01 juillet 2009

Un mois de la vie d'un flic

de J.J. Marric

un mois dans la vie d'un flic

Pour Gideon de Scotland Yard, le mois de mai débute calmement. La douceur du printemps aurait-elle endormi le monde du crime ?  Non. Car l'accalmie est de courte durée.

Pourquoi cette mère brutalise-t-elle ainsi son jeune fils ? Pourquoi cette femme s'est-elle jetée par la fenêtre ? Ce veuf séduisant qui vient de se remarier, sa femme est-elle menacée de mort ? Qui a tué Frisky Lee ?

Toutes ces enquêtes doivent être menées de front, toutes doivent aboutir... et bien d'autres encore. Difficile ? Peut-être. Pour Gideon de Scotland Yard, c'est uniquement « un mois dans la vie d'un flic ».

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Scotland Yard ouvre le bal

de J.J. Marric

scotland_yard_ouvre_le_balLa nuit du bal annuel de Scotland Yard est peut-être celle où il se produit le plus d'incidents.

Comme si les malfaiteurs savaient que ce soir-là, à Londres, les policiers s'accordent le droit de se distraire. Au reste, ces policiers sont des hommes comme les autres, avec des défauts et des qualités, mais aussi des responsabilités que ne supportent pas les autres.

Le commandant Gideon, leur chef, doit en tenir compte quand il charge l'un d'eux d'une mission quelconque.

Ainsi, quand des troubles raciaux éclatent dans un quartier surpeuplé, doit-on parce qu'il s'avoue raciste, déplacer le policier responsable de l'ordre? Ou lui faire confiance, sachant qu'il accomplira sa tâche sans faiblesse ?

Et cet inspecteur qui vit, comme l'on dit, "dans le péché", doit-on le contraindre à démissionner parce que sa liaison risque d'influer sur son efficacité professionnelle ou de ternir la réputation du Yard ?

Et tant d'autres cas dont la vie personnelle se mêle aux divers incidents qui émaillent l'existence d'une grande ville, avec tout ce qu'elle a de terrible, de sordide et d'humain.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Meurtre au sommet

de J.J. Marric

meurtre_au_sommetUne réunion occidentale au sommet, qui amène à Londres, non seulement des chefs de gouvernements, mais également des chefs d'Etats, vient accroître fort inopinément les responsabilités déjà écrasantes auxquelles doit faire face le commandant Gideon de Scotland Yard.

Outre une trouble affaire criminelle demeurée sans solution et qui prépare la voie à d'autres meurtres, il lui faut déjouer les entreprises des gangs organisés, bien décidés à mettre à profit le jour J pour écumer l'itinéraire que doit emprunter le cortège officiel.

Pour faire bonne mesure, notre ami Gideon apprend à la dernière minute que deux dangereux fanatiques s'apprêtent, chacun de son côté, à attenter à la vie du président des Etats-Unis et à celle du président français. Que va donc réserver à Gideon, ce dimanche qui s'annonce très sombre ?

Malgré un soleil éclatant, le suspense jalonne les étapes du parcours, le drame risque d'éclater à chaque instant. Gideon parviendra-t-il à éviter le pire ?  Mais quel prix ne lui faudra-t-il pas payer ?

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La rousse a le feu sacré

de J.J. Marric

la_rousse_a_le_feu_sacreHarrison regarda sa femme s'installer paisiblement devant la télévision. Elle réprima un ou deux bâillements... Non, décidément, elle ne prendrait pas de somnifère ce soir. Il comprit qu'il lui faudrait encore beaucoup de patience.

Malgré lui, il ne cessait d'imaginer Chloé, là, dans ce fauteuil où Pamela se prélassait sans vergogne. Chloé se maquillait bien plus que sa femme. Mais, quand elle forçait ainsi sur le fond de teint, c'était plutôt Pamela qu'on aurait prise pour une grue.

L'imbécile ! Elle s'imaginait pouvoir le reconquérir avec ses pauvres ruses. Mais il n'y avait plus rien d'elle qu'il puisse encore désirer. Non, rien... sinon sa mort !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Gideon au musée

de J.J. Marric

gideon_au_museeScotland Yard... La machine de guerre la plus efficace, la plus impitoyable jamais mis sur pied pour lutter contre le crime organisé.

À sa tête, des êtres ordinaires et non des surhommes. Des individus qui ne se distinguent en rien du commun des mortels, qui vivent, aiment, sont sujets à des sautes d'humeur comme tout un chacun. Ils dorment un peu moins et ont un peu plus de responsabilités que leurs semblables, voilà tout.

George Gideon, chef de la Police criminelle à Scotland Yard, fait partie de ces hommes ordinaires. Sa tâche est des plus simples: prévenir ou réprimer tout crime, quel qu'il soit, commis dans cette métropole de plus de huit millions d'habitants.

Autant dire que Gideon et Sisyphe ne font qu'un: les hold-up, les crimes crapuleux ou passionnels constituent leur pain quotidien; parfois pourtant, surgit un problème plus complexe ou plus grave: une menace d'affrontements raciaux, un risque d'erreur judiciaire par exemple, ou encore le vol d'un chef d'oeuvre à la National Gallery, le Louvre de Londres, qui dresse le pays tout entier contre sa propre police.

Pour faire face, George Gideon ne peut qu'utiliser toutes les ressources de son cerveau et lancer ses hommes dans la bataille, avec leurs qualités et leurs défauts. Des hommes ordinaires... qui font pourtant des miracles grâce à leur ténacité et leur abnégation. Scotland Yard, ce n'est pas cette machine froide et impersonnelle dont parlent les journaux, c'est eux!

