Biographie

Liselotte dit Pieke Biermann est née en 1950 à Stolzenau sur la Weser en Basse-Saxe, élevée dans un univers de femmes, sa mère et ses deux soeurs beaucoup plus âgées. Après des études secondaires où elle montre un certain intérêt pour les matières scientifiques, Mathématiques et Langues vivantes, elle entreprend des études de Littérature et Linguistique allemandes à l'Institut Technique de l'Université de Hanovre, auxquelles elle ajoute des études de Littérature et civilisation anglaises. Non contente de ses premiers diplômes, elle enchaîne avec des études de Sciences Politiques commencées à Hanovre, poursuivies à Padoue en Italie, l'opportunité aussi d'acquérir une troisième langue. Sa thèse de Maîtrise qu'elle soutient en 1975 porte sur "la non rémunération du travail de la ménagère", qui devient un livre en 1977, "Das Haus der Familie", son tout premier livre qu'elle publie à compte d'auteur. Quant à sa thèse de Doctorat, celle-ci porte sur "L'analyse comparée des sorcières d'hier et des prostituées d'aujourd'hui" qui ne sera jamais terminée...

Depuis son adolescence, Pieke Biermann est habituée à gagner sa vie et pratique un tas de petits boulots, factrice, femme de ménage, lectrice dans une petite maison d'éditions (métier qu'elle préfère oublier...). Tous ces diplômes en poche,  elle ne se sent pas vraiment faite pour un travail de bureau, elle choisit d'exercer la plus vieux métier du monde: prostituée, dans la "classe moyenne" de l'industrie du sexe, d'abord à Hanovre puis à Berlin. De ces années de petits boulots et de prostitution, elle garde une expérience riche de rencontres, des gens du "peuple", une vision réelle de la vie...

En 1976, elle commence une carrière d'écrivain en "free lance", elle écrit des articles, des essais publiés dans la Presse et à la radio... On lui propose de faire des traductions et c'est ainsi qu'elle devient la traductrice attitrée du duo d'auteurs italiens Fruttero & Lucentini, de l'italien en allemand, de "Dorothy Parker" et aussi de la grande Agatha Christie, pour l'anglais en allemand. Voilà la jeune femme complètement ancrée dans le circuit du monde littéraire. Elle cesse la prostitution en 1980, mais s'investit à fond dans le Mouvement des prostituées allemandes, est leur porte-parole, écrit nombre d'articles et d'essais sur le sujet; en 1988, elle est co-organisatrice de la "Première grande fête berlinoise des prostituées". Aujourd'hui encore, elle continue à militer à sa façon au travers de son oeuvre littéraire.

Il est un peu difficile de suivre toutes les activités professionnelles de Pieke Biermann, elle signe des pièces radiophoniques, des reportages sur des faits divers diffusés à la radio, des documentaires télévisés socio-politiques  portant entre autres sur les activités de la police et, depuis 2005, assure régulièrement sur Inforadio RBB, une émission de reportages sur des évènements criminels de toutes sortes, "Berliner Fälle", pour lesquels elle s'est retrouvée à plusieurs reprises sur la liste de prétendants à des récompenses.

En 1987, elle se fait connaître comme auteure de roman policier avec "Potsdamer Ableber", premier livre d'une série de quatre romans entre 1987 et 1997, dans lequel elle crée le personnage de Karin Lietze, commissaire à la brigade criminelle de Berlin. Des romans  « menés tambour battant, qui mettent en scène, non seulement la brigade de policiers, mais surtout la ville de Berlin, avant la chute du Mur, avec sa folie, ses affrontements politiques, ses problèmes de générations, de langue aussi... » selon Olivier Mannoni, dans un article sur Pieke Biermann, auteure du "Goethe-Institut".

On dit aussi de l'auteure qu'elle écrit dans un langage cru, typiquement berlinois. Pieke Biermann explique elle-même sa démarche dans une conférence tenue à Lyon pour le "Goethe-Institut" en 2006, « J'écris des livres qui sont à la fois des polars et des romans berlinois, ce sont des oeuvres résolument contemporaines, de la littérature urbaine avec un fondement européen... » 

En France, les Éditions Payot/Rivages traduisent certains romans de la série Karin Lietze, Potsdamer Platz est publié en 1992, puis les deux opus suivants de la série; manque à l'appel, le quatrième, "Vier, fünf, sechs" publié en Allemagne en 1997. Une nouvelle auteure prend sa place parmi les "auteurs féminins" de polars, "la révélation majeure du roman policer allemand des années 90" selon "Le Journal du Dimanche" à la parution de Potsdamer Platz. Pieke Biermann se retrouve par trois fois en lice pour le "Deutscher Krimi Preis" qu'elle obtient en 1991 pour Violetta, (titre original et français), le meilleur roman policier de langue allemande. Récompense qui lui est remise à nouveau en 1994 pour "Herzrasen" ( Battements de coeur) et en 1998 pour "Vier, fünf, sechs".

Pieke Biermann est mariée et vit toujours à Berlin où elle poursuit une carrière à la télévision et dans la Presse, (pour le "Taggesspiegel"), de traductrice (le dernier de ses ouvrages traduits, "Hollow" d'Agatha Christie en 2004);    en 2008, paraît "Der Asphalt unter Berlin", documentaire sur la criminalité à Berlin, qui semble être le dernier livre publié de l'auteure.

(Sources: krimi-couch./ krimilexikon.de )

Elleon (Mise à jour 03/2015)

~~~

Résumés

Série Karin Lietze

  1. Battements de coeur (Éd. Rivages - 1996)
  2. Potsdamer Platz (Éd. Rivages - 1992)
  3. Violetta (Éd. Rivages - 1993)

Bonne lecture