30 avril 2012

Esprit de famille

de Michel Cousin

esprit de famillePendant qu'il me prodiguait à la fois ses attentions et un nombre considérable de noms d'oiseaux, je me surpris à penser à Ludovic.

Jugeant cette occupation indécente, je m'efforçai de chasser l'image du jeune homme et, tout naturellement, celle de mon père vint prendre sa place. L'idée folle qu'il n'avait jamais quitté la maison me frôla...

Mais ce n'était pas possible ! Quoi qu'il ait fait et quoi qu'il ait pu se produire, un homme ne reste pas vingt ans enfermé dans une maison, surtout sans que l'un des habitants de cette dernière s'en aperçoive !

Puis, brusquement, une petite idée me traversa l'esprit et je résolus de la vérifier dès le lendemain matin.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


En mariage seulement

de Michel Cousin

en mariage seulementUne demi-heure plus tard, Rougemont regarda autour de lui. L'appartement était dévasté, les tiroirs jonchaient le sol et leur contenu s'étalait un peu partout. Mais il n'avait pas trouvé les clichés...

Lentement Rougemont ôta ses gants. Il avait pris un risque terrible sans résultat...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

En cas de mort...

de Michel Cousin

en cas de mortTout d'un coup, je vis son pied et lui flanquai un terrible coup de talon à l'extrémité de sa chaussure. Il se baissa et mon genou remonta. Il émit un gémissement sourd et je profitai de mon avantage pour lui rendre son direct de tout à l'heure. Cerlon partit en arrière et sa nuque, en rencontrant le marbre de la cheminée, fit un sale bruit sec. Puis il s'étala de tout son long et resta immobile, les yeux grands ouverts.

Monique ouvrit la bouche et ses yeux se remplirent de terreur. Je me penchai sur lui et jurai sourdement. Pour une sale histoire, c'était une sale histoire! Je venais de tuer cet imbécile !

Éditions FLEUVE NOIR

-

Édition originale: Éd. Presses de la Cité (1960)

Posté par elleon à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Détournement de mineures

de Michel Cousin

detournement de mineuresMonsieur,

J'ai enlevé quatorze élèves de l'Institut Saint-Dominique à Mortefontaine, dans la nuit de dimanche à lundi. Je ne tiens nullement à entourer cette affaire d'une publicité intempestive, mais je veux que mes intentions soient clairement comprises de chacun.

Les enfants sont à l'heure actuelle en sécurité et le resteront tant que mes consignes seront soigneusement observées. Dans l'impossibilité d'entrer en communication avec chacune des familles, j'avise celles-ci que j'ai l'intention de choisir un intermédiaire entre elles et moi, intermédiaire à la personnalité indiscutable avec lequel j'établirai les conditions dans lesquelles les élèves seront restituées, et dont je choisirai l'identité dans le courant de la matinée.

Dès maintenant, je vous informe que j'ai l'intention de demander, contre cette restitution une somme de 700 000 francs par enfant. Personne ne trouvera étrange que je réclame la même somme pour la Sainte Mère qui accompagne ses pensionnaires, la prospérité de l'Ordre auquel elle appartient étant connue de tous. J'informe également les services de la préfecture de police: que toutes leurs initiatives se retourneront contre les élèves de Saint-Dominique.

Je suis, Monsieur, votre dévoué serviteur.

TITUS

Éditions FLEUVE NOIR

-

Édition originale: Éd. Presses de la Cité (1966)

Posté par elleon à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

De mort naturelle

de Michel Cousin

de mort naturelle...Mais après tout, cet accident était-il vraiment un accident ?

Mardi 5 avril 1960. Je suis désespérée... Cette fois le doute n'est plus possible. Que vais-je devenir ? Bernard essaye de me tuer... Le mois dernier, les freins de ma voiture avaient cédé de façon incompréhensible et avaient fait naître en moi les premiers soupçons. Cette fois, la préméditation est flagrante et a dû demander une préparation longue et minutieuse.

