10 avril 2009

Méchoui-massacre

de Jean-Pierre Bastid

mechouimassacre

Biques, bicots, arbis, troncs de figuier, troncs, melons, crouilles, crouillats...

Quand il y en a une horde qui déferle sur une terre...

Quand les Auvergnates chassent leur Seigneur et Maître...

Quand les Anciens d'Algérie et tout un village appellent au lynch...

Quand l'avion d'un magnat international vient s'emplâtrer dans le méchoui et que surgissent les gendarmes français, il n'y a plus qu'à le proclamer: GLOIRE AUX BOUGNOULES !

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les tours d'angoisse

de Jean-Pierre Bastid & Michel Martens

les tours d'angoisse

La tour, prends garde !

Tes locataires habituels, les "cadres", sont partis en vacances. Plus que quelques jeunots, que quelques paumés...

Alors, si par malheur, dans ton labyrinthe, tes couloirs, tes piscines, tes ascenseurs, un dingue s'insinue avec sa peur, sa soif de mort, c'est toi toute entière qui deviendra dingue, la tour, et qui appelleras, en vain, au secours...

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le rouquin chagrin

de Jean-Pierre Bastid & Michel Martens

le_rouquin_chagrin

Être nègre en France, ça pose déjà des problèmes.Nègre et fauché, c'est de la provocation. Nègre fauché et rouquin, c'est carrément de l'inconscience !

Heureusement que le pauv'Ariel (c'est son nom) a un tonton qui fait dans le vaudou lucratif à Belleville sous le nom de "Mage Kaliban". 

Heureusement qu'entre tonton et neveu on s'aide. Heureusement ?...

Vous échangeriez un Français moyen contre deux Ariel, vous ? ...

Éditions JEAN GOUGEON

Posté par elleon à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bille de clown

de Jean-Pierre Bastid & Michel Martens

bille_de_clown

L'inspecteur Minard est sur les traces du fou à la scie: le tueur aux yeux violets...

Daniel n'aime pas le cirque surtout quand, sur la piste, un clown hystérique décapite une poupée avec une scie. Minard est le beau-père de Daniel et, Daniel est un gosse drôlement curieux pour son âge.

« Devant elle se tenait un clown, un vrai, un Auguste... De la main gauche, il attrapa les longs cheveux blonds, les entortilla autour de son poing, tira, les noua et dégagea ainsi la nuque et le cou... Il put alors enfoncer les dents de la scie dans la chair pâle, veinée comme une nacre bleuâtre... »

Éditions JEAN GOUGEON

Posté par elleon à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Toutes griffes dehors

d'Ange Bastiani

toutes griffes dehors

Que Monique, la jeune femme d'un médecin de banlieue, exige de son amant qu'elle est sur le point de quitter, la restitution de certaines de ses lettres par trop enflammées, voilà qui paraît la chose la plus normale du monde... 

Et, du moment que l'amant en question ne se fait pas trop prier pour accéder au légitime désir de celle qui l'abandonne, il semble qu'aucun problème ne devrait, dès lors, se poser...

La malheur veut que l'infidèle repentante soit agressée le soir même par deux inconnus alors qu'elle regagnait le domicile conjugal. Et, lorsque après avoir dû subir les derniers outrages, la belle Monique s'aperçoit qu'on lui a dérobé sa compromettante correspondance, il est assez naturel qu'elle commence à trouver le sort bien cruel à son égard.

Mais lorsque, de surcroît, elle découvre au cours de la nuit, dans son propre lit, le cadavre de son amant, c'est à ne plus savoir à quel saint - ou à quel diable - se vouer.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ratafia de roses

d'Ange Bastiani

ratafia de roses

La feuille de rose est à usages multiples, depuis l'industrie du parfum, qu'elle alimente, jusqu'à la confection d'une variété de ratafia particulièrement savoureuse.

Mais, en fait de boisson alcoolisée, c'est dans un singulier pastis que se trouve cet horticulteur des Alpes-Maritimes lorsqu'il découvre, une nuit, dans une de ses serres où il lui avait précisément donné rendez-vous, une jeune, séduisante et peu farouche cueilleuse de fleurs, torturée, mutilée et assassinée à coups de sécateur.

...Qu'autour de lui s'agitent, dans les jours suivants, un père prodigue littéralement tombé du ciel, une demi-soeur aussi ravissante qu'aguicheuse, sa propre épouse à la cuisse plus que légère, un promoteur immobilier dépourvu de scrupules - tant pis pour le pléonasme - , une huile du "mitan" niçois et quelques barbillons de seconde zone, n'est pas certes fait pour arranger les choses...

Il n'en faut pas davantage pour que se défasse une réputation de parfait honnête homme... qui n'était d'ailleurs pas tout à fait méritée... Et, détail curieux, dans ces champs de rosiers, dont le grand soleil exalte couleurs et senteurs, personne ne semble pourtant... au parfum !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Polka dans le champ de tir

d'Ange Bastiani

polka dans le champ de tir

De la baraque aux cent mille portes, on se tire comme on peut.

Parfois, un crochet et une corde, ça suffit... Et après ça, vive la liberté !  Sauf que la liberté, ce n'est pas toujours drôle, quand on est possesseur d'un secret qui vaut des kilos d'or.

Et surtout, lorsqu'il y a foule au guichet des renseignements et que la bande de Féfé-l'Innocent, qui n'est pas composée d'enfants de choeur, a décidé une fois pour toutes que la bonne soupe, c'était pour elle !

Éditions GALLIMARD

-

Édition originale: Éd. Gallimard (1955)

Posté par elleon à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La fine à l'eau

d'Ange Bastiani

fine_a_l_eau

_ Sur tout l'alcool qui se boit à Marseille, à Marseille et ailleurs, y en a une bonne part qui entre en France sans dire bonjour aux Contributions Indirectes. Tu m'as compris ?..  Bon, je vois que tu saisis. T'es pas si bête que tu en as l'air. Bon, dis-toi qu'un rafiot part d'Anvers avec à bord, une cargaison de tord-boyaux à 96°, en principe à destination de Gênes.

Je dis en principe, parce que ce serait malheureux d'aller payer le coup aux Ritals quand on a soif chez nous. Alors, cette gnôle, on s'arrange pour la débarquer sur la côte en douce et sans dégâts. Par bidons de cinquante litres, on immerge la camelote, dans trois, quatre coins tranquilles, où, dans les nuits qui suivent, des amis viennent faire le ramassage.

C'est pas plus difficile que ça !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]