18 juillet 2009

Un peu de ton sang

de Theodore Sturgeon

sturgeon__theodoreDeux psychiatres militaires correspondent et échangent rapports confidentiels et expertises médicales sur le cas terrifiant d’un certain George Smith, arrêté pour agression violente sur un officier. Le dossier de George dévoile une plongée cauchemardesque dans la psychose et dessine la figure monstrueuse et angoissante d’un « vrai » vampire.

Éditions TÉLÉMAQUE


Un chef-d’œuvre macabre qui renouvelle le mythe, désigné en 1995 comme un des plus grands classiques du genre par l’association Horror Writers of America.


Posté par Krri à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Theodore STURGEON

1918 - 1985

Biographie

Theodore Sturgeon, de son vrai nom Edward Waldo, est né en février 1918 à Staten Island (New York) et mort en mai 1985. C'est un écrivain américain de fantastique et de science-fiction, dont le talent s'est exprimé à travers de nombreuses nouvelles et quelques romans.

La vie de Theodore Sturgeon fut sentimentalement quelque peu mouvementée: ses parents divorcèrent en 1927 alors qu'il n'avait que 9 ans et sa mère se remaria en 1929 avec un professeur émigré écossais, William Dicky Sturgeon, un beau-père avec lequel il ne s'entendra jamais. Celui-ci l'obligea à prendre son nom et à changer de prénom: Edward Hamilton Waldo s'appellera désormais Theodore Hamilton Sturgeon. Il utilisera cependant par la suite son ancien nom pour signer quelques œuvres. Il est par exemple connu sous les pseudonymes de E. Hunter Waldo, E. Waldo Hunter (suite à une erreur du rédacteur en chef) et Frederick R. Ewing. Theodore Sturgeon se maria cinq fois. Ses épouses successives furent, dans l'ordre: Dorothy Fillingame (mariage en 1940/divorce en 1945), Mary Mair (1949/1951), Marion McGahan (1951/1965), Wina Bonnie Golden (1969/1976) et Jayne Tannahill (1976/mort de Sturgeon). Il eut en tout sept enfants.

Il vendit les droits de son premier récit en 1938 au journal "McClure's Syndicate" qui lui acheta la majeure partie de ses premiers écrits, qui n'entraient pas encore dans la catégorie du fantastique. Il fit ses débuts dans le genre fantastique une année plus tard. Il commença par écrire de nombreuses nouvelles destinées à des magazines de science-fiction comme "Astounding Science Fiction" et "Unknown". Il écrira en tant que nègre un épisode des aventures du détective Ellery Queen, "The Player on the Other Side" (Random House, 1963). La plupart des œuvres de Theodore Sturgeon ont quelque chose de poétique et même, d'élégiaque. Il était réputé pour utiliser dans ses écrits la technique de la "prose rythmique" qui devait assurer à son écriture une certaine régularité métrique et lui permettait de procéder à de subtils changements d'atmosphère qui échappaient à la conscience du lecteur.

Theodore Sturgeon écrivit des scénarios pour quelques épisodes de Star Trek: "Une partie de campagne" (Shore Leave, 1966) et "Le Mal du pays" (Amok Time, 1967, publié plus tard sous la forme de roman en 1978). Ce dernier épisode est connu pour son invention du Pon farr, le rituel sexuel du peuple vulcain. Sturgeon écrivit également plusieurs scénarios pour des épisodes de Star Trek qui ne furent jamais produits et c'est dans l'un de ces projets de scénario qu'apparaît pour la première fois la célèbre "Directive Première" de la Starfleet. En 1975, il écrivit également l'épisode intitulé "The Pylon Express", pour l'émission du samedi matin "Land of the Lost". Bien que Theodore Sturgeon soit bien connu des lecteurs des anthologies classiques de science-fiction (il comptait parmi les auteurs du genre les plus populaires aux États-Unis dans les années 1950) et qu'il bénéficie d'une reconnaissance critique (John Clute écrit dans son Encyclopédie de la Science fiction : « Il influencera durablement des auteurs comme Harlan Ellison et Samuel R. Delany et libérera par sa vie et son œuvre la SF de l'après Seconde Guerre mondiale »), il demeure peu connu du grand public et remportera relativement peu de prix littéraires (le meilleur de sa production littéraire a été publié avant la création des prix spécialisés). Il a fortement influencé de grands auteurs beaucoup plus connus que lui tels que Ray Bradbury et Kurt Vonnegut, dont le personnage dénommé Kilgore Trout renvoie directement à Theodore Sturgeon.

