09 septembre 2008

C'est pas triste !

de Carter Brown

c_pas_tristeÀ la suite du meurtre d'une "tante", Al Wheeler enquête dans les milieux homos.  Et il avance sur des talons aiguilles.

De clubs privés en studios de photos porno, Wheeler, malgré son physique, ne remporte pas un franc succès dans cette faune.

Personnellement, il préfère toujours les blondes (les vraies), mais ne repousse pas les brunes...

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Tu viens shérif ?

de Carter Brown

tu_viens_sherif« _ C'est bien simple, shérif, il est entré dans le bar où j'étais assis et il s'est effondré devant mon tabouret...

Lavers nous regarde tour à tour, Doc et moi, puis il articule sentencieusement :

_ Il y a des gens qui semblent attirer les accidents... Wheeler, lui, c'est les cadavres... Pour peu qu'il y ait un candidat macchabée dans un rayon d'une lieue, il faut qu'il vienne rendre le dernier soupir aux pieds de Wheeler !

_ Quelle horrible fin, soupire Doc. »   

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Trois cadavres au pensionnat

de Carter Brown

trois_cadavres_au_pensionnatAl Wheeler a expliqué à un parterre de jolies personnes ce qu'est une enquête policière...

Puis, il est passé aux travaux pratiques, pour l'édification, non seulement des jeunes filles, mais du shérif, car, pour illustrer son exposé, il disposait de trois éléments intéressants et imprévus: une fausse morte... une vraie morte... et un magicien volatilisé.

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1959)

Posté par elleon à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le valseur énigmatique

de Carter Brown

le_valseur_enigmatiqueÇa ne me déplairait pas de rencontrer la personne qui a posé pour ce portrait, vue de dos, dans le plus simple appareil, comme on dit.

Mais, je me demande quel est le critique grincheux qui a tracé une grande croix rouge sur la toile... rouge sang, pour être précis, et ça, ce n'est pas une figure de rhétorique.

Du sang, il y en a d'ailleurs plein l'atelier de feu Hardacre, le peintre mondain, dont le cadavre gît présentement sur le tapis, derrière le divan... Décidément, la vie d'artiste, ce n'est pas toujours rose !

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1964)

Posté par elleon à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2008

Cascade rouge

de Carter Brown

cascade_rougeLa blonde Goldie Baker est installée dans la douche, toute nue. C'est comme ça que Al Wheeler la découvre.

Il aurait aimé avoir avec elle une conversation à coeur ouvert, mais c'est déjà fait, car elle a sous le sein gauche, un vilain trou causé par une balle de revolver.

Et voilà, c'est parti ! Wheeler se trouve embarqué dans une histoire insensée, où il risque de laisser des plumes. Mais c'est un coriace, toujours très tendre avec les dames...

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Call-girl serenade

de Carter Brown

call_girl_serenadeCe que j'apprécie chez mon patron, le shérif Lavers, c'est que c'est un imbécile doublé d'un crâneur et triplé d'une peau de vache.

Ainsi, à cette histoire de call-girl assassinée, de proxénète disparu et d'affairistes-gangsters, dont je m'occupe en ce moment, je suis sûr qu'il ne comprendra rien, en tant qu'imbécile... qu'il me fichera à la porte, en tant que peau de vache, mais que, quand j'aurai résolu le mystère, il s'en attribuera, en tant que crâneur, toute la gloire.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un brin d'apocalypse

de Carter Brown

un_brin_d_apocalypse« Il incarnait l'idéal des filles en mal de mari, celui dont on rêve vers trois heures du matin, une fois qu'on a compris qu'une tasse de lait bien chaud ne saurait soulager votre vague à l'âme... Je le regardai, une seule fois, et poussai un soupir, un seul !

Je portais un soutien-gorge sans bretelles...Une chance ! 

Rien ne céda...sinon mes dernières résistances ! »

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1959)

Posté par elleon à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Télé-mélo

de Carter Brown

telemelo« _ Ça fait quatre ans que tu tournes des westerns, s'écria M. Bliss, et tu ne sais pas encore que, lorsqu'il est touché, le héros se contente de vaciller un peu, mais sans jamais tomber par terre !

L'autre avait l'air de s'en foutre éperdument...Il resta à plat ventre dans l'herbe, sans broncher.

_ Lee, tu m'entends, reprit M. Bliss qui, de la pointe du pied, retourna l'acteur sur le dos...Lee portait une chemise bleue...Il me fallut bien cinq secondes pour comprendre pourquoi le devant était maintenant teint en vermillon... »

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Billets de faire-part

de Carter Brown

billets_de_faire_partOn a beau s'appeler Al Wheeler, ça vous en file un coup quand on repêche sous vos yeux le cadavre d'une jolie rousse qui n'était pas insensible à vos charmes. Tracy, elle s'appelait.

Du moins, c'est ce qu'Al Wheeler croyait jusqu'à ce qu'il rencontre la vraie Tracy, qui va entraîner notre lieutenant favori dans les combines insensées de Las Vegas et lui faire perdre ses dernières illusions sur les femmes.

Car, il en avait encore, figurez-vous !

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1969)

Posté par elleon à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ballet bleu

de Carter Brown

ballet_bleu_ Ah, s'est écrié le capitaine Parker, le retour de l'enfant prodigue ! Va falloir tuer le veau gras.

_ Si c'est au lieutenant Hammond que vous pensez, répondis-je, il y a longtemps que ça aurait dû être fait. Pourquoi attendre une occasion exceptionnelle ?

_ Mais la voilà, cette occasion ! On fête le retour du lieutenant Wheeler, le poulet extravagant...saqué par le shérif et renvoyé à la maison mère ! J'ai justement un meurtre pour vous: un meurtre sans cadavre !

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]