23 septembre 2009

Un monde de voleurs

de James Carlos Blake 

un_monde_de_voleursPar une chaude journée de juillet, dans une petite ville de Louisiane, le jeune Sonny Loomis LaSalle est arrêté suite à un braquage exécuté par ses deux oncles Buck et Russell, faux  jumeaux mais authentiques voleurs.

Leur informateur avait oublié de préciser que se tenait ce jour-là, à Verte Rivage, une convention de shérifs !

Lors de sa première nuit en cellule, Sonny est mêlé à une bagarre au cours de laquelle il tue accidentellement un policier. Malheureusement, la victime est le fils unique de John Isley McCabe, un flic légendaire dans tout le Delta, surnommé John Macabre à cause de son goût pour la justice expéditive.

Condamné à trente ans de prison au pénitencier d'Angola, Sonny parvient à s'évader, mais John Macabre est sur sa piste et a juré de se venger...

Éditions RIVAGES

~~~

Ce n'est pas un hasard si James Carlos Blake a mis en exergue de son roman Shakespeare, Cormac McCarthy et Sam Peckinpah. Ces trois "parrains" donnent le ton de ce livre qui tient à la fois du roman criminel, du western et de la tragédie. Un monde de voleurs est aussi une peinture inoubliable de l'Amérique des années vingt.

~~~

Posté par elleon à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Les amis de Pancho Villa

de James Carlos Blake 

les_amis_de_pancho_villa« J'arrivais difficilement à croire qu'il avait eu la naïveté de penser qu'on combattait pour les pauvres... Jamais je n'ai combattu pour les pauvres. J'ai combattu contre les riches, ce qui n'est bien entendu, pas du tout la même chose. En tout cas, c'est combattre qui est essentiel. On ne combat pas pour devenir libre, combattre, c'est être libre. »

James Carlos Blake se met dans la peau du plus fidèle et du plus irréductible compagnon de Pancho Villa, Rodolfo Fierro, pour narrer l'épopée de ces révolutionnaires à la fois idéalistes et cruels.

À travers le récit de Fierro, c'est l'histoire chaotique du Mexique au début de ce siècle qui défile. Mêlant habilement faits réels et fiction, Blake révèle une vision très noire; d'où émergent des moments d'authentique grandeur, le dévouement et le courage d'hommes sans mesure, qui embrassent la vie et la mort avec la même fougue.

On est saisi par la férocité bien réelle des massacres, tout en ayant l'impression d'assister à une guerre virtuelle où les territoires sont sans cesse conquis et repris, les alliances rompues aussi vite qu'elles sont conclues, dans un pays souvent hostile où le chemin de fer est une arme stratégique de première importance.

Si l'on garde en mémoire les épisodes flamboyants de chevauchées dantesques, de combats acharnés, de résurrections quasi-miraculeuses et de trahisons brutales, on découvre aussi avec étonnement des personnages plus complexes qu'il n'y paraît, ainsi un Pancho Villa qui finit par douter du sens de la révolution: « Il n'y a plus d'honneur là-dedans. Juste un tas de salopards avides qui luttent les uns contre les autres pour s'en mettre plein les poches. »

Éditions RIVAGES

Posté par elleon à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'homme aux pistolets

de James Carlos Blake

l_homme_aux_pistoletsLe 19 août 1895, John Wesley Hardin fut abattu de quatre balles par l'agent John Selman dans l'Acme Saloon d'El Paso, Texas. Il avait bu, comme presque tous les soirs, et son comportement s'avérait agressif et dangereux.

Mais qui était donc ce John W. Hardin ? Un rebelle de nature à la méchanceté chevillée au corps ? Un tueur né ayant acquis une auréole usurpée de justicier ? Un enfant du Sud, en lutte contre l'injustice depuis son plus jeune âge, entraîné dans l'engrenage du meurtre?

Ce fils d'un révérend était intelligent, rapide à la course, bon boxeur et habile au tir. Des atouts qui se révélèrent bien utiles après qu'il eut commis son premier meurtre à quinze ans en abattant un Noir parce qu'il frappait un animal.

Désormais, en pleine guerre de Sécession, il devint un fugitif recherché et l'ombre de la mort l'accompagnait partout. Blessé si souvent qu'il avait plus d'une livre de plomb dans le corps, accusé de quarante meurtres, voire plus, il sera finalement capturé.

Emprisonné, il étudiera la législation avant de repartir vers l'Ouest finir tragiquement sa vie à quarante-deux ans.

Éditions RIVAGES

~~~

Partant de nombreux témoignages de tous ceux qui côtoyèrent John Wesley Hardin, mais aussi de son autobiographie et de ses lettres de prison, James Carlos Blake a reconstitué la vie d'une figure légendaire de l'Ouest. Un récit foisonnant, picaresque, plein de fureur, de sang et de larmes, mais aussi de passion. 

