24 juillet 2008

Satyre au sang

de Erle Stanley Gardner

satyre_au_sang

Brusquement, il l'a prit dans ses bras, écrasant sa bouche sous la sienne. Saisie par le brusque changement de son compagnon dont le visage exprimait maintenant une sorte de passion bestiale, Arlene lutta pour se dégager et recouvra suffisamment de liberté pour gifler le jeune homme. Mais celui-ci se mit à rire:

- Allons, ne faites pas la prude ! Puisque nous sommes coincés ici, autant en profiter... J'ai pris les clefs de la voiture... Alors, inclinez-vous devant l'inévitable et passons un bon moment ensemble...

Furieuse et indignée, Arlene se jeta vers lui, mais, en deux ou trois esquives, il l'amena à proximité d'un grand divan sur lequel il la renversa brusquement.

- J'adore le genre panthère ! dit-il d'un ton gourmand !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Pic et pic et drôle de drame

de Erle Stanley Gardner

pic_et_pic_et_drole_de_drame

- Un pic à glace ! s'exclama Mildred.

- Oui, acquiesça Kitty, c'est la meilleure arme pour une femme. Il a remplacé l'épingle à chapeau depuis que nous n'en portons plus guère.  N'importe quel homme a un recul instinctif devant une arme de ce genre. Un policier nous avait donné le tuyau, du temps que j'allais encore au lycée et que certaines d'entre nous avaient eu affaire à un exhibitionniste. Vous le piquez dans un bouchon et pouvez ainsi le transporter dans votre sac... Quand vous l'aurez menacé avec un pic à glace, je vous prie de croire que votre ami Harrod vous fichera la paix !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Meurtre en 3D

de Erle Stanley Gardner

meurtre_en_3d

Ce n'était pas la première fois que Perry Mason avait pour cliente une jeune et ravissante blonde. 

Celle-ci pourtant sortait de l'ordinaire: elle souhaitait disparaître sans laisser de trace, mais ne voulait pas dire pourquoi ni même donner son nom.

On convint d'un numéro de code à trois chiffres: 92-60-92... qui n'étaient autres que les voluptueuses dimensions de cette jolie fille.

Fine mouche, Della Street remarqua que leur cliente avait dû se rembourrer la poitrine. Et il s'avéra qu'elle leur avait également bourré le crâne !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les héritiers horrifiés

de Erle Stanley Gardner

les_heritiers_horrifies

Deux mains vidèrent dans un lavabo le contenu d'un flacon de poudre blanche, puis ouvrirent les robinets.  Il n'avait plus besoin maintenant, de cette poudre: elle avait rempli son office.

La vie de Lauretta Trent dépendait désormais de cette femme qu'elle avait vue seulement une fois, dont elle avait même oublié l'existence. De cette femme elle ne se rappelait que vaguement avoir été en rapport avec elle, une dizaine d'années auparavant...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les empreintes effacées

de Erle Stanley Gardner

les_empreintes_effacees

Elle se mit à examiner les clichés d'empreintes posés sur le bureau de Selby.

- À qui appartiennent-elles ? demanda-t-elle.

- Nous n'avons pas identifié le mort.

- Puis-je y jeter un coup d'oeil ?

- Volontiers.

- Qui a établi la catégorie d'empreintes ?

- Bob Terry, le nouvel adjoint du shérif, chargé du service des empreintes.

- Je crois qu'il s'est trompé dans sa classification, et que ce qu'il a traité de tourbillon dans son dénominateur est en réalité une arche en tente.

- Grands dieux, Inez ! s'exclama Selby, ne me dites pas que vous êtes également expert en empreintes !

- Non, mais j'ai fait de la criminologie et possède quelques connaissances dans ce domaine.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les doigts de flamme

de Erle Stanley Gardner

les_doigts_de_flamme

Yeux gris. Visage impassible. La cliente du célébrissime avocat Perry Mason n'y va pas par quatre chemins:

- Je crois que M. Bain veut tuer sa femme.

- Comment faut-il s'y prendre pour empêcher le meurtre ?

- Rien de plus simple: supprimer l'arme du crime ! La voici.

