15 juillet 2008

Vous souvenez-vous de Paco ?

de Exbrayat

vous_souvenez_vous_de_paco

L'inspecteur Miguel Lluji hait la racaille du Barrio Chino. 

Mais surtout, il hait Ignacio Villar, le caïd intouchable. Cela tourne même à l'obsession... 

Si Villar disparaissait, Barcelone respirerait mieux. C'est Villar qui a éventré le père de Miguel au cours d'une rafle. C'est encore lui qui a égorgé Paco, ce petit truand que l'inspecteur avait pris sous son aile, espérant l'arracher à la pègre... un peu comme s'il avait été son fils. 

Alors cette fois, Miguel est prêt à tout sacrifier pour avoir la peau de Villar: sa carrière, sa liberté, sa vie... Les assassins auront à se souvenir de Paco...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale (1958)

etoile Prix du Roman d'Aventures (1958)                                               

Posté par Krri à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Vous manquez de tenue, Archibald !

de Exbrayat

vous_manquez_de_tenue_archibald

Ruth Truksmore, bien qu'elle ne brûlât pas pour lui d'une flamme très vive, était fort heureuse de devenir lady en épousant le baronet sir Archibald Lauder à qui elle avait oublié de révéler son appartenance au MI.5.

Mis au courant, sir Archibald s'entête à suivre sa femme - parce qu'elle est sa femme - dans des histoires auxquelles il ne croie pas, puis qui le dégoûteront.

Mais le baronet semble ignorer complètement que l'action des Services Secrets doit être... secrète et jamais, de mémoire d'agent, on avait vu pareil olibrius racontant ses aventures à tout le monde y compris aux policiers !

Quoi d'étonnant, dans ces conditions, que Ruth veuille divorcer pour se séparer d'un époux dont la sottise, l'incompréhension et le snobisme la font devenir folle ?

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale (1965)

Posté par Krri à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vous auriez pas vu la Jeanne des fois ?

de Exbrayat

vous_auriez_pas_vu_jeanne_des_fois

Les Machoin sont inquiets. Jeanne n'est pas rentrée à l'Étang Perdu hier soir. Et aujourd'hui, toujours pas de nouvelles. Au café du village, on rigole en douce :  les plaisanteries égrillardes vont bon train...  Après tout, la Jeanne n'est plus une gamine.  Elle a un galant à la ville, voilà tout. 

Mais les Machoin n'y croient pas. Comment! Une fille sérieuse comme la Jeanne... Elle ne leur aurait jamais fait ça!  Et puis, elle a un fiancé à Moneyrat-le-Roussi : Léon Siguret, le garde forestier...

Non ! Quelque chose est arrivé à la Jeanne et il faut la retrouver !  Vous l'auriez pas vue... des fois?

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Posté par Krri à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Une ravissante idiote

de Exbrayat

une_ravissante_idiote

Comment un jeune espion va-t-il arriver à s'introduire chez un Lord pour s'emparer de certains documents ?  Tout simplement en tombant amoureux de la ravissante mais idiote couturière Pénélope Lightfeather.

Elle l'aidera justement parce qu'elle est naïve et jolie, jolie...

En dépit de l'humour et de la fantaisie de Charles Exbrayat, vous tremblerez pour cette ravissante idiote.

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale (1962)

Posté par Krri à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une brune aux yeux bleus

de Exbrayat

une_brune_aux_yeux_bleus

La première impression que Déborah Puisserguier laisse aux fils d'Adam dont la route croise la sienne est qu'il n'existe pas sur terre plus jolie fille d'Eve. 

La seconde est qu'il n'y en a pas aux poings plus durs, Déborah étant une montagnarde huguenote musclée et sévère de moeurs, aussi prompte à châtier les entreprenants qu'à citer les Écritures.

Donc capable d'avoir tué d'un coup de coupe-papier le salace Jérôme Manigod, vieil oncle des Nantilly qui viennent de l'engager comme femme de chambre en remplacement de Suzanne Nanteau, mais sûrement pas coupable d'avoir subtilisé en même temps la cassette de diamants dudit Jérôme Manigod.

Ainsi le déduit l'inspecteur Girelle dont le coeur d'amadou s'est enflammé pour Déborah et dont l'oeil a senti le poids de sa force de frappe... Son supérieur adopte cette thèse d'autant plus volontiers que les suspects ne manquent pas. À commencer par Suzanne, qui n'a pas la sagesse de son homonyme biblique comme le rappelle Déborah.

Mais on tue Suzanna... et ce ne sera pas le dernier meurtre de cette histoire où Charles Exbrayat allie avec maîtrise le frisson du suspense au rire de l'humour.

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale (1966)

Posté par Krri à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Un joli petit coin pour mourir

de Exbrayat

un_joli_petit_coin_pour_mourir

Dans la guerre des services secrets, Phil Rothesay, un des meilleurs agents du MI.5 (anglais), a remporté la victoire sur son adversaire russe Gritchine, mais l'âme damnée de Gritchine, Hazdurian, a égorgé la femme de Phil, Laura, en représailles. À titre d'acompte avant de tuer Phil lui-même...

