1932 - 2007

Biographie

Paul Emil Erdman est né en 1932 à Stratford dans l'Ontario (Canada) de parents américains. La grande partie de ses études se fait aux États-Unis, il suit d'abord les cours du "Concordia  Seminary" de St-Louis, d'où il ressort diplômé en Théologie; il poursuit l'année suivante avec des études "Relations et Affaires Internationales" à l'Université de Georgetown. Il fait un petit break dans ses études en travaillant comme journaliste au  "Washington Post" puis, c'est à l'Université de Bâle, en Suisse, qu'il obtient un "Doctorat en Sciences Économiques", "Histoire européenne et Théologie" en 1958. Il reste alors en Europe pour commencer sa carrière professionnelle au sein de "La Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier" .

En 1965, Paul E. Erdman décide de créer une banque privée en Suisse qu'il finit par baptiser "United California Bank of Bâle". Mais quelques années plus tard, c'est la faillite: Paul E. Erdman en tant que président et quelques uns de ses  employés sont accusés d'avoir détourné des fonds pour spéculer sur le marché du cacao. Il est envoyé en prison, au grand dam des Américains qui ne comprennent pas qu'un de leurs grands patrons puissent être emprisonné comme n'importe quel délinquant. Il passe 6 mois dans les geôles de Bâle, mais ne se plaint absolument pas de sa situation: la nourriture, les vins lui sont fournis par les plus grands restaurants de la ville et il jouit de tous les avantages d'un VIP, il déclarera plus tard, qu'il n'y avait pas de raison à ce qu'il ne soit pas traité comme le commun des mortels: il parlait bien sûr des raisons qui l'avaient amené là !

Dans ce confort douillet de son "donjon" il a avec lui, une machine à écrire et, pour passer le temps, décide de rédiger un livre sur les "Sciences Économiques", mais, par manque de documentation, il change de genre et se lance dans l'écriture d'un polar financier. Un challenge un peu difficile au départ, puis quelques faits divers lui donnent le déclic, son imagination, ses connaissances font le reste, "The billion dollar sure thing" (Un coup d'un million de dollars)est publié en 1973 sous le nom de Paul Erdman et remporte immédiatement un immense succès, récompensé la même année par le "Edgar Award" du meilleur premier roman, remis par "The Association of Mystery Writers of America".

« Un radical et très réussi changement de carrière » déclarera plus tard l'auteur au magazine "The american Banker", car le succès est bien au rendez-vous et dès lors, Paul Erdman poursuit sa voie de romancier. Mais la justice suisse n'en a pas terminé avec lui, il est libéré sous caution (très forte caution !) et il reprend le chemin des États-Unis. En 1973, après un procès auquel il ne s'est pas rendu, bien décidé à rester en Californie où il a élu domicile dans un ranch près de Healdsburg, il est condamné par contumace pour fraude et détournement de fonds.

En 1974, Paul Erdman fait paraître son second roman, toujours dans le genre "fiction financière", "The silver bears "(L'argent n'a pas d'odeur), rapidement adapté au cinéma sous le même titre avec Michael Caine dans le rôle principal. Et les succès s'enchaînent, en 1976, avec "The crash of 79" (Le krach de 1979, aux Éditions Olivier Orban), une fiction dans laquelle il prédit la seconde crise pétrolière...Dans son septième roman publié, "The swiss account", l'auteur ajoute ses connaissances en Histoire pour, sous couvert d'une fiction, raconter comment les banques suisses se sont enrichies pendant la Seconde Guerre Mondiale  grâce aux nazis (...).

Ses thrillers financiers, au nombre de 9 sont traduits dans plusieurs pays, et, entre deux romans, il écrit quelques ouvrages plus spécialisés: "Paul Erdman's money guide" en 1984, ou bien "What's next ? How to prepare yourself for the crash" ou encore "Tug of war: today's global currency crisis" (1996). Paralèllement, considéré comme un expert incontesté au niveau international, tant de la finance que de l'Économie, il écrit des chroniques financières dans des magazines spécialisés puis sur internet, il lui arrive aussi de s'exprimer sur des sujets très divers comme le football professionnel, la Théologie, etc.

Paul Erdman décède en 2007, dans son ranch de Healdsburg, des suites d'une longue maladie; cette même année, paraît son dernier livre de non fiction "The great game".

(Sources: Wikipedia/en / fantasticfiction. / theguardian. )

Elleon

~~~

Résumés

  1. Compte suisse (Éd. Plon - 1993)
  2. Délit d'initié(Éd. L'Archipel - 1998)
  3. La conjuration de 1985(Éd. Belfond - 1982)
  4. La panique de 89(Éd. Grasset - 1987)
  5. Le Krach de 1979 (Éd. Olivier Orban - 1978)

~

Autre titre

  • L'argent n'a pas d'odeur

Bonne lecture