5e evangile

Un précieux parchemin portant une inscription en copte a disparu de la collection d’un marchand d’art qui vient de décéder dans un accident de voiture.

Lorsque sa femme, la jeune et séduisante Anne von Seydlitz, cherche à faire la lumière sur cette affaire, elle se rend rapidement compte que pour obtenir le parchemin, plusieurs sociétés secrètes sont prêtes à payer très cher. Y compris en faisant couler le sang.

Le parchemin disparu se révèle en effet être une relique extrêmement précieuse qui permettrait de découvrir l’Evangile perdu écrit par Barrabas, le seul témoin oculaire de la vie et de la mort du Christ.

Le seul aussi à raconter une vérité longtemps dissimulée sur Jésus…

Éditions CITY

Posté par Krri à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La malédiction d'Imhotep

de Philipp Vandenberg

la malediction d'imhotep

Personne n'est jamais parvenu à retrouver l'ultime demeure d'Imhotep, constructeur des plus belles pyramides, ministre du prestigieux pharaon Djoser, médecin (les Grecs l'avaient assimilé à Asclépios), Grand Prêtre, thaumaturge, et déjà déifié de son vivant.

Tout le monde rêve pourtant de connaître avec Imhotep la fortune de Carter, le découvreur du tombeau de Toutânkhamon...

À partir de ce mystère archéologique, l'auteur a bâti une fabuleuse aventure où le héros, Omar Moussa, modeste petit " promeneur de touristes ", va jouer un rôle capital et se trouver confronté - malgré lui - à des pilleurs de tombeaux, des nationalistes islamistes, et des espions du monde entier. Car la lutte est sans merci pour reconstituer morceau après morceau un puzzle de basalte qui donnera la clé du fameux tombeau...

Éditions J.C LATTÈS


Après le succès de La Conjuration de la Sixtine, Philipp Vandenberg nous entraîne dans un nouveau thriller archéologique palpitant.


Posté par Krri à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La conjuration de la Sixtine

de Philipp Vandenberg

la conjuration de la sixtine

Rome, de nos jours. Prélats avides de pouvoir, membres de la loge P2, politiciens liés à la Mafia, ou encore certains banquiers juifs autrefois victimes des nazis composent la part d'ombre de la Ville éternelle, sa vie souterraine.

Mais les coulisses du Vatican, elles, sont hantées par des fantômes venus du fond des âges. De mystérieuses inscriptions, découvertes lors de la restauration des fresques de la Sixtine, laissent vite pressentir un séisme. Elles signeraient la vengeance du génial Michel-Ange contre les papes qui le firent tant souffrir.

Alors que la curie veut étouffer l'affaire, le cardinal Jellinek, pour faire toute la vérité, enquête au coeur des archives pontificales. Quitte à ébranler à jamais l'Eglise. Dans un tourbillon où l'on passe de l'atelier de Buonarroti, du vivant de l'artiste, à la chambre d'agonie de Jean-Paul 1er, où se mêlent kabbalistes médiévaux et savants contemporains, ou se télescopent saints d'hier et criminels d'aujourd'hui, un manuscrit inconnu, la très secrète Prophétie de Jérémie, va permettre à Jellinek de remonter le temps jusqu'aux origines du christianisme.

Et jusqu'a la plus inattendue et la plus terrible des révélations...

Éditions J.C. LATTÈS

Posté par Krri à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

VANDENBERG, Philipp

Biographie

Pseudonyme de Hans Dietrich Hartel né à Breslau en 1941. Historien d'art, Philipp Vandenberg est journaliste et romancier, auteur de La malédiction d'Imhotep, "Néfertiti", "Le pharaon oublié".

~

Résumés

  1. La conjuration de la Sixtine (J.C. Lattès - 1997)
  2. La malédiction d'Imhotep (J.C. Lattès - 1998)
  3. Le cinquième Évangile (Éd.City - 2007)
  4. Le huitième péché (Éd.City - 2009)
  5. Le magicien des miroirs (J.C. Lattès - 2000)
  6. Les conjurés de pierre (Éd.City - 2006)

~

Autres titres

  • Nefertiti
  • Neron, empereur et dieu, artiste et bouffon
  • Ramsès II
  • Toutankhamon

Bonne lecture

Posté par Krri à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sam BOURNE

Biographie

Sam Bourne est le pseudonyme qu'utilise le fameux journaliste, Jonathan Freedland, né en 1967 en Angleterre.

Entre 1986 et 1990, il étudie les Sciences Politiques, Économiques et la Philosophie à l'Université d'Oxford, au Collège Wadham. Une première expérience de reporter, pendant ses études, lui fait choisir définitivement la carrière de journaliste, qu'il commence au "Whashington Post" en 1992, pour enchaîner comme reporter pour "BBC News" puis correspondant à Whashington pour "the Guardian". Depuis 1997, Jonathan Freedland est rédacteur et chroniqueur éditorial au "Guardian", à Londres, parallèlement, il rédige des chroniques pour "The London Evening Standard" et écrit la lettre mensuelle de "Jewish Chronicle". Passionné d'Histoire, il présente dans le cadre de l'émission "The long view" une série de récits historiques contemporains. Pour son travail de journaliste, Jonathan Freedland a reçu de nombreuses récompenses, "The Laurence Stern Fellowship" pour ses articles au "Whashington Post", nommé aussi le meilleur analyste politique par le "Financial Times" et meilleur chroniqueur de l'année 2002 avec la remise d'un "What the papers say Award".

Sous le nom de Jonathan Freedland, il est déjà connu pour deux ouvrages littéraires à connotation historique, le premier, "Bring home the revolution", pour lequel il se voit remettre "The Somerset Maugham Prize for non-fiction", puis c'est à la mémoire de sa famille qu'il écrit "Jacob's gift", qui paraît en 2005, l'histoire de trois générations de juifs, au travers de laquelle, le journaliste  pose la question de l'identité juive dans le monde actuel.

C'est en 2006 que paraît un thriller historico-policier, "The righteous men", sous le nom de Sam Bourne, écrit de la main de Jonathan Freedland, qui préfère écrire en tant que romancier sous un nom d'emprunt, afin de bien différencier son travail de journaliste et celui d'écrivain de romans. Ce premier thriller est qualifié de  « ... meilleur thriller que j'ai jamais lu ...» par Piers Morgan et le journal "The Mirror" va jusqu'à poser Sam Bourne comme le plus grand, sinon le plus dangereux concurrent de Dan Brown...En France, les Éditions Plon, le publient sous le titre Maudits soient les Justes, en 2006 (même année qu'en Angleterre ?). L'auteur y met en scène  un jeune journaliste  confronté à une série de meurtres, dont les responsables appartiennent à une mystérieuse secte, et, au fil du roman, Sam Bourne en profite pour réécrire quelques lignes de l'Histoire, grande spécialité du journaliste, Jonathan Freedland.

Déjà un second thriller de Sam Bourne est sorti en Angleterre en 2007, "The last testament", dont le protagoniste  ou plutôt la, travaille comme journaliste, et dans lequel s'exprime largement les penchants de l'auteur pour la Politique et l'Histoire...  (Mais là, pour la parution française, il semble que les éditeurs ne se bousculent pas alors que deux autres romans ont suivi depuis "The last testament": "The final reckoning" - 2008, " The chosen one" - 2010 et, signé du nom de Jonathan Freeland: "Pantheon" - 2012 ) 

(Sources: Wikipedia / sambourne. /krimi-couch. )

Elleon(Mise à jour 04/2015)

~

Résumé

  1. Maudits soient les Justes (Éd. Plon - 2006) 

 Bonne lecture

Posté par elleon à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Giles BLUNT

Biographie

Giles Blunt naît en 1952 à Windsor en Ontario, de parents britanniques, très attachés à leur culture et leur langue dont le petit Giles doit respecter la prononciation, ce qui lui vaut quelques difficultés à s'intégrer à l'école où il est admis: son accent "very british" le mettant au ban des garçons de son âge. D'autant plus difficile que ses parents partent pour une petite ville, vers le Nord, North Bay, alors qu'il n'a que dix ans. Durant toute cette période de sa vie, jamais il ne réussira à se sentir véritablement Canadien. Après ses études secondaires, il part pour l'Université à Toronto, où il étudie la Littérature anglaise, il sait déjà qu'il veut devenir écrivain, mais le chemin est long jusqu'au succès de son premier livre.

Déjà pendant ses études, il écrit des poèmes, quelques uns sont d'ailleurs publiés dans des revues comme "Grain" ou "Poetry Canada".  Il écrit aussi un premier livre, fortement inspiré de Samuel Beckett, qui ne sera jamais publié (au grand soulagement rétrospectif de l'auteur). Il commence  donc dans la vie active comme "travailleur social",  puis le désir d'écrire l'emporte sur la sagesse, qui consiste à garder un travail stable, mais en 1980, il quitte le Canada pour New-York, où il restera un peu plus de vingt ans.

