05 mars 2009

Les masques de la nuit

de Pieter Aspe

les masques de lanuit

Une petite fille découvre un squelette dans le jardin d'une ferme rénovée des environs de Bruges.

Chargé de l'enquête, Van In et son équipe apprennent vite que la maison abritait autrefois un bordel de luxe, le "Love", fréquenté par les notables de la région... L'ancien propriétaire, une grosse fortune flamande, était aussi un pédophile à la tête d'une oeuvre de bienfaisance finançant de façon occulte, un parti d'extrême-droite...

Ballets roses, réseaux de prostitution, implication des plus hautes sphères du pouvoir, flics ripoux...  Aspe continue de démonter les rouages de la vie provinciale flamande, avec une belle santé...

Éditions ALBIN MICHEL

~~~

Bruges reste très présente, la convivialité aussi. Et l'on suit avec plaisir le développement des relations entre les personnages: Hannelore, enceinte est resplendissante, Van In picole un peu trop mais a promis de s'arrêter, Versavel retrouve un ancien amant ...  

~~~

Posté par elleon à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le noyé du Grand Canal

de Jean-François Parot

le noye du grand canal

1778, la France soutient la révolte des colonies d'Amérique.

Dans l'attente de la naissance d'un héritier au trône, les critiques contre la reine s'exacerbent... Un bijou dérobé au bal de l'Opéra devient l'enjeu des cabales et des complots.

Réconcilié avec Sartine, Nicolas Le Floch se voit chargé de surveiller l'intrigant duc de Chartres, cousin du Roi. Il participe à ses côtés au combat naval d'Ouessant, premier épisode de la guerre avec l'Angleterre.

À son retour, des crimes signés d'indices provocants le lancent sur la piste d'un mystérieux et sanglant assassin. Que prépare Lamaure, bas valet du duc de Chartres ? Quels jeux ambigus pratiquent l'inspecteur Renard et son épouse, lingère de Marie-Antoinette ? Pourquoi le nom du comte de Provence, frère du Roi, surgit-il avec tant d'insistance ?

À la cour et à la ville, le détective des Lumières va traquer les coupables en affrontant la mort et l'horreur. Il y croisera l'indéchiffrable Restif de la Bretonne, le magnétiseur et son baquet, le peintre Saint-Aubin et les chantres de la Chapelle royale. Il tentera d'expliquer les vols peu banals perpétrés au "Grand Commun" de Versailles par la "lumière froide".

À l'issue d'une enquête minutieuse, le commissaire du roi au Châtelet, aidé par l'inspecteur Bourdeau, le docteur Semacgus et M.Noblecourt, finira par démêler cette incroyable intrigue lors d'un ultime et inattendu rebondissement...

Éditions J.C LATTÈS

Posté par elleon à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La mauvaise étoile

de Georges Simenon

la_mauvaise_etoile« C'étaient des hommes gourmands d'une vie plus large, plus libre, plus belle, et qui n'ont pas hésité à tout quitter pour tenter l'aventure... Autrement dit, c'étaient, dans le meilleur sens du mot, des aventuriers.

Si j'en crois les livres, il en est qui ont réussi.

Eh bien, c'est peut-être de la malchance, mais je n'ai guère rencontré que le reste, les autres, ceux qui n'ont pas réussi, qui ne sont devenus ni des héros, ni des saints, pas même des millionnaires ou des rentiers.

Les ratés de l'aventure, si vous voulez.  »

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Les sept minutes

de Georges Simenon

les_sept_minutesIl est des situations qui défient la raison...

°Comme ce navire de trente mètres, le Marie-Galante, immobilisé à quai depuis près de trois ans et que l'on retrouve un matin abandonné en pleine mer sans que personne ne l'ait vu quitter le port fermé de Fécamp. Étrange. Surtout lorsqu'un mécanicien découvre à bord, dans un réservoir d'eau minutieusement soudé, le cadavre récent d'une femme.

°Et que penser de ce Russe, seul dans son domicile, tué d'une balle en pleine poitrine alors que la police verrouillait tous les accès ? 