Et de sa main gantée, l'infirmière d'Elisabeth Bain laisse tomber un petit tube. Avec quatre comprimés. Elisabeth Bain sera pourtant bel et bien empoisonnée. Mais alors, par qui ? Son veuf très consolable ?  Son infirmière dévouée ? Ses affectueux frères et soeurs... et héritiers ?

Quatre comprimés moins un, un testament sans point final... Il faudra à Perry Mason beaucoup de doigté pour séparer l'aspirine de l'arsenic !

Éditions J'AI LU

Édition originale: Presses de la Cité (1952)

Posté par Krri à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le troisième trou

de Erle Stanley Gardner

le_troisieme_trou

- Vous avez, dit Perry Mason, commis toutes sortes de délits, détournements de fonds, abus de confiance, etc.

- Oui, mais je continue de penser que c'était ce que je devais faire.

L'avocat considéra son client d'un air pensif, puis se pencha sur son bureau:

- Une carrière s'ouvre devant vous, pour laquelle vous semblez être particulièrement doué.  Or, pour protéger Desere Ellis et l'empêcher d'être victime des parasites en la compagnie desquels elle se comptait, vous avez risqué tout votre avenir, sans apparemment en retirer aucun profit.  Mon cher, vous êtes en train de parler à un avocat, et les avocats n'ont pas la réputation d'être naïfs.  Aussi, feriez-vous peut-être mieux, de me dire toute la vérité.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le témoin en colère

de Erle Stanley Gardner

le_temoin_en_colere

Quand les flics vasouillent, rien ne vaut le flair de détectives d'occasion pour dénouer les énigmes. Ils sont trois ici à s'occuper d'affaires différentes. 

Le premier, célèbre avocat, sauve la mise à son client, un pauvre bougre que tout accable. Mais c'est justement parce qu'il est incapable de jongler avec les chiffres qu'il est, à coup sûr, innocent.

Puis Peggy Castle, une fille délurée qui tient une rubrique de potins, finira par faire un drôle de boucan. Pourtant, le poison, ça n'est pas elle. Quand au troisième, le singulier Sidney Zoom, il a un mal de chien à sélectionner les vrais morts des faux cadavres. Un vrai musée Grévin !

Éditions GALLIMARD

Posté par Krri à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le sosie suspect

de Erle Stanley Gardner

le_sosie_suspect

Cette ravissante cliente, rouge de confusion, veut absolument montrer à Perry Mason la cicatrice que lui a laissé son opération de l'appendicite !

Dorrie Ambler n'est pas folle, elle ne veut pas non plus intenter un procès à son chirurgien et il ne s'agit pas davantage d'une blague ou d'un astucieux prélude à quelque chantage dont le célèbre avocat eût fait les frais. Tout simplement, Dorrie a entendu dire que les cicatrices constituent un sûr moyen d'identification et tient à prendre ses précautions pour ne pas risquer d'être confondue avec un sosie.

Du moins, c'est ce qu'elle prétend. Mais Mason est vite conduit à se demander si, au contraire, sa cliente ne cherche pas à profiter d'une confusion possible. Et, de fait, c'est en pleine confusion qu'il se trouve entraîné par cette peu banale cliente. 

Mais, heureusement, Mason sait garder l'esprit lucide et cela lui permettra de se tirer de cette affaire... à la confusion de ses adversaires !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le modèle meurtri

de Erle Stanley Gardner

le_modele_meurtrier

- Vous êtes très marquée ?  s'enquit Perry Mason.

- Franchement, je n'en sais rien. J'étais encore au lit quand Béatrice m'a téléphoné, et je n'ai même pas pris le temps de me regarder dans la glace...

Elle se plaça devant un  miroir en pied et, très naturellement, releva sa jupe presque jusqu'à la taille, afin d'examiner sa hanche gauche.

- Oh ! fit-elle en hochant la tête, c'est pire qu'hier soir quand je me suis couchée, et demain ce sera encore plus accentué. Pouvez-vous attendre quelques jours, Mr. Mason, ou préférez-vous chercher un autre modèle ?

- Autant vous l'avouer tout de suite, répondit Mason, ce qui m'intéresse, ce sont justement vos meurtrissures.

- Mes meurtrissures? s'exclama-t-elle. Quel genre de piqué êtes-vous donc ?

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]