Giles Blunt s'est tourné vers l'écriture de scénarios, pensant qu'il est plus facile de percer dans ce genre, mais là encore, cela n'est pas si facile et il doit  "manger", alors, après une courte formation, il se retrouve barman, serveur dans des restaurants et accepte tous les petits boulots qu'on lui propose; il garde de cette période, de bons et de beaucoup moins bons souvenirs.

Des petits scénarios peuvent amener à de plus grands, Giles Blunt propose un script pour une série de télévision, "Law and order", qui est retenu, puis il signe un contrat pour la série "Night Heat" et il écrit le pilote d'une autre série "Diamonds". Mais le travail de scénariste n'est pas si simple, il doit se plier aux exigences des producteurs, des réalisateurs, ce qui ne se fait pas sans heurts. Le scénario dont il reste le plus fier est celui qu'il a co-écrit pour la série "Law and order" avec Robert Nathan, l'homme qui,  pour Giles Blunt, est le plus intelligent de tous ceux qu'il a rencontrés dans le monde de la télévision.

Il délaisse alors l'écriture de scénarios pour s'attaquer à l'écriture d'un roman qui se voit publié au début de l'année 1990, "Cold eye" (Le témoin privilégié) dans lequel il raconte l'histoire d'un peintre qui a vendu son âme au diable.  Une grande maison de production américaine en achète les droits, mais après quelques nouvelles difficultés, c'est le réalisateur français, Alain Jessua qui en fera un film, sous le titre "Les couleurs du diable", sorti en 1997.  Pourtant, le livre lui-même, malgré quelques bonnes critiques et une publication dans six pays, reste un fiasco financier. Il s'arrête alors d'écrire pendant quelques mois, passe son temps à jouer de la guitare, puis se lance dans l'écriture d'un nouveau roman, dont il situe l'action au Canada, pays vers lequel il repart en 2000, pour s'installer à Toronto,  laissant derrière lui ses espoirs de réussite dans les scénarios de séries américaines.

Le succès littéraire arrive enfin avec un roman policier, "Forty words for sorrow", récompensé par un "Macallan Silver Dagger" remis par "The British Crime Writers" en 2001, traduit en neuf langues, faisant ainsi connaître l'auteur dans le monde entier. En France, les Éditions Du Masque le publient en 2003, sous le titre Quarante mots pour la neige, dans lequel livre nous faisons connaissance avec le héros John Cardinal, inspecteur à la brigade criminelle d'Algonquin Bay, une petite ville née de l'imagination de l'auteur, mais qui ressemble à s'y méprendre à North Bay, la ville de son enfance, à laquelle, tout compte fait il semble bien que le petit "anglais" soit resté attaché. La série avec John Cardinal se poursuit avec "Delicate Storm" qui paraît en 2002, le livre est de nouveau acclamé par les critiques et récompensé par "The Arthur Ellis Award from The Crime Writers of Canada", proposé à d'autres  prestigieuses nominations et traduit en neuf langues.

En France, c'est sous le titre Sous un ciel de tempête que les Éditions du Masque le font paraître en 2005, suivi du troisième de la série Surgie de nulle part en 2007, ("Black fly season"- 2005). Un quatrième livre "By the time, you read this", est d'ores et déjà sorti au Canada et au Royaume-Uni, qui poursuit les aventures de John Cardinal, enquêtes criminelles toutes plus terribles les unes que les autres, mais aussi les péripéties de la vie d'un homme, tout simplement, dans la petite ville d'Algonquin Bay, au fil des saisons du Nord canadien. En France, la série s'arrête avec le 4ème opus alors qu'outre Atlmantique, deux autres suivent: "Crime Machine" (2010) et "Until the night"  (2012)(traduits cependant dans certains pays européens)

Giles Blunt a réussi son rêve, devenir écrivain, et, quand il n'écrit pas, il se prend à  jouer de la guitare et chanter avec des amis dans les restaurants de sa ville.

(Sources: Wikipedia / fantasticfiction. /gilesblunt. )

Elleon (Mise à jour 04/2015)

~~~

Résumés

  1. Le témoin privilégié (Éd. Albin Michel - 1991)

~

Série John Cardinal

  1. Quand tu liras ces mots (T-4)(Éd. Du Masque - 2008)
  2. Quarante mots pour la neige (T-1)(Éd. Du Masque - 2003)
  3. Sous un ciel de tempête (T-2)(Éd. Du Masque - 2005)
  4. Surgie de nulle part (T-3)(Éd. Du Masque - 2007)

 Bonne lecture

Posté par elleon à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]