16 novembre 2009

Brigade Anti-gangs

de Auguste Le Breton

brigade_anti_gang<< Que Messieurs Papon, préfet de Police, Louis Amade, Préfet, Fernet, directeur de la Police Judiciaire, ainsi que le commissaire principale Le Mouel chef du S.R.I. et ses groupes d'inspecteurs trouvent ici mes remerciements pour l'aide qu'ils m'ont apportée. Sans eux je n'aurais pu écrire ce livre. Et si parfois l'argot éclate sous ma plume c'est pour marquer ma sympathie au commissaire principal Le Mouel qui, je m'en suis aperçu, est aussi féru de langue verte que ses hommes chez qui trône en bonne place le "Petit Simonin Illustré", dictionnaire de l'auteur du fameux "Touchez pas au Grisbi". >> (A. le B.)

Éditions PLON

Posté par Krri à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le tueur à la lune

de Auguste Le Breton

le_tueur_a_la_luneLe mois suivant, à la Nouvelle Lune, Thierry de Beuville... alors qu'il agressait une fille brune rue de l'Abreuvoir... à l'une des adresses indiquées par le carnet...

Éditions PLON

Posté par Krri à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le clan des Siciliens

de Auguste Le Breton

le_clan_des_siciliensRoger Saret, dit Mouche de Mai, dit le Petit Gros du Vendredi, apparut menotté, encadré par deux gardes républicains. 

Tout juste si les treize mois de ratière l'avaient marqué. Un peu plus de bedaine peut-être! Mais en prison, avec l'air confiné, le manque d'action... Plus que jamais il méritait son surnom de Petit gros du vendredi. 

Un agaçant sourire était accroché à ses lèvres que la détention avait rougies, et derrière les prunelles faussement indifférentes stagnait la vigilance.

Éditions PLON

Posté par Krri à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les pégriots

de Auguste Le Breton

les_pegriotsEn 1934, alors que la République chancelait dans le scandale Stavisky, Georges Simenon, qui suivait « l'Affaire » en reporter, catapulta à la « une » des journaux un petit homme qui l'avait fasciné et qu'il baptisa Jo la Terreur. Le petit homme était redoutable: il détenait les talons de chèques de Stavisky, de quoi damner le Régime.

Mais Jo était bien autre chose. À trente-huit ans, il était déjà le dernier survivant d'une époque héroïque, celle des Grands Truands de la Pègre, bien avant AI Capone, Chicago et la Mafia. Ces Pègriots étaient des chevaliers du crime, non des industriels comme leurs successeurs. Leur capitale mondiale était Paris; leurs femmes, des Casque d'Or, croqueuses de diams et de princes.

À dix-huit ans, Jo s'imposa parmi eux. À elle seule, son équipée sauvage serait un livre.

Mais surtout, en le retrouvant, c'est toute la geste romantique de cette époque de géants qu'a pu retracer Auguste Le breton.

Éditions LE LIVRE DE POCHE

Édition originale: Robert Laffont (1973)

Dernière réédition: Manufacture du Livre (2010)

Posté par Krri à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Chambre forte

de Auguste Le Breton

chambre_forteQuand on sort du gnouf à près de cinquante balais, on a beau être l'un des meilleurs spécialistes en coffres-forts, le superbe coup à trois milliards, le dernier avant la retraite, c'est vraiment un gros morceau.

Difficile de le faire en solitaire. Faut de la logistique... Ce qui est assez toc, c'est d'aller chercher de l'aide chez un truand que les Anti-gangs ont dans le collimateur...

Mais comment Xav aurait-il pu se douter ?

À croire que Bontemps et son équipe, ces briseurs de rêve, n'aiment pas les artistes...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Bontemps et les loubards

de Auguste Le Breton

bontemps_et_les_roublardsUn, deux, puis dix loubards se retournèrent. Il furent bientôt cent à former une barrière mouvante, sale, hirsute, entre le couple et les Anti-gangs.

Et toujours, déferlant des amplis géants, cette musique violente, assourdissante, qui gonflait la violence des rockers.

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Posté par Krri à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le cogneur

de Auguste Le Breton

le_cogneur- Deux cent mille dollars en plus de ta bourse, et tu te couches. En face de toi, c'est un boxeur fini, un has-been, il est joué perdant à quarante contre un... et nous on va le jouer gagnant. Dans trois mois, tu as ta revanche. Tout le monde devrait être content, non ? La pratique est courante dans le monde de la boxe. Surtout aux States...

Le problème, c'est que Régis Castel, champion d'Europe, refuse de se coucher. Alors, on va devoir passer à d'autres arguments, il y a trop de fric en jeu...On va s'occuper de sa femme, pour commencer...

Mais Castel est têtu... et Patrick Lemaître reconnaît bien là son vieux copain d'enfance... Tout cela arrange assez Bontemps car, alliés aux truands new-yorkais, il y a deux ou trois vieilles connaissances que le chef des Anti-gangs cherche à coincer depuis pas mal de temps. L'occase est trop belle...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les demoiselles du porno

de Auguste Le Breton

les_demoiselles_du_pornoSur l'écran, la jeune femme hurlait, entièrement nue. Un homme masqué, nu lui aussi, s'approcha d'elle et lui lacéra le ventre d'un coup de couteau… Ce n'était pas du cinéma.

La jeune femme allait vraiment mourir, torturée horriblement sous l'oeil de la caméra. Bontemps détourna les yeux, dégoûté, et son regard croisa celui du directeur de la P.J.

- Regardez jusqu'au bout, lui dit le vieux flic. On a retrouvé cette fille hier dans un sous-bois, égorgée, les tétons arrachés, le ventre déchiqueté… Ce genre de film est vendu 20.000 dollars aux Etats-Unis, et c'est en France qu'on les tourne.

- C'est l'affaire de la Brigade des Mœurs, grommela Bontemps. Pas de l'Anti-Gang !

- Vous ne m'avez pas compris. Les dingues qui ont tué cette fille doivent être liquidés. Tout de suite…

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bontemps et l'homme chat

de Auguste Le Breton

bontemps_et_l_homme_chatHostile, Emmanuel Beauchet dévisageait l'homme carré et massif qui l'attendait au parloir. C'était Bordier, chef de la Brigade Territoriale.

— On peut pas dire que les visites te fassent plaisir ! siffla le commissaire.

Le taulard conserva son mutisme.

— On a dû t'amputer deux doigts. Tu peux plus jouer les acrobates. Ce sont les Bartelli qui t'ont fait ça. Pourquoi ?

— Puisque vous savez tout... laissa tomber le monte-en-l'air.

— Toi, tu ne m'intéresses pas, c'est les Bartelli que je vise. Et eux, c'est' ta peau qu'ils veulent. Dès ta sortie de taule, tu es un homme mort. Et je veux être là, quand ils te coinceront…

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bontemps et les Indiens

de Auguste Le Breton

bontemps_et_les_indiensMaïa, la belle Indienne se tourna vers Robert Lomond:

— Plus vite ! Les policiers nous rattrapent !

— Mais je ne peux pas, Maïa, gémit son amant. Mon pied...

Bruno, le garde du corps, croisa le regard de l'Indienne. Il y lut du mépris et de l'indifférence pour le trafiquant français. Mais l'abandonner ici, en pleine jungle, était un meurtre. Sans un mot, Bruno jeta l'homme sur ses épaules.

— Tu es fou, dit Maïa simplement. Tous les Blancs sont fous…

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]