~~~


Posté par elleon à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Dans la peau

de James Carlos Blake

dans_la_peauJames Rudolph Youngblood, surnommé Jimmy the Kid, est l'un des "spectres de Rose", la bande d'encaisseurs des frères Maceo, caïds du jeu et de la prostitution à Galveston, Texas.

Fils naturel d'une prostituée et de Fierro, le compagnon le plus sanguinaire de Pancho Villa, Jimmy a été élevé par une famille adoptive dans un ranch qu'il a fui à l'âge de dix-huit ans.

Il a trouvé refuge à Galveston, une "ville ouverte" où règne une violence qui ne lui est pas étrangère. C'est alors que son chemin croise celui de Daniela, une jeune femme dont le destin tragique va réveiller en lui le fantôme de son père naturel.

Elle aussi est une fugitive...

Éditions RIVAGES

~~~

James Carlos Blake n'a pas son pareil pour raconter dans une langue simple, vivante et imagée les épopées violentes et tragiques qui ont fait la "légende" de l'Ouest américain. Chargé d'érotisme, fertile en rebondissements, ce roman a toutes les qualités d'un film de Sam Peckinpah .

~~~


Posté par elleon à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Crépuscule sanglant

de James Carlos Blake

crepuscule_sanglantCe livre raconte l'odyssée de deux frères, Edward et John Little, dans l'Ouest sauvage de 1840.

Les premiers souvenirs d'Edward remontent au jour où le père, Daddyjack, les a contraints, avec leur mère et leur soeur, à quitter la Géorgie: il avait poignardé un homme dans un bal car il le trouvait trop entreprenant avec son épouse.

C'est le début d'un long périple sanglant qui voit les deux frères tuer leur père à l'instigation de leur mère, puis se lancer sur la piste de leur soeur, qu'ils retrouvent dans un bordel de La Nouvelle Orléans...

Ils rencontrent des profanateurs de tombes, assistent à des scènes de lynchage, sont enrôlés de force dans l'armée, connaissent le bagne...

Ils sont condamnés à suivre et à accomplir le destin de leur famille dont le sang est "mauvais" depuis l'origine.

Éditions RIVAGES

~~~

"Crépuscule sanglant" est, selon les mots des critiques américains  « un croisement entre "La Horde sauvage" de Sam Peckinpah et "Méridien de sang" de Cormac McCarthy...  l'oeuvre d'un maître dans l'art de raconter des histoires, qui n' a pas peur de prendre des risques dans son domaine. »

~~~ 


Posté par elleon à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


James Carlos BLAKE

Biographie

James Carlos Blake est né en 1947 à Tampico au Mexique; son père Carlos Sebastian Blake Hernandez, ingénieur dans les Ponts et Chaussées, se déplace dans le pays pour construire des routes, quant à sa mère, fille d'un gros éleveur de chevaux, elle a grandi dans le ranch familial près de Matamoros tout en étant éduquée à l'américaine. Carlos Blake Hernandez est un descendant de la 3ème génération d'un Américain installé au Mexique, lui-même descendant d'un pirate anglais; des origines qui ne manquent pas d'influer sur l'enfance du jeune James qui se présente plus tard comme un « pur produit de la frontière entre le Texas et le Mexique » racontant ainsi ses premières années dans un essai autobiographique, "Borderlands" publié en 1999. Pendant ses toutes premières années, la famille bouge beaucoup, au gré des chantiers du père, le long de la côte mexicaine, nouveau paradis des touristes; un nouveau chantier l'amène à la frontière ouest du pays et l'enfant découvre alors un autre monde que les plages ensoleillées de la côte: celui des pauvres Mexicains décidés coûte que coûte à traverser la frontière pour entrer aux États-Unis.

De cette enfance, il garde le souvenir de son père et de son oncle qui veulent garder leurs racines mexicaines bien qu'ils soient naturalisés américains, et sa mère qui tient à lui apprendre l'anglais dès qu'il est en âge de parler, malgré une certaine réticence de la part du fils qui entend souvent le terme de "gringos" dans la bouche des Mexicains pour nommer les Américains. Sa mère enceinte d'un second enfant décide enfin son père à s'installer aux États-Unis pour que leurs enfants aient une éducation américaine; le jeune James suit alors les cours élémentaires de "St Joseph Academy" à Brownsville, prend conscience que parler l'anglais (sans accent) va le sauver des moqueries (et des coups) de ses petits copains, puis ensuite les cours de la "High School" de Miami en Floride. Suit un intermède dans les études, le temps du service militaire dans les parachutistes et à son retour il s'inscrit à l'Université de Tampa en Floride du Sud: il y obtient son BA puis son MA, et, grâce à une bourse d'études complète son cursus avec un MFA à la "Bowling Green State University of Ohio".

