de Jonathan Stagge

morphine a discretionLorsqu'une malade incurable souhaite en finir... Lorsque les souffrances deviennent intolérables... Une trop forte dose de morphine peut hâter une délivrance tant espérée.

Et comment en vouloir à l'auteur d'un geste de pitié ?

Mais lorsqu'une malade incurable souhaite — avant d'en finir — rédiger une lettre, porter une accusation ou modifier les dispositions de son testament, une trop forte dose de morphine peut apporter le soulagement. À son assassin !

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

-

Édition originale: Éd. Ditis (1950)