1899- 1982

Biographie

William Riley Burnett (et non Richard...), plus connu sous le nom de plume de W.R Burnett, est né en 1899 à Springfield dans l'Ohio. Son éducation et son instruction se poursuivent à l'Institut Militaire de Germantown puis à l'Université de Columbus dans l'Ohio, dont il est diplômé (?).  Il suit aussi pendant quelques temps, une formation de journaliste. Tout jeune déjà, il commence à écrire, remplissant des pages et des pages, avec pour seule ambition : devenir écrivain et, à 13 ans, il remporte le Premier Prix d'un concours de nouvelles. Grâce aux relations de sa famille (il descend d'une lignée d'hommes politiques, son grand-père fut maire de Columbus), William Riley se retrouve dans un bureau, à "l'Office des Statistiques" de l'Etat de l'Ohio, un travail guère passionnant mais le jeune homme se rattrape le soir en se plongeant dans les livres et en écrivant. (Il déclarera des années plus tard, avoir forgé son style en lisant Mérimée, Flaubert, Balzac et Maupassant (?)...)

A l'âge de 28 ans, il décide de changer le cours de sa vie. Déjà, il a écrit une dizaine de romans, des pièces de théâtre, des centaines de nouvelles, sans jamais être publié, faute d'éditeur... En 1927, William Riley Burnett arrive à Chicago, la ville des caïds et il éprouve alors le choc de sa vie en découvrant  « un monde de bruits et de fureur », un monde qui lui fournit d'emblée bien des sources d'inspiration. Il trouve un travail de gardien de nuit dans un hôtel  minable, dans un quartier où il côtoie des personnages singuliers: boxeurs, hooligans, chômeurs... C'est dans cette faune humaine, qu'il trouve le sujet de son livre "Little Ceasar", publié en 1929, un roman noir qui raconte la grandeur et la décadence d'un gangster, nommé Ceasar Bandello (traduit sous le titre français, Le Petit César  par un certain Marcel Duhamel qui créera la Série Noire chez l'éditeur Gallimard, en 1945). Le livre rencontre d'emblée un véritable succès et est adapté au cinéma dès 1931, par Mervyn Le Roy avec Edward G. Robinson dans le rôle principal, une performance d'acteur  inoubliable et un film culte dans l'Histoire du cinéma américain. Après ce premier succès, Wiliam Riley Burnett part pour Hollywood où l'attend une autre carrière, celle de scénariste-dialoguiste.

Il continue cependant d'écrire des romans, "Iron Man" (1932), un livre qui se déroule dans le milieu de la boxe, puis "Saint Johnson" (1932), un western qu'il écrit après un périple dans le grand Ouest américain, qui sera suivi de quelques autres, ces deux romans seront également portés à l'écran.  En 1930, W.R Burnett reçoit  la seule et unique récompense de sa vie, un "O. Henry Award for the best short story" pour "Dressing up", nouvelle publiée dans "Harper's Magazine" en 1929. Il écrit à cette époque à peu près un livre par an, des romans qui deviennent pratiquement tous des films, dont il fait souvent lui-même l'adaptation et il écrit ou co-écrit nombre de scénarios pour les plus grands réalisateurs.  Au début, les titres des films tirés de ses romans sont changés mais, très vite le titre original du livre devient celui de l'affiche, pour exemple : "Iron Man", "Badlanders" ou le célèbre "The Asphalt Jungle" (paru en 1949).

Entre 1929 et 1982, W.R. Burnett écrit 18 romans noirs, dont la fameuse trilogie de la ville, "The Asphalt Jungle" ( Quand la ville dort ) puis "Little men, big world", (Rien dans les manches ) et enfin, "Vanity show" qui donnera Donnant  donnant . L'auteur est alors comparé à Dashiell Hammet et James M.Cain, précurseurs du "Hard-boiled" et considéré comme l'un de ceux qui ont donné naissance au roman noir américain, avec cependant un style très personnel. W.R Burnett décrit des personnages tombés dans la criminalité sans que rien ne les y prédestine, pour lui, la moralité n'est pas forcément l'apanage des gardiens de l'ordre et de la justice, qui deviennent  "les méchants", mais plutôt celui des voyous, des criminels, des gangsters qui sont alors "les gentils".

