de Batya Gour

le_meurtre_du_samedi_matin

Pour la plupart des membres du prestigieux Institut de Psychanalyse de Jérusalem, ce samedi resterait à jamais un samedi noir, un jour où l'indicible - l'impensable - s'était produit: l'une des leurs, le Dr Eva Neidorf, analyste de renommée internationale, avait été assassinée, une heure à peine avant de prononcer une conférence cruciale pour l'exercice de la psychanalyse - et qui plus est, vraisemblablement par un de ses pairs.

S'agissait-il d'une affaire de jalousie professionnelle ? Le texte de la conférence du Dr Neidorf, qui avait mystérieusement disparu, recelait-il une menace contre un ou plusieurs de ses confrères ? Se pouvait-il que cette femme encore belle eût mené, à l'insu de tous, et particulièrement du vieux professeur Hildescheimer, son mentor et ami, une double vie ?

Un seul homme, aux affaires criminelles du district de Jérusalem, connaît suffisamment les déviances de l'âme humaine pour pouvoir tirer quelque chose de suspects et de témoins qui, presque tous, vivent en vase clos dans un univers où le non-dit, le sous-entendu et le double sens sont monnaie courante: le commissaire Michaël Ohayon, trente-huit ans, né au Maroc, divorcé, auteur d'une thèse de doctorat inachevée sur les guildes au Moyen Age.

Au fil de son enquête, nous pénétrons non seulement dans les labyrinthes de l'analyse freudienne, mais aussi dans le dédale des rues de Jérusalem, du quartier russe à la colonie allemande, sans oublier la cabane d'un jardinier palestinien...

Éditions FAYARD