03 mars 2009

Maigret et l'inspecteur malgracieux

de Georges Simenon

maigret_et_l_inspecteur_malgracieuxMaigret attendait. Il avait l'air renfrogné, mais en réalité, il n'aurait pas donné sa place pour le meilleur fauteuil de l'Opéra. 

Jamais il ne se sentait davantage chez lui, dans les vastes locaux de la P.J, qu'ainsi, au beau milieu de la nuit. Il avait tombé la veste, retiré sa cravate, ouvert son col...

Il avait alerté Amsterdam au sujet de l'escroc du Claridge, et Lognon s'occupait du crime de la rue Lamarck.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Maigret et le fantôme

de Georges Simenon

maigret_et_le_fantomeAu lendemain d'un interrogatoire épuisant, Maigret est réveillé par la visite d'un de ses inspecteurs, qui lui annonce la tentative d'assassinat dont a été victime l'inspecteur Lognon, dit le "Malgracieux". Il apprend ainsi que depuis deux semaines, Lognon passait ses nuits chez une jeune esthéticienne, Marinette Augier... Or celle-ci a disparu.

Un voisin de Marinette, vieillard misanthrope et curieux attire l'attention de Maigret sur les agissements d'un couple, les Jonker, habitant l'hôtel particulier face à l'immeuble de la jeune femme.

Les Jonker deviennent rapidement suspects aux yeux de Maigret qui se retrouve plongé dans le monde de la peinture et des faussaires; Mr Jonker, alias Stanley Hobson est connu comme un escroc notoire à Londres et Nice.

L'enlèvement d'un homme est bientôt signalé à Maigret, qui va découvrir le fil qui relie  les divers éléments du drame. Il confond Jonker/Hobson qui avoue avoir fait peindre des faux tableaux de maître par un artiste fou, mais génial tandis qu'un expert, Gollan, est  parvenu à prouver l'authenticité d'un faux Van Gogh à un honnête collectionneur hollandais.

La surveillance de Lognon a cependant alerté les escrocs qui ont enlevé le peintre et tenté d'abattre l'inspecteur, Marinette quant à elle a fui par crainte des assassins...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Édition originale (1964)

Posté par elleon à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'escalier de fer

de Georges Simenon

l_escalier_de_fer

Etienne Lomel ressent depuis quelque temps de vives douleurs à l'estomac, sans qu'on puisse déterminer chez lui un mal organique.

Il a peur, il est inquiet, et ce sentiment est lié à la personne de Louise, sa femme, qui le maintient sous sa coupe et dont il dépend pour tout, puisque, après leur mariage, il est en quelque sorte devenu son employé.

Louise a déjà été mariée. Etienne était son amant avant que son mari ne meure. Il se souvient de sa peur devant la passion dévorante dont elle faisait preuve alors, et des serments qu'elle exigeait de lui : il ne l'abandonnerait jamais et, un jour, il l'épouserait...

Peu de temps après, le mari de Louise meurt et Etienne surprend, à peine marié, une phrase de la concierge disant que Guillaume, lors de sa mort, était devenu si maigre qu'il ne pesait pas plus qu'un enfant de dix ans.

À présent Etienne se ronge, se demandant si sa femme n'aurait pas supprimé Guillaume. Et il en vient à supposer qu'elle verse de l'arsenic dans sa nourriture. Ce que confirme l'analyse médicale. Il sait maintenant que Guillaume a été empoisonné – en fait, à cause de lui !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Édition originale (1953)

Posté par Krri à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le destin des Malou

de Georges Simenon

le_destin_des_malou

Eugène Malou est un brasseur d'affaires dynamique et malchanceux. Son suicide d'une balle dans la tête, sur le seuil de la demeure du comte Adrien d'Estier qui lui a refusé une nouvelle avance de fonds, déclenche la crise familiale qui couvait chez les Malou..

Ç'en est fini du train de vie qu'ils affichaient. Pour se faire payer avant de quitter la maison, le maître d'hôtel videra le portefeuille du mort.

