de Leonardo Padura

vent_de_careme

Quand les vents de carême annonciateurs de l’infernal printemps cubain commencent à souffler, toutes les journées deviennent troublantes pour l’inspecteur Mario Conde.

Il tombe amoureux d’une éblouissante saxophoniste, amateur de jazz, et enquête sur la mort d’une jeune professeur, enseignante dans le lycée dont l’inspecteur et ses amis gardent une si grande nostalgie. Mario Conde pénètre alors dans un monde en pleine décomposition, où règnent l’arrivisme, le trafic d’influence, les fraudes, la drogue.

Il perd une partie de ses illusions mais vit une histoire d’amour et de musique dont il ne peut imaginer le dénouement.

Éditions MÉTAILIÉ

~~~~

« L’ombre de Manuel Vásquez Montalban plane sur ce livre entre sourires, sensualité et désespoir... Et la nostalgie suinte à travers les pores d’une écriture qui peut tout dire - l’amour, la mort, la haine, le sexe, la solitude -, sans jamais perdre cette grâce qui est la vertu des grands écrivains. »  Michèle Gazier, "Télérama"

~~~

« Confronté aux embûches du temps, Conde s’installe dans les ombres moites d’une Cuba fiévreuse et délétère comme une vigie fantomatique. Si les trois autres romans sont superbes, ce Vents de carême, douloureux et émouvant, comme la vie lorsqu’elle tourne en rond et s’enfuit entre les doigts telle une poignée de sable, est tout simplement magique. Dans un style d’une somptueuse puissance, le Cubain Leonardo Padura envoûte irrévocablement son lecteur.   Christian Gonzalez, "Madame Figaro"

~~~~