28 janvier 2010

Les détectives sauvages

de Roberto Bolaño

les_detectives2 novembre, le jour des Morts. Un jeune homme, Juan Garcia Madero, tient son journal d'apprenti poète à Mexico. Il y consigne ses premiers brouillons sentimentaux, ses emballements érotiques, son apprentissage intellectuel. Il croise par hasard la trajectoire d'une bande de poètes, les réal-viscéralistes.

Ces héritiers autoproclamés d'un mouvement d'avant-garde d'après la Révolution mexicaine ont à leur tête deux personnages énigmatiques et fascinants; Ulises Lima et Arturo Belano, tous deux obsédés par le destin de Cesarea Tinajero, mère des réal-viscéralistes, auteur d'un seul poème, partie vers l'Etat de Sonora, au nord du Mexique, à la fin des années 1920, et dont on a plus rien su.

Lima, Belano, Lupe - une jeune prostituée poursuivie par son maquereau - et le poète Garcia Madero, se lancent à la recherche de Cesarea Tinajero. Nous sommes alors le 31 décembre 1975. A peine cette quête a-t-elle commencé qu'elle s'interrompt pour céder la place à une autre poursuite, une autre enquête qui va durer vingt ans et dont Lima et Belano sont les objets. ( résumé www.evene.fr)

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

~~~

Livre du chaos magistralement mis en choeur, livre aussi de l'amitié, de la passion, "Les Détectives sauvages", brasse des éléments de la vie errante de Roberto Bolaño et de son ami Mario Santiago Papasquiaro, qu'il transfigure en une épopée ouverte, lyrique, triste et joyeuse de destins qui ont incarné la poésie. La critique internationale a comparé ce roman polyphonique aux grandes oeuvres de Cortazar, de Garcia Marquez, de Pynchon. Cette oeuvre marque avec force l'arrivée de nouveaux écrivains latino-américains qui sont de héritiers hérétiques des grands auteurs du XXe siècle.  (L'éditeur)

~~~


Posté par elleon à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le secret du mal

de Roberto Bolaño

le_secret_du_mal« Cette histoire est très simple, mais elle aurait pu être très compliquée... Aussi, c'est une histoire inachevée, parce que ce genre d'histoires n'a pas de fin. »

Ainsi débute le texte qui a donné son titre à ce recueil sur lequel Roberto Bolaño travaillait peu de temps avant sa mort. S'inscrivant dans la lignée des "Putains meurtrières" ou du "Gaucho insupportable", ce volume entremêle des récits de pure fiction, des écrits plus ou moins autobiographiques et les textes de discours et conférences.

Ce quatrième recueil de textes brefs a été établi dans le souci de donner aux lecteurs l'idée la plus proche et la plus respectueuse de la façon dont Roberto Bolano l'aurait lui-même conçu. Ce volume confirme son intention de plus en plus affirmée de brouiller les frontières entre les genres littéraires en vue de les dépasser.

Bien que posthume, Le secret du mal est à l'image du reste de l'oeuvre de Roberto Bolano: empreint d'une énergie à vivre, à se moquer de ceux qui croient pouvoir de tirer d'affaire sans faire preuve de courage.

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

Posté par elleon à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le gaucho insupportable

de Roberto Bolaño

le_gauchoDans ce dernier recueil de Bolaño, on trouve des poètes qui attendent de brûler sur les trottoirs de Mexico; il y a des lapins féroces qui vous sautent à la gorge et vous tueraient si c'était possible dans une pampa désertée par les autres animaux; un écrivain argentin venu à Paris chercher son double cinéaste français et qui s'égare; des crimes gratuits commis dans les égouts et que Pepe, le flic des souris, le neveu de la célèbre cantatrice Joséphine, élucidera; un jeune adolescent catholique qui admire un moine; un psychopathe qui vient de tuer deux personnes et s'enfuit en robe de bure.

Il y a aussi deux conférences où Bolaño parle de lui, de sa mort, de son amour violent de la littérature et de la vie. Deux textes magnifiques, émouvants, Littérature + Maladie = " Maladie" et "Les Mythes de Cthulhu", où il cingle la littérature récente, les écrivains qui déshonorent leur art.

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

~~~

Drôle, cruel, polémique, émouvant, ce recueil nous montre Bolaño au faîte de son art, à la veille de sa mort.

~~~


Posté par elleon à 12:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

La piste de glace

de Roberto Bolaño

la_piste_de_glaceZ, -une petite ville touristique sur la côte de Catalogne-, l'été, la fournaise, des personnages touchants et grotesques, des amours impossibles, des détournements de fonds, des ambitions politiques qui sombrent, des ruines qui abritent des secrets, un crime: voilà le décor que plante Roberto Bolaño pour ce roman presque noir, éclairé par un humour mélancolique et cruel.

Trois personnages prennent la parole à tour de rôle: un écrivain chilien désabusé, un poète mexicain sans permis de séjour, veilleur de nuit dans un camping, et un fonctionnaire municipal, prêt à tout pour sa bien-aimée. Ils évoquent les femmes qu'ils aiment, les illusions qu'ils nourrissent et qu'ils perdent, leurs destins différents cependant aimantés tous par la mort.

Leurs récits, leurs confessions, sont comme autant de détours dans un labyrinthe, où ils errent et vivent en aveugles. Au coeur de ce labyrinthe, le cauchemar architectural du Palacio Benvingut, ses occupants illégaux, et la piste de glace, clandestine.

