09 avril 2009

James BRADLEY

Biographie

(Ne pas confondre avec l'auteur américain du même nom, auteur de récits historiques, dont le fameux "Mémoires de nos pères").

James Bradley est né en 1967 à Adelaïde en Australie du Sud. Il poursuit ses études universitaires dans cette même ville, diplômé en Droit, il poursuit avec quelques modules en Philosophie puis intègre l'École des Arts cinématographiques et audiovisuels de l'Université australienne. Sa carrière professionnelle se diversifie d'autant: assistant juridique, puis avocat, assistant de recherches, éditeur et plus récemment il s'est forgé une petite réputation comme vendeur dans un video-shop.

Pendant toutes ces années, il écrit des chroniques pour divers journaux et magazines et publie un premier livre en 1994, un recueil de poèmes, "Paper Nautilus" qui se retrouve en bonne place sur la liste des prétendants au "Australian National Book Council's Banjo Award". En 1996, James Bradley édite une anthologie, "Blur" qui reprend les écrits de jeunes auteurs australiens. Il publie son tout premier roman "Wrack" en 1997, dans lequel il pose les questions sur les faits réels et la place de l'imaginaire dans l'histoire et les origines de son pays, l'Australie. Dès 1998, paraît son second roman "The deep field", deux romans qui remportent plusieurs récompenses tant en Australie qu'à l'étranger où ils sont déjà traduits.  Ainsi, il reçoit "The Age Fiction Book of the year", "The Miles Franklin Literary Award", "The Aurealis Best Novel Award" (catégorie S-F), "The Commonwealth Writers Prize for the best first book" et d'autres encore dont  le fameux "Kathleen Mitchell Literary Award". Par deux fois, en 1997 et 2000, il est choisi par le "Sidney Morning Herald's" comme le meilleur jeune romancier australien.

C'est avec son quatrième roman "The resurrectionist" paru en 2007, best-seller au Royaume-Uni et sélectionné par la célèbre émission britannique "The Richard and Judy' s Club",  que les lecteurs français découvrent James Bradley au  printemps 2009, grâce aux Éditions Payot/Rivages avec ce roman titré Le résurrectionniste: « Un authentique thriller gothique... »

(Sources: Wikipedia / fantasticfiction. /cityoftongues. )