Au total, l'oeuvre littéraire de W.R Burnett compte 36 livres, dont 18 romans divers (aventures, westerns ou sentimentaux), 18 romans noirs, dont les plus importants et marquants datent d'avant les années 50, les suivants ne sont pas retenus comme les meilleurs de l'auteur.  Il a également écrit nombre de nouvelles publiées dans "The Ellery Queen's Mystery Magazine" dont certaines ont également servies de support à des scénarios de films célèbres.

W.R. Burnett a commencé à travailler pour le cinéma dès 1932, avec les plus grands réalisateurs (John Huston, John Ford, Nicholas Ray...), les plus grands  acteurs et actrices (Humphrey Bogart, Ida Lupino, Paul Muni, Franck Sinatra, Marilyn Monroe, Steve Mac Queen...), sur des films qui laissent à jamais leur empreinte dans l'histoire du cinéma américain.  Il écrit ou collabore au scénarios de "Scarface" de Howard Hawks en 1932, "Tueurs à gages" de Franck Tuttle en 1942, "Les trois sergents" en 1961, ou bien "La grande évasion" de John Sturges, en 1963... (Film, ô combien célèbre, dont le scénario sera sur la liste des nommés aux oscars, mais seul Steve Mac Queen sera récompensé par l'oscar du meilleur acteur....). Outre ces oeuvres cinématographiques, plus d'une trentaine auxquelles W.R. Burnett a travaillé, il a aussi écrit quelques épisodes de téléfilms et des scénarios originaux pour la télévision et la radio, (on dit même qu'il aurait écrit quelques chansons ?).

En 1981, sa vue ayant beaucoup décliné, W.R Burnett cesse d'écrire, son dernier roman "Good Bye Chicago" est publié cette même année et il passe les derniers moments de sa vie à parcourir le pays pour faire la promotion des ses premiers romans. Il décède en 1982, à Santa Monica et repose au "Forest Town Memorial Park Cemetery" de Glendale en Californie.

En Europe, W.R. Burnett a toujours rencontré une grande popularité de la part du public; en France grâce aux Éditions Gallimard et Marcel Duhamel, les amateurs de la Série Noire ont pu découvrir les plus célèbres romans de cet auteur qui n'a jamais souhaité être classé dans un genre précis, reste que ses livres publiés en France sont avant tout les romans les plus noirs, parmi tous ceux qui ont marqué la naissance du "Hard-boiled" aux États-Unis.

(Sources: Wikipedia/.krimi-couch. /classiccrimefiction. /bernardschopen.tripod. )

 Elleon (Mise à jour 04/2015)

~~~

Résumés

  1. Dark Hazard (Éd. Folies d'Encre - 2011) etoile
  2. Du sport à la une (Éd. Gallimard - 1962)
  3. Fin de parcours (Éd. Rivages - 1989)
  4. Good-bye Chicago (Éd. Gallimard - 1981)
  5. High Sierra (Éd. 10/18 - 1990)
  6. King Cole (Éd. Rivages - 1988)
  7. Le petit César (Éd. Gallimard - 1948)
  8. Le Samson de l'Ouest (Éd. Gallimard - 1983)
  9. On efface tout (Éd. Gallimard - 1962)
  10. Rommelle (Éd. Rivages - 1987)
  11. Tête de lard (Éd. Gallimard - 1985)
  12. Un homme à la coule (Éd. Gallimard - 1984)

~

Trilogie de la Ville

  1. Donnant donnant (T-3)(Éd. Gallimard - 1983)
  2. Quand la ville dort (T-1)(Éd. Gallimard - 1967)
  3. Rien dans les manches (T-2)(Éd. Gallimard - 1970)

~

Autres titres

  • Iron man 
  • Le capitaine Lighfoot
  • Le pur-sang irlandais
  • Lune pâle
  • Terreur apache

Bonne lecture