Bernard est parti à Lille pour deux ou trois jours conférer avec un de nos agents dans cette ville. Il est parti en m'embrassant comme de coutume. Il sait bien que lorsque je suis seule à Paris, je ne change guère mes habitudes.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Une mort si belle

de Michel Cousin

une mort si belleC'est à cet instant que j'entendis distinctement une porte claquer à l'étage inférieur. La main d'Andréa se crispa sur mon bras jusqu'à m'en faire mal.

Je me levai d'un bond et enfilai mon pantalon à toute vitesse, tandis que les traits d'Andréa étaient déformés par la peur. Quand les pas résonnèrent dans l'escalier, elle se mit à gémir doucement. Une peur bête m'envahit et comme paralysé, je fixai la porte.

Quand elle s'ouvrit, je reculai brusquement, bien que je m'attendis très bien à voir... Levasseur ! Il m'apparut. Ses yeux brillaient comme ceux d'un drogué.

Je reculai encore un peu... Sa main braquait sur moi un revolver.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une mort pour rien

de Michel Cousin

une mort pour rienUn assassin + une victime = un crime... Une équation classique avec une seule inconnue qui est généralement le criminel.

Un assassin + une victime + un témoin = un crime... Une autre équation aussi classique mais avec, cette fois, deux inconnues : le criminel et le témoin.

C'est à une équation de ce genre que l'équipe de Contact S.A. se trouve confrontée dans UNE MORT POUR RIEN. La victime est morte, évidemment, le témoin meurt peu après, l'assassin est donc tranquille... Non !

Parce que de l'autre monde, le témoin téléphone à Renaud pour l'aider à trouver la solution.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un milliard à gagner

de Michel Cousin

un milliard a gagnerUn milliard de rançon contre une vie humaine...

En 1985, c'est presque un fait divers banal qu'on lit dans les journaux. Pour le compte de CONTACT S.A., Renaud Daix et Carole Linley vont tenter de découvrir celui qui a monté l'enlèvement de Morand, l'empereur de la distribution, d'une manière aussi parfaite.

C'est peut-être Evelyne, sa femme, Faby, sa fille, ou encore son fils. C'est peut-être lui-même, pour tenter de soustraire au fisc une partie de ses bénéfices.

Pour effacer toutes traces derrière lui, l'inconnu démontre un véritable génie. Mais, tout de même, un milliard en lingots, ça tient beaucoup de place...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2012

Si ce n'est toi...

de Michel Cousin

si ce n'est toiVouloir s'élever dans l'échelle sociale, est une ambition louable. Épouser la fille de son Président-Directeur Général est une façon d'y arriver.

Par contre...

_ Tenter de séduire l'autre fille de votre Président-Directeur Général, âgée de quatorze ans...

_ Séduire la secrétaire, du même Président-Directeur Général ...

_ Trouver chez soi le cadavre de la troisième fille du Président-Directeur Général, et le cacher dans une malle...                      

_ Tenter d'égarer les soupçons d'un commissaire de police par un faux témoignage...

...sont des contre-indications flagrantes dans l'ascension de la même échelle sociale !

On se marie pour le meilleur et pour le pire ! Jean-Placide Le Chanois, au contraire des autres, connaîtra d'abord le pire et ensuite, le meilleur !

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Puzzle

de Michel Cousin

puzzleVous avez quarante ans. Marié, père de famille, ce que vous lisez quelquefois dans les yeux de votre femme vous fait baisser les vôtres. Et vous souffrez secrètement quand votre fille, qui n'a pourtant que quinze ans, danse avec un des garçons du « rallye » merveilleusement convenable dans lequel vous l'avez inscrite.

Vous avez quarante ans, vous vivez. Et puis, un jour, lors d'un voyage important, la machine bien réglée que vous êtes se détraque. Tout simplement parce que vous avez entrevu une silhouette, une image plutôt, qui vous rappelle un passé que vous aviez abandonné au profit de l'avenir qui était encore devant vous.

Tout se défait, tout déraille, tout se déforme et vous partez à la quête de l'introuvable. Les revenants n'existent plus et les fantômes ont fini depuis longtemps de hanter les châteaux merveilleux de votre enfance. Pourtant, vous venez de rencontrer un mort.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]