20 juillet 2009

Le joker

de Patrick Arduise

le_joker

« -Je ne me souviens guère de ma propre transformation, confia le Joker à voix basse, comme s'il regrettait. Aucun d'entre nous n'ignore qu'au début, le trouble s'empare de l'esprit, on ne réagit plus, on ne raisonne plus comme d'habitude; à son insu, on se quitte peu à peu soi-même, on se trouve dépossédé de son identité, alors on devient la proie de son ombre, c'est ainsi qu'on nomme ce passage délicat dans notre jargon des Jokers, c'est à cette borne que vous vous trouvez, mon ami.»

Même s'il ne comprenait toujours pas où il voulait en venir, Antoine remarqua que le Joker cherchait à adopter un ton amical: une fourberie de plus afin d'endormir sa vigilance !

« -Vous êtes cinglé ! »  s'écria-t-il, se reprochant de rester à écouter les inepties de l'énergumène comme si cela le concernait.

Éditions ÉDILIVRE

~~~

Dans un style littéraire singulier qui scande, à la manière inéluctable d'un son de cloche, chaque étape de la course désespérée du héros, l'auteur entraîne le lecteur vers un dénouement inattendu.   

~~~

Posté par elleon à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]