03 avril 2009

Narco Football Club

de Marc Fernandez & Jean-Christophe Rampal

Fernandez_RampalJour de finale de la Copa Libertadores qui couronne le club de foot champion d'Amérique du Sud. Les deux équipes rivales de la frontière, les Chacals et les Coyotes, s'affrontent pour la première fois à ce niveau de la compétition.

Quelques heures avant le match, l'entraîneur des Chacals est retrouvé assassiné à plusieurs centaines de kilomètres du stade. De quoi rendre explosive l'ambiance de la ville et déchaîner la folie des supporters ultras et des narcos des deux bords. Pour faire face à cette situation de crise, on doit faire appel à l'unité d'élite de la police, les Jaguars, dirigée par l'incorruptible Cauthémoc Bolivar, qui débarque dans une capitale en état de siège.

Présidents véreux, tueurs à gages à la solde des puissants cartels de la drogue, matchs et paris truqués, joueurs achetés, corruption à tous les étages : entre l'Amérique du Sud et l'Europe, Narco Football Club narre une saison de foot particulière sur fond de blanchiment d'argent et de trafic de drogue.

Éditions ALVIK


À l'heure du foot business, ce roman plonge dans les coulisses et les bas-fonds du sport roi.


Posté par Krri à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


FERNANDEZ, Marc / RAMPAL, Jean-Christophe

Biographie

Marc Fernandez est journaliste. Il collabore notamment à "Courrier international" au service Amérique latine.

Jean-Christophe Rampal est rédacteur en chef du magazine "Ulysse".

Ensemble, ils ont aussi publié deux documents: La ville qui tue les femmes- Enquête à Ciudad Juárez et "Pinochet, un dictateur modèle" aux éditions Hachette Littératures. Narco Football Club est leur premier roman.

~

Résumés

  1. Narco Football Club (Éd. Alvik - 2009)

Bonne lecture

Posté par Krri à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aller simple

de Carlos Salem

aller_simpleLorsque Dorita, la tyrannique femme d’Octavio, succombe brusquement dans un hôtel marocain où le couple passait des vacances, c’est pour lui un mélange de panique et de soulagement. Il est débarrassé de sa harpie, mais ne va-t-on pas l’accuser de meurtre ?

Tandis qu’il se pose ces questions en éclusant des vodkas, Soldati, un Argentin chanteur de tango amateur, vendeur de glaces dans le désert et escroc à ses heures, déboule dans sa vie comme une fusée. Ils croiseront bientôt Carlos Gardel (qui n’est pas mort en 1935…), bien décidé à tuer Julio Iglesias parce qu’il a osé reprendre ses tangos, mais aussi une équipe de cinéma abandonnée au désert, une bande de tueurs boliviens et des hippies figés dans le temps.

Et le timide Octavio, flanqué de ses fantasques compagnons, va se révéler un autre homme…

Éditions MOISSON ROUGE

-

Réédition: Babel/Actes Sud (2010)

~~~

Roman initiatique délirant, épopée hilarante et émouvante comme un tango de Carlos Gardel, Aller simple a reçu le "Prix du premier polar" en langue espagnol à la "Semana negra" de Gijon, le grand festival de littérature noire organisé par Paco Ignacio Taibo II. Il est aussi le deuxième livre de la collection « Semana negra »

~~~


Posté par Krri à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Carlos SALEM

Biographie

Carlos Salem Sola est né en 1959 à Buenos Aires. Journaliste et écrivain, il réside depuis 1988 à Madrid où il écrit entre deux soirées poésies dans son bar, le Bukowski…

~~~

Résumés

  1. Aller simple (Éd. Moisson Rouge - 2009)
  2. Attends-moi au ciel (Éd. Actes Sud - 2017)
  3. Le plus jeune fils de Dieu (Éd. Actes Sud - 2015)
  4. Un jambon calibre 45 (Éd. Actes Sud - 2013)

~

Série inspecteur José Maria Arregui

  1. Je reste roi d'Espagne (Éd. Actes Sud - 2011)
  2. Nager sans se mouiller (Éd. Actes Sud - 2010)

~

Autre titre

  • Le fils du Tigre blanc (jeunesse)

Bonne lecture

Posté par Krri à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une mort collégiale

de Eric Wright

UnemortcollegialeDans l'exercice de ses fonctions, l'inspecteur d'état-major Charlie Salter a souvent contemplé la mort de près. Pourtant, quand il se présente à l'urgence où son père, transporté en ambulance à la suite d'une chute, gît inconscient sur son lit d'hôpital, il se sent complètement désarmé.

Obnubilé par cette tragédie qui ravive ses angoisses filiales - ses relations avec son père ont toujours été conflictuelles -, Charlie cherche à se changer les idées et, s'étant entendu avec le lieutenant Marinelli, il décide d'enquêter sur la mort de Maurice Lyall, le doyen du "Bathurst College" récemment assassiné à son domicile.

Pour Marinelli, il ne fait aucun doute que cette mort est la conséquence d'un cambriolage qui a mal tourné. Or, des journaux de Toronto ont remis à la police des lettres anonymes suggérant plutôt que Lyall aurait été tué en raison de sa récente élection au poste de doyen.

Pour Salter, c'est l'affaire rêvée: rien de mieux que d'interroger une bande de professeurs imbus d'eux-mêmes et de leurs prérogatives pour oublier ses problèmes familiaux. Alors quand Marinelli lui annonce qu'il a mis la main sur le cambrioleur, et donc sur le meurtrier, Salter s'entête: pas question qu'il laisse aller son enquête !

Éditions ALIRE

Posté par Krri à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un tueur à Munich

de Andrea Maria Schenkel

un tueur a munich

Munich, années 1930, Kathie, jeune provinciale venue tenter sa chance à la ville envisage de trouver une place de bonne, mais la fréquentation de citadines plus libres la fait rapidement changer d’avis.

Elle voudrait tant vivre comme Mitzi, une amie entretenue par un fiancé lointain et "protégée" par un compagnon. L’atmosphère est aux cafés populaires, aux fêtes foraines et aux amourettes. Kathie adore la ville et apprend à utiliser le mensonge.

La vie est belle, mais le danger rôde. Des yeux indiscrets sont rivés sur les jambes des jeunes filles à bicyclette...

Éditions ACTES SUD


Comme dans La Ferme du crime,  Andrea Maria Schenkel, en se basant sur un fait divers réel, développe son récit sous différents angles, raconte Kathie et ses espoirs comme elle donne la parole aux proches des jeunes femmes disparues ou retrouvées mortes, ou à Josef Kalteis lui-même – accusé en 1939 du meurtre de plusieurs jeunes femmes à Munich et dans les environs – dans les réponses au juge lors de son procès. Et si on peut encore le croire, au début, lorsqu’il affirme ne s’en être pris qu’à une seule jeune fille mais qu’il n’aurait pas tuée, plus le récit avance, plus on découvre l’ampleur de sa folie meurtrière.

Le lecteur attend alors avec effroi le moment où la jeune Kathie va croiser le chemin de Kalteis. Car Kathie n’était que sa première victime.


Posté par Krri à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]