~

Résumé

  1. Un peu de ton sang (Éd. Télémaque - 2008)

Bonne lecture

««« auteurs S

Posté par Krri à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Méchant garçon

de Jack Vance

Vance__JackRonald, très attiré par les filles (elles beaucoup moins) étrangle accidentellement l'une de ses camarades, quand celle-ci le repousse.

La mère de l'adolescent, convaincue de l'innocence de son fils, le cache dans leur propre maison. Les mois passent. La mère de Ronald est victime d'un arrêt cardiaque. Il se retrouve seul, parasite invisible et voyeur, dissimulé au cœur de la maison qu'une famille va bientôt habiter...

Éditions TÉLÉMAQUE

Édition originale: PAC - Red Label (1979)

etoile Prix Mystère de la critique (1980)


« Un thriller psychologique claustrophobe, étouffant et parfaitement pervers. »


Posté par Krri à 13:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

VANCE, Jack

1916 - 2013

Biographie

John Holbrook Vance, dit Jack Vance, né en 1916 à San Francisco, est considéré comme un des papes de "l'heroic fantasy" et de la SF (" Le Cycle du Schaï, "Le Geste des Princes-Démons"...). 

Vance fait ses études à l’Université de Berkeley en Californie et c’est là qu’il commence son apprentissage d’écrivain: grand amateur de Jazz, il écrit à cette époque des articles pour les colonnes du "Daily Californian". Durant la Seconde Guerre mondiale, il est intégré, en 1942, dans la marine marchande et met à profit cette période pour écrire ses premières nouvelles, qui seront rassemblées dans le recueil "Un Monde Magique". Il publie sa première nouvelle, "The World-Thinker", en 1945 dans le magazine "Thrilling Wonder Stories". En 1997, la "Science Fiction Writers of America" lui accorde la distinction honorifique de "Grand Maître". Il a été auparavant lauréat de nombreux prix: "l’Edgar" en 1960, le "Hugo" en 1963 et 1967, le "Nebula" en 1966, le "Jupiter" en 1975, "l’Achievement" en 1984, "le GilgamXs" en 1988 et le "World Fantasy" en 1990. Il reçoit aussi, en 1961, le prix "Edgar Allan Poe" pour sa nouvelle policière, "The Man in the Cage".

Il a exercé une influence considérable sur la Science-Fiction exotique et picaresque, ce dont témoignent des livres comme "Le Château de Lord Valentin" de Robert Silverberg, "Le maître des ombres" de Roger Zelazny, "Mytale" d’Ayerdhal ou "Le Chant du cosmos" de Roland C. Wagner. Un numéro spécial de la revue Bifrost lui a été consacré en 2003.

Jack Vance est un excellent conteur qui place souvent ses personnages dans des situations d’où ils doivent se tirer par de multiples moyens, l’un d’entre eux étant souvent l’insolence astucieuse. Il y a du burlesque chez les personnages de Vance; son talent s’exprime par la création de cultures très crédibles: il en décrit les mœurs et s’attache particulièrement aux vêtements, aux couleurs et... aux traditions culinaires et gastronomiques. L’utilisation fréquente des notes de bas de pages donnent de la substance à ses univers imaginaires. Les technologies futuristes (ou la magie) sont, dans l'œuvre de Vance, au service du récit. L’auteur ne cherche pas à les mettre en avant ou à épouser les développements technologiques les plus récents de notre époque; ces avancées futuristes côtoient des éléments très archaïques: ainsi le vaisseau spatial et la traction animale ont droit de cité dans une même œuvre. Il décrit fréquemment des sociétés très codifiées, au formalisme rigide, où les valeurs s’inversent radicalement à l’occasion de célébrations exceptionnelles. On y retrouve l’ambiance du carnaval: le port du masque permet de gommer les différences sociales et de se livrer à tous les excès.