°Que dire de ces femmes disparues dans le périmètre minuscule de l'île de Porquerolles aux paysages de trous d'eau noire et d'inextricables taillis ?

Autant de mystères impossibles à résoudre que le très énigmatique inspecteur G.7 saura pourtant comprendre.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Un nouveau dans la ville

de Georges Simenon

un_nouveau_dans_la_villeAu début de l'hiver, dans une petite ville débarque un inconnu, quelconque à tout point de vue. Mais malgré son apparence anonyme, Justin Ward possède une grosse  liasse de banknotes qu'il garde par devers lui.

Un étranger dans la ville ?

Ce n'est pas ça qui attire le plus l'attention, (nombre d'immigrés travaillent à la tannerie locale), mais bien plutôt son extrême réserve, car s'il s'intègre à la communauté, il ne se livre pas: il semble être sans passé, sans pensée et sans ombre. Sa présence provoque pourtant l'hostilité de habitants et fait prendre conscience à un "Yougo", marginal pittoresque, que s'il est toléré dans la petite ville c'est uniquement parce qu'il donne aux autres une bonne idée d'eux-mêmes. 

Il déclenche alors une scène de violence.

Le tenancier du bar, Charlie, en la personne duquel se cristallise toute la curiosité inquiète des habitants, va tenter d'éclaircir le mystère de Justin Ward en faisant appel à un ami de Chicago. L'inconnu sera bientôt identifié et les habitants de la petite ville retrouveront le calme de leur existence antérieure, celle d'avant l'arrivée du "nouveau".

Mais quel en sera le prix ?

Éditions POCKET

Edition originale: Presses de la Cité (1950)

Posté par elleon à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Novembre

de Georges Simenon

novembreLes membres de la famille Le Cloanec se côtoient mais ne se parlent guère dans cette banlieue où s'écoule leur morne existence: la mère est alcoolique; le père, indifférent et lointain; le frère et la soeur ont leurs occupations et leur vie à part.

Pourtant leur existence va être troublée par une jeune bonne, Manuela. Olivier en fait très vite sa maîtresse, mais le père finit par obtenir lui aussi ses faveurs. Olivier, dont c'est le premier amour songe à tout quitter et arrêter ses études mais ne met pas ses projets à exécution.  La mère, elle, semble ne s'apercevoir de rien.

Laura, la soeur, travaille à l'Hôpital Broussais auprès du professeur Shimek, un chercheur de renom, dont elle est devenue aussi la maîtresse, dévouée et effacée... une situation qui suffit à son bonheur.

Un jour, Manuela disparaît. La mère laisse entendre qu'elle est retournée dans sa famille, ce que personne ne peut croire, encore moins Laura qui interroge une amie de la jeune fille.

Le destin de Laura (qu'elle assumera volontairement) se dessine peu à peu avec précision...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Édition originale (1969)

Posté par elleon à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Long cours

de Georges Simenon

long cours

Charlotte a tué son ancien employeur et amant alors qu'elle voulait lui soutirer de l'argent pour aider un groupe d'anarchistes.

Elle fuit Paris avec son ami Jef, ils gagnent Dieppe et embarquent sur le "Croix-de-Vie" dont le capitaine, Mopps, devient vite l'amant de Charlotte. Le cargo transporte des armes destinées à des révolutionnaires équatoriens mais par un mauvais concours de circonstances, arrive trop tard à Buenaventura: les révolutionnaires ont été écrasés.

Mopps parvient à vendre sa cargaison pour une somme dérisoire à un homme d'affaires sans scrupules, mais obtient en contrepartie des faux papiers pour Jef et Charlotte (devenue quelque peu encombrante pour le capitaine). Une nouvelle vie commence alors pour M. et Mme Gentil, Jef travaille dans une mine d'or colombienne, une vie difficile faite d'humiliations en tous genres. Charlotte accouche bientôt d'un petit garçon, Charles.

Au même moment, Mopps leur adresse un courrier dans lequel il les invite à le rejoindre à Papeete où il s'est établi et mène grande vie. Devenus gérants du cercle franco-anglais de Papeete, Charlotte et Jef connaissent alors une vie facile et beaucoup plus aisée. Charlotte, quant à elle finit par délaisser mari et enfant pour exercer son pouvoir de séduction sur tous les autres hommes, provoquant la jalousie de Jef dont la santé finit par se détériorer.

Mais pour le petit Charles il se raccroche à la vie. Charles, ce fils qui n'est peut-être pas le sien...

Éditions GALLIMARD

Édition originale (1936)

Posté par elleon à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le train de Venise

de Georges Simenon

le_train_de_veniseJustin Calmar rentre seul de vacances par le train Venise-Paris, laissant femme et enfants qui doivent rentrer quelques jours plus tard.

Pendant le voyage, il lie connaissance avec un étranger qui réussit habilement à lui soutirer toutes sortes de renseignements le concernant. L'inconnu lui confie alors une mission: il doit poursuivre sa route jusqu'à Genève sans arrêt alors que Calmar a deux heures d'attente à Lausanne, le temps qu'il faut pour retirer une petite valise à la consigne et la porter chez Arlette Staub qui habite une rue proche de la gare.

Puis l'homme quitte à un moment donné le compartiment pour ne plus y reparaître.

En gare de Lausanne, Calmar, bien que troublé par la disparition de l'inconnu, décide de remplir cette curieuse mission. Quand il arrive chez Arlette Staub, il y trouve le corps d'une jeune femme assassinée. Il fuit, rentre à Paris avec la valise qui, il le découvre plus tard, contient une fortune en argent américain et anglais.

Commence alors le supplice lent et inexorable de l'honnête Justin Calmar...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Édition originale (1965)

Posté par elleon à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La porte

de Georges Simenon

la_porteBernard et Nelly Foy coulent une existence paisible et monotone dans leur appartement de la rue de Turenne. Nelly travaille dans une importante maison de passementerie tandis que Bernard, handicapé mais appareillé, peut, grâce à ses  prothèses, vaquer aux menus travaux domestiques et peindre des abat-jour.

Nelly a une collègue, Gisèle, dont le frère Pierre, dessinateur,  est paralysé des deux jambes et habite le même immeuble que  Bernard et Nelly. Celle-ci pour rendre service à Gisèle porte régulièrement des commissions ou des messages à Pierre. Bernard finit par s'inquiéter de ces visites qui, quoique toujours très brèves, sont néanmoins régulières...

Peu à peu la jalousie va ronger Bernard même si son épouse multiplie les preuves de tendresse et d'attentions envers lui. Un jour, il surprend par la porte entrouverte de Pierre, une scène qui ne fait que renforcer ses doutes. Il s'enfuit errant dans les rues du quartier, quand il se décide à rentrer, le drame est enclenché...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Édition originale (1962)

Posté par elleon à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La main

de Georges Simenon

la_mainLes Sanders passent le week-end chez leurs amis Dodd. Ensemble ils se rendent à une réception au cours de laquelle Donald Dodd surprend son ami Ray dans les bras de leur hôtesse.

Au retour, une tempête de neige les empêchent de poursuivre leur route, ils laissent la voiture pour rentrer à pied dans le blizzard mais en arrivant à la maison,ils constatent que Ray n'est pas là... 

Donald part à sa recherche mais, fatigué et abruti par l'alcool, il finit par se réfugier dans une grange et se plonge dans d'amères réflexions sur sa vie, son amitié avec Ray, un homme à qui tout réussit alors que lui-même a une situation plus modeste et dépend en partie de son épouse Isabel. Il finit par rentrer chez les Dodd, persuadé qu'il a tué Ray en ne lui portant pas secours.

Même si les conclusions de la mort de Ray Sanders établissent qu'il est tombé d'un rocher, Donald se sent toujours responsable. Amené à gérer la succession de son ami, il devient très proche de Mona Sanders qui lui dépeint petit à petit un tout autre Ray qu'il ne l'imaginait: un homme plein de doutes, plein d'admiration envers son vieux comparse d'études resté fidèle à sa vocation de juriste et, devenu dépressif, il aurait pu se suicider.

Donald va plonger peu à peu, à son tour, dans la dépression et la paranoïa...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 04:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]