Où et quand?  Rothesay l'ignore. Une seule certitude: cela se fera tôt ou tard. Alors, las de redouter un ennemi dont il ne connaît que le nom, il démissionne et se rend en France, à Bracieux près de Chambord où il a vécu des heures heureuses avec Laura... Que son bourreau sans visage l'exécute là s'il le veut, lui n'attend plus que la mort.

Dans la charmante auberge de Mme Noyers, il s'amuse presque en étudiant les autres pensionnaires. Hazdurian a-t-il pris la personnalité du major écossais Dalmaly ou l'apparence aimable de la Galloise Mrs. Owen ?...  Celle austère du Londonien Stewarton ou farfelue du couple Coleford avec leur insupportable rejeton boutonneux Benny ?... Ou odieuse des Burbage ?...

Une balle qui manque de peu son but rappelle à Rothesay le tragique de sa situation... Hazdurian est arrivé.  Mais des émissaires du MI.5 aussi...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale (1968)

Posté par Krri à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un garçon sans malice

de Exbrayat

un_gar_on_sans_malice

Antoine, c'est vrai, n'est pas très futé.  Et à Passelanette, tout le monde s'en est rendu compte depuis longtemps. Mais on l'aime bien quand même. Il est gentil, bon cultivateur, et puis, il n'embête personne. 

Alors quand on apprend qu'il vient de gagner vingt-cinq millions à la Loterie Nationale, c'est l'effervescence au village.

Les mauvais esprits remâchent leur dépit, tandis que dans les foyers où reste une fille à marier, on dresse des plans. Niais ou pas, Antoine est devenu très intéressant, avec ses millions. Et chacun semble avoir une idée bien précise de l'emploi qu'il ferait d'une telle somme. 

Pauvre Antoine... Un si bon garçon...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Posté par Krri à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Un coeur d'artichaut

de Exbrayat

un_coeur_d_artichaut

Les détours de l'histoire sont parfois bien étranges, qui font naître au même endroit et quasiment au même moment, des hommes qui, incapables de se comprendre, ne peuvent que se haïr.

Don Fernandino bénit le ciel d'être né à Gênes en l'an de grâce 1862, passe ses journées à folâtrer et à séduire des femmes généralement beaucoup plus riches que lui, se refusant absolument à croire que sa mère ait pu le mettre au monde pour travailler.

Le commissaire Benito Piediluco, lui, s'est donné pour tâche de débarrasser le monde des gredins qui exploitent la crédulité féminine. Non pas que le commissaire éprouve quelque pitié à l'égard de ces créatures stupides - surtout depuis que sa femme s'est enfuie avec le commis charcutier - mais il hait encore plus les fainéants...

Et tout particulièrement ce pauvre Don Fernandino qui ne comprend guère comment on peut le détester, lui, un si brave garçon...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale (1978)

Posté par Krri à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Un bien bel homme

de Exbrayat

un_bien_bel_homme

Un manoir bâti sur une presqu'île baignée par la mer d'Irlande. La demeure comme le parc y sont merveilleusement ordonnés. C'est là que le propriétaire - un financier de la Cité - vient se reposer chaque année.

En vérité, celui qui dirige ce domaine est un maître d'hôtel héritier des grandes traditions, et qui, par amour pour sa femme, a quitté les duchesses et les marquis pour entrer au service des banquiers.  Il en éprouve de lancinants remords. Cependant, dans une autosatisfaction de tous les instants, il trouve une large compensation à ses troubles de conscience...

Tout le monde n'admire pas le maître d'hôtel mais chacun s'accorde pour reconnaître que c'est un bien bel homme... Un bien bel homme qui se croyait aussi intelligent que beau, ce en quoi il se trompait.

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale (1970)

Posté par Krri à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Tu n'aurais pas dû, Marguerite

de Exbrayat

tu_n_aurais_pas_du_marguerite

Drôle de vacances pour l'inspecteur Raoul Pancey ! Lui qui voulait se reposer des scènes incessantes que lui fait Marguerite...

Il commence par empêcher un homme de se jeter à l'eau (ce qui fera l'objet d'un rapport sur ses moeurs car on l'aura vu se promener sur la berge, bras dessus bras dessous avec un homme pieds nus et en chemise)...

Et celui qui lui doit la vie n'étant autre que le comte de Pontavert, l'inspecteur se retrouve dans un château où, ma foi, du diable si il saurait dire qui est le plus fou : de Charles Téméraire qui l'accueille à coups de pieds à la belle Antoinette qui parle en vers raciniens, en passant par le comte et ses histoires rocambolesques... Tout cela pour finir, bien entendu, avec un cadavre sur les bras.

Plus on est de fous... moins on rit.

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale (1976)

Posté par Krri à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :