28 septembre 2008

Mauvaises nouvelles

de Donald Westlake

mauvaises_nouvelles

John Dortmunder, l'homme qui a donné un nouveau sens au mot récidiviste, est là, toujours aussi entreprenant, inoxydable, pitoyable.

Cette fois, il est en quête d'un Indien mort depuis longtemps, et néanmoins kidnappé. Tout a commencé sur Internet, par la faute de son ami Andy Kelp qui a fait la connaissance virtuelle, puis réelle, d'un maître manipulateur nommé Fitzroy Guilderpost et de ses associés, Irwin Gabel et Petite Plume. les trois acolytes ont fomenté un projet insensé et ils ont besoin de main d'œuvre.

C'est ainsi que Dortmunder se retrouve dans un cimetière de Long Island, muni d'une pelle, dans la boue jusqu'aux genoux. Et ce n'est pas une métaphore, plutôt un euphémisme. Serait-il en train de creuser sa tombe, ou celle du lecteur déjà mort de rire ?

Voilà, vous pensiez avoir un certain répit, mais Westlake en a décidé autrement : Dortmunder est de retour.

Éditions RIVAGES

Posté par Krri à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Au pire qu'est-ce qu'on risque ?

de Donald Westlake

au_pire_qu_est_ce_qu_on_risque

Surtout, ne contrariez pas Dortmunder. Même si vous êtes milliardaire. Surtout si vous êtes milliardaire.

Car Dortmunder a son propre code de l'honneur et Max Fairbanks est juste allé un peu trop loin. Son crime ? Interrompre Dortmunder en plein cambriolage, ce qui est déjà grave en soi. Mais avoir l'audace de lui voler sa bague porte-bonheur et ce, sous le nez de la police, c'est TROP !

Le tout-puissant Max Fairbanks ne sait pas qu'il vient de se faire un ennemi. N'ayant certes pas l'intention de se laisser arrêter par deux vulgaires flics, Dortmunder leur fausse compagnie grâce à la fermeture Éclair de sa braguette (on est ingénieux ou on ne l'est pas), puis il rassemble ses troupes. Un objectif : les somptueuses résidences du milliardaire, de Manhattan à Las Vegas.

Méthodiquement, l'une après l'autre, elles seront mises à sac par Dortmunder et compagnie pour retrouver la fameuse bague. Au fait, elle n'est même pas en or, cette bague, et les petites pierres qui brillent dessus ne sont pas des diamants.

Éditions RIVAGES

Posté par Krri à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le contrat

de Donald Westlake

le_contrat

Tout commence dans la salle de lecture d'une bibliothèque de Manhattan. Bryce Proctor, auteur à succès, y prend des notes pour son prochain roman, qu'il a du mal à commencer. Il faut dire que Bryce est au milieu d'un divorce particulièrement pénible, et que Lucie, sa future ex-femme, a promis de le saigner à blanc.

Soudain, Bryce aperçoit Wayne Prentice, un "collègue" avec lequel il a débuté. Mais qui n'a pas eu sa chance : il est sur la fameuse liste "intermédiaire" de l'ordinateur des commerciaux, celle qui recense les écrivains dont la courbe des ventes est descendante. Les conséquences sont faciles à prévoir : moins de livres mis en place dans les librairies, des avances de plus en plus faibles, le début d'un cercle vicieux.

Les deux hommes, qui ne se sont pas revus depuis des années, exposent leurs difficultés, et Bryce a soudain une idée de génie : Wayne a un manuscrit, mais pas d'éditeur ; Bryce a un éditeur, mais pas de manuscrit. Wayne va donc "vendre" son œuvre à Bryce qui la fera publier sous son nom, et les bénéfices seront répartis de façon égale. Wayne accepte.

C'est alors que Bryce ajoute une clause à l'étrange contrat qui va les lier : son épouse doit mourir.

Éditions RIVAGES

~~~

Dans la lignée du Couperet, un Westlake impitoyable qui dissèque les mœurs éditoriales américaines et illustre à sa façon le mythe de Faust, jusqu'au final aussi imprévisible que saisissant.