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Du sport pour Gideon

de J.J. Marric

du_sport_pour_gideonLigotée, un morceau de ruban adhésif sur la bouche, Juanita Conception gisait dans l'ombre.

Dans la pièce voisine, une voix domina les autres: « - Cette garce nous a donnés !... ».  Puis la porte s'ouvrit et les yeux de Juanita se posèrent sur le visage de Roy, sur sa barbe hirsute, ses lèvres humides et elle frissonna.

Roy s'approcha d'elle, arracha le ruban adhésif. La douleur fut si aiguë qu'elle poussa un cri.

« - Et maintenant, tu vas parler, fille de garce. » ordonna-t-il. Dans sa main, un couteau à lame courte et large brilla...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Crime Cocktail

de J.J. Marric

crime_cocktailSur le bureau de George Gideon, à New Scotland Yard, le téléphone sonnait cent fois par jour. Mille fois, aurait-on cru à certaines périodes.

Appels proches ou lointains, banals ou sortant de l'ordinaire mais pour la plupart liés au crime, et entraînant la cohorte habituelle de chagrin, de désespérance pour les victimes, d'éphémère triomphe pour les coupables. Texture de la société moderne, qu'on le veuille ou non.

Gideon fronçait le sourcil, parce que certains aspects de l'affaire Benito Lucci le chiffonnaient. Il avait été accusé de proxénétisme et relâché après versement de deux fois cinq mille livres de caution par un associé et un avoué.

Que Lucci fût riche ne voulait pas dire qu'il était le chef de bande et Gideon mettait en doute le rapport des deux directeurs de Lucci, qui l'accablait...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Centrale party

de J.J. Marric

centrale_partyGideon a beau être un vieux renard, l'évènement cette fois le surprend. Ces incendies, ces sabotages sont-ils volontaires ?

La routine quotidienne, un enlèvement d'enfant, un maniaque qui rôde l'empêchent de se consacrer comme il le voudrait à ces sabotages. Ce qui lui permettra d'éviter la catastrophe, c'est la faculté dont il dispose de prévoir les réactions d'une âme criminelle.

Après trente-cinq ans de métier, c'est bien moins que le Diable puisse faire pour lui...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

MARRIC, J.J.

Biographie

J.J. Marric est un des pseudonymes utilisés par John Creasey (J. pour John Creasey, J. pour Jean, son épouse, Mar. pour Martin, un de ses fils et ric, pour son autre fils Richard).

Sous ce pseudonyme, il crée le personnage de Gideon (prénom George), chef de la police criminelle à Scotland Yard, « bien bâti, travailleur, téméraire quand il le faut, appliqué. Un personnage sur qui l'on peut compter sans crainte, qui apporte quelque chose de neuf dans le roman policier » (Presses de la Cité). Gideon donne son nom à une série qui compte 21 ou 22 titres (selon les sites, peut-être une réédition sous un autre titre ?) publiés entre 1955 et 1976 (dont les deux ou trois derniers à titre posthume), accueillis avec succès par le public et la presse, ils ont été traduits en plusieurs langues, dont le français. 

Adaptée à la télévision britannique sous le titre de "Gideon's way", la série est sans doute la plus populaire de son époque; le tout premier titre "Gideon's day", paru en 1955, a été  quant à lui adapté au cinéma par John Ford en 1958.

En 1962, le 7ème titre "Gideon's fire" est récompensé par un "Edgar Award du meilleur roman", remis par l'Association des "Mystery Writers of America".

Elleon

~

Résumés

Série Gideon

  1. Centrale party (Presses de la Cité - 1970)
  2. Certains l'aiment... refroidi (Presses de la Cité - 1960)
  3. Crime Cocktail (Presses de la Cité - 1966)
  4. Du sport pour Gideon (Presses de la Cité - 1970)
  5. Gideon au musée (Presses de la Cité - 1973)
  6. La rousse a le feu sacré (Presses de la Cité - 1962)
  7. La Tamise pour cercueil (Presses de la Cité - 1969)
  8. Meurtre au sommet (Presses de la Cité - 1963)
  9. Scotland Yard ouvre le bal (Presses de la Cité - 1973)
  10. Un mois de la vie d'un flic (Presses de la Cité - 1959)

~

Autres titres

  • Alerte à Scotland Yard
  • Dynamite et midinettes
  • Escrocs migrateurs 
  • La mort en balade
  • La nuit d'un flic
  • 7 jours de la vie d'un flic
  • 24 heures de la vie d'un flic

Bonne lecture

Posté par elleon à 06:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Week-end meurtrier

de Jeremy York

week end meurtrier

... Le vieillard agonisait sur la banquette et Bruce Cory perdait la tête. Il n'osait lâcher la serviette que le vieux venait de lui confier, avant de s'effondrer. Sans avoir pu réagir, il se voyait chargé d'une mission qui prenait soudain forme de testament...

Tout à coup, il vit la porte du compartiment s'ouvrir. Une femme entra, qui se prétendit être médecin, et fit une piqûre au vieillard. Mais, sans doute, il était trop tard !...

Et voilà Bruce Cory lancé dans une aventure périlleuse, détourné de la petite station balnéaire où il comptait passer ses vacances, en danger de mort ! Au cours d'un règlement de comptes entre contrebandiers, il sera recueilli par Lucille, dont il deviendra amoureux malgré les menaces qui pèsent sur lui de toutes parts, malgré la haine de cette femme, appelée "Ma"...

Éditions MARABOUT


Jeremy York /John Creasey est un des remèdes les plus sûrs contre la dépression  - a dit la presse américaine -, la lecture de ce suspense vous clouera dans votre fauteuil !


Posté par elleon à 04:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]