Biographie

Joan Barfoot est née en 1946 à Owen Sound en Ontario et a grandi dans une ferme. Après avoir suivi les cours de la "Western Ontario University" où elle obtient un BA en langue anglaise, elle embrasse la carrière de journaliste-reporter pour divers journaux et magazines, comme le "Windsor Star", "The Toronto Sun" puis le "London Free Press ". C'est à London en Ontario qu'elle s'établit pour mener de front sa carrière de journaliste, parfois même rédactrice et celle de romancière.

Le premier roman de Joan Barfoot est publié en 1978, "Abra"  (retitré  "Gaining ground" pour le public anglosaxon),  lui vaut une première récompense, "The Canada first novel Award" et  le second "Dancing in the dark" paru en 1982, adapté au cinéma sous le même titre (en français: "Danse à contre-jour") remporte diverses récompenses au "Festival du film de Cannes" ainsi qu'à celui de Toronto: meilleure réalisation, meilleure adaptation en scénario, et l'actrice Martha Henry est consacrée meilleure actrice dans le rôle principal.

À ce jour, Joan Barfoot qui a maintenant laissé le journalisme, a écrit une douzaine de romans dont certains lui ont valu d'être en lice pour divers prix littéraires, ainsi: "Critical injuries", son 9ème roman a été choisi pour figurer  sur la liste des prétendants au "Man Booker Prize" en 2002, après avoir eu sa place sur la liste des nommés pour le "Trillium Book Award" en 2001. "Luck", publié en 2005, s'est trouvé proposé, quant à lui, pour un "Scotialbank Giller Prize" et la même année, Joan Barfoot est choisie pour recevoir "The Huron University College Medal of distinction". Elle avait déjà reçu en 1992, le "Marian Engel Award" qui récompense une romancière de nationalité canadienne arrivée "en milieu de carrière".

Joan Barfoot écrit principalement sur les femmes, les difficultés d'être une femme, l'amitié entre elles, leurs rapports compliqués, voire conflictuels avec les hommes. « L'originalité, la sensibilité et l'humour de ses romans suscitent à chaque fois un grand enthousiasme » (cf. livresquebecois.com). Au niveau international, on la compare souvent à Ann Tyler, Carol Shields, Margaret Drabble ou bien encore Margaret Atwood. Les lecteurs francophones la découvrent en 2003 avec la traduction aux Éditions Encre de Nuit, de "Critical injuries" paru d'abord sous le titre "État critique", qui devient Blessures graves aux Éditions Libre Expression (Québec)en 2004 (la seule édition que j'ai pu retrouver ?!). 

En 2008, est paru au Canada "Exit lines", le douzième et dernier (?) roman de Joan Barfoot qui semble avoir arrêté là, toute production littéraire.

(Sources: Wikipedia / joanbarfoot. /  )

Elleon (Mise à jour 02/2015)

~~~

Résumé

  1. Blessures graves (Éd. Libre Expression - 2004)ou État critique

Bonne lecture