~~~

Posté par Krri à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Smoke

de Donald Westlake

smoke

Freddie Noon n'est pas un criminel endurci. Il se définirait plutôt comme "semi-tendre". Alors quand il choisit de cambrioler le laboratoire Loomis-Heimhocker, il envisage une petite effraction tranquille. Ce que Freddie ne sait pas, c'est que ce laboratoire est financé par les industriels du tabac et que si l'on y effectue des recherches sur le cancer, en aucun cas elles ne doivent aboutir à la conclusion que fumer pourrait provoquer des maladies graves.

Pour se garder de tomber par hasard (on ne sait jamais) sur des résultats gênants, les deux médecins qui dirigent le labo se sont intéressés au traitement du mélanome, et ils sont en passe de réussir ; ils ont mis au point deux formules qui ne demandent qu'un cobaye pour être testées. Freddie ne pouvait mieux tomber. Il y aura cependant des conséquences imprévues : il devient invisible, ce qui, même dans son métier, présente quelques inconvénients.

Essayez donc de vous raser quand vous n'apercevez pas votre visage. Essayez de vous faire (bien) voir de votre femme. Comme le dit Freddie, "être un homme invisible, c'est un job plutôt solitaire".

Éditions RIVAGES

~~~

Westlake improvise brillamment sur le thème classique de l'invisibilité. Il en profite pour railler les travers de l'Amérique où l'antitabagisme prend des formes assez intolérantes et il prouve avec ce roman plein d'humour qu'il a toujours autant de souffle. Lire Westlake nuit gravement à la morosité.

~~~

Posté par Krri à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Pièces détachées

de Donald Westlake

pieces_detachees

Selon Michel Martens, "Westlake sait que le meilleur rire est celui qui succède à un grand moment de tension, surtout si l'événement dramatique auquel on s'attend fait place à un délire rendant lointaine et banale une action qui pourtant tire sa substance du polar le plus noir".

Cela donne lieu ici à douze chefs-d'œuvre comme la nouvelle où les pièces détachées du titre sont les morceaux d'un cadavre qui tombent un à un, chaque jour, dans un vide-ordures. Douze nouvelles qui sont autant de parfaites histoires policières.

Éditions LES BELLES LETTRES

Posté par Krri à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Le couperet

de Donald Westlake

le_couperet

"Il fut une époque où c'était considéré comme malhonnête, l'idée que la fin justifie les moyens. Mais cette époque est révolue. Non seulement nous y croyons, mais nous le disons."

Tel est le constat que fait Burke Devore. Cadre supérieur dans une usine de papier pendant vingt-cinq ans, il vient d'être licencié. Pas pour faute professionnelle. Il a toujours été compétent dans son travail, il a toujours joué le jeu. Non, il est tout simplement victime des compressions, dégraissages, fusions, restructurations.

Avec la perte de son emploi, c'est toute l'existence de Burke qui s'écroule : son couple, l'avenir de ses enfants, sa place dans la société. Pour retrouver ce bonheur qu'il croit avoir mérité par son labeur, il est prêt à tout. Même franchir les barrières de la morale.

Quelle morale au fait ? Que la société ne s'avise pas de lui demander des comptes. C'est elle qui a dicté ces nouvelles règles du jeu, cyniques et inhumaines. Il n'y a plus qu'à pousser jusqu'au bout la terrifiante logique d'un système absurde.