Alain, le plus jeune fils, est le témoin des tiraillements entre sa mère, femme égoïste, indifférente, et sa sœur Corine, tout aussi insensible. Quant à Edgard Malou, le fils aîné, marié et père de famille, il mène une vie honorable et sans problème. Le départ de la mère pour Paris, où elle est entraînée par sa sœur et son beau-frère, met Alain, jusqu'alors insouciant, devant ses responsabilités.

Il fuit sa sœur, trouve un emploi à l'imprimerie Jaminet, loge dans une modeste pension de famille. L'homme qu'était son père et que l'existence familiale, ballottée entre des hauts et des bas, ne lui avait pas permis de connaître, il en aura la révélation en retrouvant certains de ses anciens compagnons.

Éditions POCKET

Édition originale: Presses de la Cité (1947)

Posté par Krri à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le déménagement

de Georges Simenon

le_demenagement

Émile Jovis quitte le vieil appartement de la rue des Francs-Bourgeois où il demeurait depuis des années, pour s'installer, avec les siens, à Clairevie, lotissement moderne de la banlieue. De cette nouvelle installation, Jovis se promet beaucoup de bonheur.

Bientôt, il doit convenir que Clairevie, où chacun s'isole dans un anonymat sans âme, ne remplace que difficilement l'environnement humain de Paris. Par ailleurs, Jovis fait, à la faveur d'une cloison mal insonorisée, une singulière découverte. Son voisin, Jean Farran, appartient au milieu.

Chaque nuit, Jovis recueille à travers la cloison des échos de la vie la plus intime de Farran et de sa compagne, ainsi que des indications sur les menées du gangster. C'est pour lui une puissante révélation que celle de la vie criminelle, de la perversité, de l'impudeur. Il est comme fasciné et n'a de cesse d'en savoir plus.

Un soir, il se rend au « Carillon », la boite de Farran...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Édition originale (1967)

Posté par Krri à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Cour d'Assises

de Georges Simenon

cour_d_assises

Depuis qu'il a lâché son métier de menuisier, Petit Louis fait le crâneur sur la Côte d'Azur.

S'il joue au gangster, il vise moins en fait à s'introduire dans le milieu qu'à décrocher une bonne planque. Il s'installe à Nice avec une vieille cocotte dotée d'une jolie fortune, Constance Ropiquet, qui se fait appeler comtesse d'Orval. Peu de temps après, il héberge Lulu, qu'il fait passer pour sa sœur.

Le ménage à trois file un parfait bonheur jusqu'au jour où Gène, le souteneur de Lulu, sort de prison. Petit Louis s'enfuit pour un temps à Cannes afin d'éviter les représailles de celui-ci, mais lorsqu'il revient chez Constance, il trouve celle-ci assassinée. Il n'est pas douteux que le coupable est Gène.

Pris de panique, Petit Louis fait disparaître le cadavre et les traces du meurtre. Pourquoi ne pas profiter un peu de l'occasion ? En subtilisant les biens de Constance, Petit Louis mène dès lors grand train sur la côte comme si c'était lui, en somme, qui avait fait le coup. Bientôt cependant la police le repère et il est écroué.

Commence alors pour lui un long procès qui n'est qu'une parodie de justice...

Éditions GALLIMARD

Posté par Krri à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cécile est morte

de Georges Simenon

cecile_est_morteDepuis six mois, Maigret reçoit à son bureau la visite de Cécile Pardon qui a constaté que des objets changent de place, pendant la nuit dans l'appartement qu'elle occupe avec sa tante veuve et infirme, Juliette Boynet, à Bourg-la-Reine. Malgré une surveillance de la maison, aucune activité suspecte n'est découverte.

Le 7 octobre, Cécile attend que le commissaire Maigret la reçoive à nouveau mais quand celui-ci se libère, elle a disparu en laissant un message selon lequel "un drame affreux" a eu lieu. La police découvre Juliette Boynet étranglée, et un peu plus tard, on retrouve Cécile, étranglée elle aussi, dans un placard proche du bureau de Maigret.