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

Posté par elleon à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Étoile distante

de Roberto Bolaño

etoile_distanteUn étrange roman noir qui mêle Art, Histoire et Horreur.

Un jeune homme, séduisant et mystérieusement lointain, se présente dans un atelier d'écriture que suit le narrateur dans une ville provinciale du Chili.

Le coup d'Etat de Pinochet donne l'occasion à cet étrange artiste de mettre en pratique sa conception radicale de l'art de la cruauté, en assassinant quelques femmes de sa connaissance dans des circonstances que le lecteur, comme le narrateur, ne peuvent qu'imaginer.

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

~~~

Comme elles sont brillantes, les étoiles de Roberto Bolaño ! Cruelles, c'est sûr, parfois vaniteuses et influençables, mais aussi fragiles comme du verre, aiguës, palpitantes et rayonnantes d'une lumière sans pareille. Raphaëlle Rerolle, "Le Monde"

~~~


Posté par elleon à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Des putains meurtrières

de Roberto Bolaño

des_putainsÀ travers les errances des réfugiés chiliens fuyant le régime militaire, Roberto Bolaño brosse une série de courts récits.

Une anecdote, un souvenir, un prétexte lui fournissent la trame de ces treize nouvelles où toujours s'immisce une remise en question du Chili.

Treize variations sur les thèmes du désespoir, de la folie, de la littérature qui est essentielle, mais aussi de son absence, de la beauté qui disparaît, de l'amour, de la mort, du destin obscur des êtres.

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

~~~

On ne peut qu'admirer le talent de Bolaño à traiter "cette vie un peu plus dure" que la littérature sous tous les modes et sur tous les tons, du grotesque au mélancolique, du pornographique à la critique d'auteur, du portrait au conte fantastique, du monologue en huis clos au récit biographique.  Fabienne Dumont, "Le Monde"

~~~


Posté par elleon à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Appels téléphoniques

de Roberto Bolaño

appels_telephonique Ce sont quatorze récits qui révèlent la part la plus intime d'ombre de chacun, les abîmes secrets des êtres que Bolaño nous livre ici.

Un vieil écrivain argentin, exilé en Espagne, survit à force de concours littéraires, rongé par la disparition de son fils.

Une ancienne star du porno, agonisant dans une clinique de Nîmes, se souvient de son amour pour Jack, atteint du sida.

Un adolescent, déjà un peu marginal, rencontre à Mexico un homme énigmatique, toujours armé, peut-être un tueur, et se lie d'amitié avec lui.

Un engagé espagnol, envoyé sur le front russe lors de la Seconde Guerre mondiale, se fait capturer par les partisans et découvre sous la torture que l'art sauve...

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

~~~

Des récits qui sont des échos, des allusions à d'autres récits, des fragments de biographies et d'autobiographies avec lesquels Roberto Bolaño compose une sorte de puzzle drôle et émouvant, où nous est rappelé le caractère énigmatique de la condition humaine.

~~~


Posté par elleon à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Anvers

de Roberto Bolaño

anversOn trouve, dans ce thriller sans solution, des cadavres et des flics, des scènes sado-masochistes, des plages balayées par l'automne méditerranéen, des campings déserts comme celui où un clandestin chilien écrit ce roman, des hallucinations, des transcriptions de de cauchemars, les premiers détectives fantômes qui dérivent...

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

~~~

Anvers est comme une explosion initiale dont l'oeuvre ultérieure de l'auteur naîtra.  Roman disloqué et poème en prose, d'une beauté frénétique et exténuée, roman noir sidérant, Anvers est selon les mots même de Bolaño, radical et solitaire.

~~~


Posté par elleon à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Amuleto

de Roberto Bolaño

amuletoEn septembre 1968, pour échapper à la police qui envahit l'université de Mexico, Auxilio Lacouture, Uruguayenne amie des poètes et de la poésie, se cache au quatrième étage de la faculté de Philosophie et Lettres et passe treize jours et treize nuits dans les toilettes des femmes.

« J'étais à la faculté ce fameux 18 septembre quand l'armée viola l'autonomie de l'université et entra sur la campus pour arrêter ou tuer tout le monde. »

Dans cet isolement, elle raconte son histoire, dans un vaste récit qui mêle passé et futur, évoquant les jeunes gens qu'elle a connus à l'université - génération bientôt sacrifiée, et les évènements de ces années troubles qu'elle a traversées comme une ombre.

Éditions LES ALLUSIFS

Posté par elleon à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

2666

de Roberto Bolaño

2666De l'Europe en ruines jusqu'au désert de Sonora à la frontière du Mexique avec le Texas, hanté par les meurtres non résolus de centaines de femmes, 2666 offre un parcours abyssal à travers une culture et une civilisation en déroute.

L'entreprise de Bolaño est ambitieuse. Embrassant tous les genres, du vaudeville au récit de guerre, en passant par le policier, le fantastique et le comique, 2666 étreint la Littérature et incarne ce qu'elle a de plus essentiel: relever le défi de dire l'horreur, la mort, l'absence de sens, mais aussi l'amour.

Éditions CHRISTIAN BOURGOIS

~~~

(...) La narration éclatée se révèle d'une virtuosité rarement lue, et on ne peut qu'être estomaqué devant certains morceaux de bravoure - une mention spéciale pour la succession de rapports sur les assassinats de jeunes femmes, à la fois magnifique et insoutenable. Et ne disons rien de la "résolution" de cet infernal 2666, roman-monde où la puissance des mots triomphe de la sauvagerie.   Baptiste Liger, "L'express"

~~~

Posté par elleon à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]