Pendant ses années d'études James Carlos fait un certain nombre de petits boulots pour se faire de l'argent de poche: il est ainsi "chasseur" de serpents qu'il revend, mécanicien chez Volkswagen, homme de maintenance dans une piscine et aussi employé d'intendance dans une prison. Diplômé, il choisit l'enseignement, exerce dans diverses universités, dont celles qu'il a fréquentées mais aussi à "King Fahd University of Petroleum and Minerals" en Arabie Saoudite pour finir au "Miami Dade College" jusqu'en 1997, date à laquelle il cesse l'enseignement pour se consacrer à l'écriture.

Depuis l'adolescence, James Carlos écrit occasionnellement des nouvelles mais ce n'est qu'au milieu des années 80, vivant à Miami, qu'il s'y adonne de nouveau et de façon plus sérieuse. Pendant les années suivantes il écrit un certain nombre de nouvelles et de novelettes publiées dans divers magazines dont "The Sun" en 1987 pour la toute première de ses nouvelles, "Aliens in the garden". En 1991, il reçoit "The Quartely West Novella Prize" pour sa novelette "I, Fierro" et en 1995, il est sur la liste des finalistes pour sa nouvelle "Under the sierras". Passionné par l'Histoire entre le Mexique et l'Amérique et l'Ouest sauvage du XIXe siècle, il s'inspire des histoires d'hommes qui ont laissé des traces au cours de ces périodes et écrit un premier roman sur la vie d'un bandit texan, "John Wesley Hardin": "The pistoleer", publié en 1995 avec un certain succès, en lice pour "The best novel of the West Award" remis par l'Association des "Western Writers of America". Bien que présenté comme un "western" le roman de James Carlos Blake est alors considéré comme un ouvrage littéraire d'importance tant par l'écriture que par le sujet traité.

Pendant les années suivantes, l'auteur publie ainsi d'autres nouvelles, mais s'accomplit surtout dans huit autres romans "noirs", « des romans violents sur des gens violents dans une époque de violence » qui vont faire l'unanimité des critiques et lui valoir quelques récompenses, dont le "Los Angeles Times Book Prize for fiction" pour "In the rogue blood", son troisième roman paru en 1997: il y raconte l'histoire tragique de deux frères, qui après font front  commun pendant leur difficile jeunesse jusqu'au jour où ils se retrouvent ennemis en pleine guerre du Mexique... Ce roman est considéré comme la meilleure oeuvre de littérature américaine et souvent comparé au fameux "Blood Meridian" de Cormac McCarthy.

Après s'être inspiré de la vie de "Pancho Villa" ("The friends of Pancho Villa" - 1996), de la guerre du Mexique en 1997, du gang des "Ashley" ayant sévi début des années 1900 en Floride ("Red grass river") qui obtient le "Chautauqua South Book Award" en 1999 et le "Grand Prix du roman noir étranger du Festival de Beaune" en 2013 pour Red Grass River, publié aux Éditions Rivages; il écrit "Wildwood boys" (2000), l'histoire d'un guerrillero, "Bill Anderson", dit "Bloody Bill" pendant la guerre de Sécession. En 2000, James Carlos Blake n'écrit pas sur des homme ayant réellement existé, mais s'inspire tout de même de l'Histoire ou de la réalité pour écrire "A world of thieves" (Un monde de voleurs)ou encore "Under the skin" (Dans la peau) en 2003, lauréat en 2007 du "Falcon Award remis par "The Maltese Falcon Society of Japan". Entre-temps, en 2002, il publie "Handsome Harry", l'histoire d'un gang de voleurs de banque et de son leader "Harry Pierpont" dans les années 30 et en 2007, nouvelle histoire vraie dans "The killings of Stanley Ketchel": celle d'un jeune champion de boxe, Stanley Ketchel, assassiné à l'âge de 23 ans...

Depuis 2005, James Carlos Blake n'a plus rien publié, la rumeur dit qu'il se serait attelé à un énorme travail: une saga sur ses ancêtres... Le 1er opus de la trilogie de la famille Wolfe, "Rules of Wolfe", est publié aux U.S.A en 2013.

En France, les Éditions Rivages nous dont découvrir cet auteur en 1999 avec la publication de Les amis de Pancho Villa, depuis d'autres ont suivi dont vous pouvez découvrir les résumés et vous faire ainsi une idée de l'oeuvre de cet auteur atypique, encore peu connu (me semble-t-il...) des lecteurs français.