Éditions RIVAGES

~~~

etoile Prix 813 du roman étranger (1999)

etoileGrand Prix du roman noir du Festival de Cognac/roman étranger (1999)

etoile Prix Mystère de la critique/ roman étranger (2001)

~~~~

Bien connu pour son humour, Donald Westlake a choisi de faire le procès d'un monde uniquement tourné vers le profit. Dans ce roman très noir et parfaitement d'actualité, il s'attaque au problème du chômage sous un angle pour le moins inattendu. Le Couperet a été salué par la critique américaine comme un chef-d'œuvre.

 ~~~

 

" Si notre sinistre société avait une autre échelle de valeurs, Westlake aurait reçu le prix Pulitzer et il y aurait sa statue dans les jardins publics. "    "Washington Post Book World"

~~~~


Posté par Krri à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Faites-moi confiance

de Donald Westlake

faites_moi_confiance

Jeune diplômée de l'école de journalisme, Sara Joslyn vient d'être engagée par le magazine "Galaxy-Hebdo", avec un salaire astronomique pour une débutante.

Alors qu'elle se rend au journal, elle croise une Buick stationnée au bord de la route. A l'intérieur : un homme tué d'une balle dans le front. Sara est sûre de tenir là son premier article, mais "Galaxy-Hebdo" se révèle très vite un haut lieu de la mégalomanie et de l'absurde ; le patron règne en tyran sur ses rédacteurs qui, à leur tour, délèguent des missions impossibles à leurs reporters.

Happée par cet univers de folie, Sara en oublie presque le cadavre de la Buick, qui d'ailleurs n'intéresse personne. Sauf l'assassin.

Éditions RIVAGES

-

Édition originale: Éd. Rivages (1995)

Posté par Krri à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moi, mentir ?

de Donald Westlake

moi__mentir

"Je sais qu'on t'a dit que j'ai une femme et des p'tits qui m'attendent, loin là-bas à Tehachapie.  Mais je t'assure que libre comme l'air je suis Chérie, Chérie, Moi, mentir ?"

L'auteur de ce tube immortel de country music, Ray Jones, chante tous les soirs à guichet fermé dans son théâtre de Branson, Missouri. Mais ce n'est peut-être pas uniquement son talent qui attire les foules. Il va en effet être jugé pour assassinat avec préméditation, voies de fait aggravées, viol, et quelques autres chefs d'accusation bénins, disposés en garniture comme des pommes de terre autour de l'assiette. Il risque sa vie : dans le Missouri, le gaz est mortel, l'ampoule est sous la chaise.

Tandis que se prépare le cirque judiciaire, le cirque médiatique bat son plein autour de l'affaire Ray Jones, et tous les coups sont permis. Le "Trio des Aborigènes", trois journalistes australiens à la solde du torchon Galaxy-Hebdo, ont pour mission de brouiller les idées de leurs confrères par divers moyens que la morale n'approuve pas forcément : incitation à la consommation d'alcool pour délier les langues, désinformation et rumeurs en tous genres, pose de micros dans les endroits stratégiques, etc.

Sara Joslyn et Jack Ingersoll sont d'autant plus écoeurés par ces méthodes qu'ils les connaissent bien : ils ont fait leurs débuts à Galaxy. Tout en menant leur enquête pour le magazine "Tendances", ils se jurent d'avoir la peau de l'infâme torchon.

Éditions RIVAGES

Posté par Krri à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Kahawa

de Donald Westlake

kahawa

Voler six millions de dollars sous forme de grains de café, qui dit mieux ?

C'est ce que proposent de faire Lew Brady et Frank Lanigan. Ils vont monter le hold-up du siècle : s'attaquer à un train de marchandises transportant une récolte de café.

Nous sommes en Afrique Orientale, en 1977. Idi Amin Dada règne sur l'Ouganda et nombreux sont ceux qui voudraient le voir tomber.

Éditions RIVAGES

Posté par Krri à 15:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Les cordons du poêle

de Donald Westlake

les_cordons_du_poele

Mais qu'est-il allé faire dans cette galère, Angel ? Disons plutôt : dans ce cimetière ?

Déterrer un corps ? Ou plutôt : un costard ? Pour quoi faire, grands dieux ? Pour y trouver des tas d'ennuis, des tas de dangers, n'y rien comprendre et n'y rien gagner.

Je vous le dis, les mésaventures d'Angel, c'est à vous dégoûter d'être malhonnête !

Éditions GALLIMARD

Posté par Krri à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]