Elleon (Mise à jour 04/2015)

~~~

Résumé

  1. Le résurrectionniste (Éd. Rivages - 2009)

Bonne lecture

Posté par elleon à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


La peau de César

de René Barjavel

la peau de cesar

On doit jouer "Jules César" dans les arènes de Nîmes...

Le commissaire Mary reçoit une lettre: - CE SOIR LES CONJURÉS TUERONT VRAIMENT CÉSAR - 

Un assassin, dans l'ombre, monologue... L'acteur Faucon s'écroule, à la fin de la représentation, devant vingt mille personnes, sous les applaudissements - un merveilleux moment de théâtre.

À ceci près qu'il a été réellement tué, dans la lueur des projecteurs.

Mary enquête entre le réel et l'illusion, interroge les acteurs qui répondent à leur pseudonyme, à leur propre nom, à celui du personnage dont ils jouent le rôle. Et voilà que Brutus, à son tour, ne se relève pas pour saluer les spectateurs.

C'est sur un coup de théâtre, bien sûr, lui aussi soigneusement mis en scène, que s'achève "La peau de César", une passionnante intrigue policière menée sur le terrain du simulacre.

Éditions GALLIMARD

-

 Édition originale: Éd. Mercure de France (1985)

Posté par elleon à 06:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

René BARJAVEL

Biographie

René Barjavel est né en 1911 à Nyons dans la Drôme, de parents boulangers. Pendant l'absence de son père parti à la guerre, sa mère assure seule le travail de la boulangerie et le jeune René découvre seul la nature et ses prodiges (des souvenirs d'enfance qu'il retrace dans "La charrette bleue" en 1980). Le bonheur douillet retrouvé avec le retour de son père est de courte durée, sa mère décède alors qu'il n'a que 11 ans. À l'école, le jeune René n'est pas particulièrement studieux sauf en français, matière dans laquelle il se fait remarquer par un de ses professeurs qui l'encourage à poursuivre ses études après le certificat et lui fait découvrir les grands auteurs de la Littérature. Son père ne peut cependant assurer une telle dépense, d'autant qu'il destinait son fils à la "boulange", mais Abel Boisselier, son professeur, obtient de le prendre sous sa protection et René devient pensionnaire au Collège de Cusset où il obtient son baccalauréat en 1927. Là s'arrêtent les études, faute de moyens financiers.

René Barjavel pratique alors divers petits métiers: surveillant de collège, professeur d'anglais, agent immobilier, employé de banque et finit par entrer au journal  "Le Progrès de l'Allier" à Moulins où il commence une carrière de journaliste. Toujours passionné de Littérature et plus encore par l'auteure Colette, il écrit un essai sur son oeuvre et fait par la suite plusieurs conférences sur le sujet. Son métier de journaliste lui fait rencontrer de nombreuses personnalités du monde littéraire dont Jean Anouilh avec lequel il fonde en 1936 la revue littéraire "La Nouvelle Saison". Et c'est aussi une rencontre décisive avec Robert Denoël en 1935 qui lui offre du travail à Paris dans sa maison d'éditions.

Marié et rapidement heureux père, René Barjavel va mener de front son emploi chez Denoël, et son métier de journaliste, chroniqueur à l'Hebdomadaire "Le Merle Blanc". Survient alors la Seconde Guerre Mondiale, il passe quelque temps dans un régiment de zouaves, période qu'il vit mal et développe dès lors un profond penchant antimilitariste, puis, démobilisé il rentre bientôt sur Paris (occupée par les Allemands) avec sa famille et reprend son travail chez Denoël où il gravit les échelons et accède, en 1942, au poste de directeur de la collection de livres pour enfants. Déjà il écrit lui-même, soumet un premier manuscrit à son patron qui l'encourage de ses conseils, et "Ravage" est publié en 1943, suivi de quelques nouvelles et en 1944, il devient directeur littéraire. Son second roman "Le voyageur imprudent" est publié, deux premiers romans  dits "fantastiques" qui font de René Barjavel, le précurseur de la Science-Fiction française, terme non encore usité en France à cette époque. En 1945, paraît le recueil de nouvelles "Les enfants de l'ombre" mais c'est aussi l'année des règlements de compte, une campagne d'épuration qui vise certaines personnalités du monde littéraire: Robert Denoël est assassiné.

Barjavel mène alors de front ses activités de journaliste, de critique, de romancier mais le succès n'est pas au rendez-vous, et il délaisse alors le roman pour écrire des scénarios. Il est scénariste, adaptateur, dialoguiste sur des films comme la série des "Don Camillo", "Les misérables" ou encore "Le guépard" jusqu'en 1965, année pendant laquelle il renoue avec son activité de journaliste (notamment pour "France Soir") et d'écrivain qu'il n'a jamais vraiment abandonné, écrivant des nouvelles pour la revue "Fiction", s'affirmant comme le créateur de la S.F française.

Le succès arrive en 1968 avec "La nuit des temps" qui est récompensé par "Le Prix des Libraires", puis à partir du scénario "Les chemins de Katmandou" qu'il a écrit pour André Cayatte, il écrit le roman publié en 1969. Dès lors, la carrière de René Barjavel  « d'un écrivain populaire » démarre véritablement. Entre 1942 et 1985, il écrit une vingtaine de romans, quelques essais, des récits, des nouvelles et... un roman policier: La peau de César paru en 1985 aux Éditions Mercure de France, réédité à plusieurs reprises chez Gallimard, dans la collection Folio.

René Barjavel décède fin 1985, il laisse une oeuvre magistrale dans le genre de la Science-Fiction ou de "l'Anticipation", (certains puristes préférant cette appellation), et un essai inachevé qui regroupe ses pensées et ses réflexions sur l'avenir: "Demain le Paradis" est publié à titre posthume en 1986. 

L'oeuvre de Barjavel est ici juste survolée, (je m'en excuse auprès de ses admirateurs inconditionnels) car le seul et unique ouvrage qui nous intéresse sur Fiches Livres  est "La peau de César" que je vous invite à découvrir...

(Sources Wikipedia /barjaweb. )

Elleon

~~~

Résumé

  1. La peau de César (Éd. Gallimard - 1990)

Bonne lecture

Posté par elleon à 06:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]