Maigret découvre alors que Cécile vivait très pauvrement chez sa tante qui la traitait en servante. Et parmi les locataires de l'immeuble, il fait la connaissance de Dandurand, plus connu sous le nom de Monsieur Charles, ancien avoué aux moeurs douteuses qui s'occupe de la gestion de plusieurs maisons de débauche dont Juliette Boynet était la propriétaire.

Le commissaire va fouiller le passé de Juliette, et bientôt l'intrigue se dénoue...

Éditions GALLIMARD

Édition originale (1942)

Posté par elleon à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le confessionnal

de Georges Simenon

le_confessional

À la suite des retrouvailles de deux anciens compagnons d'études, le dentiste Bar et le médecin Boisdieu, l'un pratiquant à Cannes et l'autre à Nice, leurs enfants ont sympathisé: André, nature solitaire, qui vit replié sur lui-même, trouve en Francine une jeune fille pure, très spontanée, issue d'un foyer uni, ce qui n'est pas le cas du sien.

Un jour, à Nice, en compagnie de Francine, il voit sa mère sortir d'une maison et regagner sa voiture. Une petite enquête lui apprend qu'elle y avait un rendez-vous galant.

Quoique l'adolescent ne fasse aucune allusion à la chose, son père, un homme doux qui devine son désarroi, et sa mère, qui se sent coupable, vont tenter, chacun à part soi, de l'initier à leurs propres problèmes par le biais de confessions hésitantes et partiales dont il essaiera de débrouiller l'écheveau en faisant appel à ses souvenirs d'enfance.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Édition originale (1966)

Réédition: Le Livre de Poche (2012)

Posté par Krri à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le clan des Ostendais

de Georges Simenon

le_clan_des_ostendaisPour fuir la guerre, Omer Petermans a embarqué sur ses cinq chalutiers sa famille et celle de ses marins, ainsi que tous leurs biens.

Mais au port de La Rochelle, les autorités françaises réquisitionnent les bateaux. Les Ostendais sont donc obligés de s'installer dans la ville. Ils sont séparés des Français par la langue, et des autres réfugiés par leur aisance matérielle.

Grâce à sa calme volonté, Omer obtient l'autorisation de pêcher. À chaque retour, il dépose une partie de ses prises au centre d'accueil et à la mairie.

Mais la guerre continue. Omer sert d'intermédiaire entre Allemands et Français, ce qui contribue à le faire mal voir de ces derniers. Il obtient des autorités allemandes les papiers nécessaires pour continuer à pêcher. Cependant, les difficultés s'accumulent pour le chef du clan.

L'occupation allemande qu'ils avaient voulu fuir les a rejoints. Il leur faut donc partir à bord des chalutiers qui leur restent dans le plus grand secret...

Éditions GALLIMARD

Édition originale (1947)

Posté par Krri à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chez Krull

de Georges Simenon

chez krull

Chez Krull, c'est une petite boutique de faubourg, moitié épicerie, moitié bistrot, que dirige Maria Krull et qui est fréquentée surtout par les mariniers du canal voisin.

Hans Krull, un beau jour, arrive d'Allemagne chez ses cousins pour une raison vague (sans doute des ennuis politiques) et une durée indéterminée. Aussitôt, sa présence crée un climat de tension dans la famille qui jusque-là vivait tranquille. Son sans-gêne, sa perspicacité, sa personnalité si différente de celle des Krull, et surtout de celle de Joseph, son cousin, entourent le personnage d'une étrangeté un peu inquiétante.

Dès son arrivée, il a une liaison avec Liesbeth. Seul le vieux père Krull, taciturne et impassible, ne semble pas s'apercevoir des changements que l'arrivée du jeune Allemand a entraînés dans l'existence familiale. Un jour, Hans découvre dans le canal le corps d'une jeune fille, qui a été jetée à l'eau après avoir été violée et étranglée: c'est Sidonie, la fille de « Pipi », sorte de mendiante qui vit avec un clochard dans une péniche. 

L'émoi est grand dans la ville et parmi les mariniers. Rapidement, les soupçons se tournent vers Hans, « le Boche », puis vers toute la famille Krull...

Éditions GALLIMARD

Édition originale (1939)

Posté par Krri à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]