(Sources: Wikipedia /Éd. Rivages )

Elleon (Mise à jour 03/2015)

~~~

Résumés

  1. Crépuscule sanglant (Éd. Rivages - 2002)
  2. Dans la peau (Éd. Rivages - 2007)
  3. L'homme aux pistolets (Éd. Rivages - 2001)
  4. Les amis de Pancho Villa (Éd. Rivages - 1999)
  5. Red Grass River (Éd. Rivages - 2012)etoile
  6. Un monde de voleurs (Éd. Rivages - 2005)

~

Trilogie La famille Wolfe

  1. La loi des Wolfe (T-1)(Éd. Rivages - 2014)
  2. La Maison Wolfe (T-2)(Éd. Rivages - 2017)

Bonne lecture

Posté par elleon à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Opération tentation

de Jasmine Cresswell

operation_tentationAgent spécial des douanes, Diane MacKenzie est habituée aux enquêtes périlleuses et perd rarement son sang-froid.

Mais cette fois-ci, on lui a confié une mission particulièrement dangereuse et, après s'être tirée de peu d'un étrange accident de voiture, elle sent la panique la gagner.

D'autant que Matthew Raleton, suspect n°1 dans cette affaire d'espionnage industriel, qu'elle a réussi à approcher, lui voue une attention quelque peu inquiétante...

Éditions HARLEQUIN

-

Édition originale sous le titre "L'amour espion": Éd. Harlequin ( 1989)

Posté par elleon à 04:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les amants maudits du Colorado

de Jasmine Cresswell

les_amants_mauditsDenver, dans le Colorado, une ville d'apparence si tranquille, mais dans laquelle se cachent de troubles et inquiétants espions du KGB et du FBI... Leurs cibles: Liz Meacham et son ex-mari, le sénateur Dexter Rand, expert en armement.

Parviendront-ils à déjouer le piège qui se referme sur eux ?...

Éditions HARLEQUIN

~~~

Un roman plein de rebondissements et de suspense d'un auteur dont le talent n'est plus à démontrer.    

~~~


Posté par elleon à 04:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'homme à la peau d'argent

de Jasmine Cresswell

l_homme_a_la_peau_d_argentRéalisatrice de documentaires, Ariel Hutton est venue passer la soirée d'Halloween chez sa soeur Miranda. Pendant qu'elle erre dans les jardins de la demeure, loin des bruits de la fête, un meurtre horrible est perpétré sous ses yeux par un homme déguisé en statue d'argent.

Le premier moment de stupeur passé, un autre choc l'attend. Elle se sent soulevée comme un fétu de paille par l'assassin et emportée vers la falaise toute proche. Plus que quelques mètres et ils vont s'écraser là, sur les rochers de granit aux arêtes aiguës. Par-delà le muret qui les sépare de la falaise, le vent de l'océan la flagelle déjà. Les yeux noyés de larmes, Ariel regarde l'immensité de l'océan qui sera sa dernière demeure.

Et soudain elle est soulevée de terre, puis aspirée par l'abîme. En un instant, l'océan se referme sur elle. Et sur son ravisseur. Elle n'a aucune chance de s'en sortir.

À moins que la mystérieuse statue d'argent ne possède des ressources dignes de sa force surnaturelle...

Éditions HARLEQUIN

Posté par elleon à 04:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'héritage meurtrier

de Jasmine Cresswell

l_heritage_meurtrierDe retour à Miami où son père se meurt, Isabella Joubert voit se rouvrir dans la douleur une porte claquée sept ans plus tôt.

Cela fait sept ans, en effet, qu'elle a quitté la Floride et sa famille pour s'installer à Chicago et s'y bâtir une vie "normale", loin des affaires douteuses de son père. Tant bien que mal, elle s'est efforcée d'oublier qu'elle était le fille du plus grand trafiquant de tous les temps.

Désormais, malgré l'immense chagrin que lui cause la perte de son père, Isabella peut envisager l'avenir sous un jour nouveau. Plus jamais elle ne tremblera d'apprendre que l'un de ses proches ait été arrêté... Ou encore abattu par un des membres aussi éminents que redoutables de la "Joubert Corporation"...

Hélas, un mystérieux CD-ROM que lui a légué son père vient briser ses illusions. En l'espace de quelques heures, elle voit sa maison mise à sac, sa voisine assassinée... et Sandro Marchese ressurgir dans sa vie.

Celui qui l'a autrefois trahie après l'avoir initiée à la plus folle des passions prétend se présenter à elle comme l'homme providentiel, capable de lui apporter l'aide et le soutien dont elle a besoin...

Pour Isabella, c'est un combat de plus qui commence. Et il peut lui être aussi fatal que les autres...

Éditions HARLEQUIN

Posté par elleon à 04:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]