Pour autant, l’auteur ne perd jamais de vue les destins individuels des personnages secondaires tiraillés entre leurs aspirations personnelles et les contraintes de la société dans laquelle ils vivent. L'Aventure et l'Aventurier sont aussi des thèmes récurrents de l'œuvre vancienne: le voyage, qu'il soit entrepris dans un but initiatique, commercial, touristique ou professionnel ou subi du fait de l'esclavage, de la fuite ou de la quête, est prétexte à de savoureuses confrontations à l'Autre. Le faux-pas culturel, l'incident diplomatique, le marchandage et la duperie ont souvent des conséquences que Vance semble prendre un malin plaisir à décrire. On retrouve fréquemment l'archétype du guide touristique qui tente d'exploiter au mieux la naïveté de son client ou du marchand qui demande un prix exorbitant pour ses biens. Le contrat, qu'il soit social ou commercial, est au centre de l'œuvre de Vance. Certains personnages ne s'y tiennent qu'un moment pour le trahir ou le détourner (cf. le jeu du hadaul) ou sont d'une honneteté scrupuleuse (Jehan Addels, l'homme de confiance de Gersen dans la geste des Princes Démons). En fin de compte, le héros vancien est souvent un personnage masculin sombre et distant qui a conscience de ne pas être à sa place dans son environnement (le cycle de Tschaï, le visage du démon, Emphyrio, la vie éternelle, les chroniques de Durdane, Marune, Wyst). Cette perception du monde lui permet d’adopter un regard distant et ironique sur son entourage. S’il triomphe toujours de ses épreuves, il en sort changé et parfois désabusé.

Hormis Jack Vance, il utilise souvent des pseudonymes - Peter Held, John Holbrook, John van See, Alan Wade - pour signer son travail. Il écrit même sous le nom d'Ellery Queen trois romans - "The Madman Theory" , "The Four Johns" et  "A Room to Die in" ( Une pièce pour mourir aux Presses de la Cité - 1967) . Cette incursion dans le thriller est un coup de maître et Méchant garçon une claque magistrale assénée au lecteur. Dixit Jack Vance lui-même: "Un de mes meilleurs livres"  ...

(Sources Wikipedia)

* NB: Seuls les romans policiers ou thrillers apparaissent ici, les romans de SF n'étant pas répertoriés sur Fiches Livres

~

Résumés

  1. Charmants voisins (Pocket - 1992)
  2. Lily Street (Fleuve Noir - 1982)
  3. Méchant garçon (Télémaque - 2007) etoile
  4. Méchante fille (Pocket - 1991)ou Professeur Poltron 
  5. Un plat qui se mange froid (Pocket - 1992)

~

Sous le pseudonyme de Ellery Queen

Résumé

  1. Une pièce pour mourir (Presses de la Cité - 1967)

Bonne lecture

Posté par Krri à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mongol

de Joël Houssin

Houssin__JoelJimmy a 18 ans, il vit reclus, pèse 100 kg... et a un lancer de dés infaillible. Deux petits détails: Jimmy est trisomique et, quand il ne prend pas ses médicaments, perd violemment le contrôle.

Un truand fasciné par le don de Jimmy, décide de prendre sous son aile cette bombe humaine à retardement...

Éditions TÉLÉMAQUE

Édition originale: Denoël (1990)


"Rain Man, en plus méchant, dialogué à la Audiard avec un dénouement boulversant."


Posté par Krri à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]