31 juillet 2012

Pauvres petites crevettes

de Geneviève Manceron

pauvres petites crevettes

Un fait divers. Son mystère. Sa banalité. Les gens innocents, les simples spectateurs que le drame entraîne dans son sillage. La désintégration du coupable, la passion des justiciers. La contagion du malheur, de la pitié, de la cruauté.

Pour Geneviève Manceron. la fonction du roman policier est de révéler ce que la vie laisse toujours dans l'ombre.

« Pauvres petites crevettes », une toile du peintre Latroche, mort il y a quarante ans, qui hier ne valait pas le clou pour la pendre et qui, aujourd'hui, vaut de l'or. Des toiles de Latroche, il y en a une centaine dans le grenier d'une maison de Honfleur.

Trois personnes le savent. Trois personnes qui ont désespérément besoin d'argent. Deux d'entre elles y laisseront leur peau.

Éditions J'AI LU

-

Édition originale: Éd. Ditis (1957)

Posté par elleon à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les brebis tondues

de Geneviève Manceron

les brebis tondus

Un, deux, trois, quatre, cinq... l'amour ! Un, deux, trois, quatre, cinq... la mort!

Les cartes ont prédit la mort et, quelques jours après, on retrouve un cadavre dans la Seine. Le cadavre d'une brebis bonne à tondre.

Il est certaines activités lucratives qu'une femme du monde ne saurait pratiquer sans déchoir et Manou Métrier ne veut pas déchoir, car elle goûte les délices de la vie bourgeoise. Et pourtant, la séduction des milieux équivoques est irrésistible. Il n'y a qu'une solution à ce dilemme : s'organiser méthodiquement une double vie.

C'est ainsi que la respectable Madame Métrier de l'esplanade des Invalides et Palmyre, l'inquiétante tireuse de cartes de la rue de Douai, ne sont qu'une seule personne. Mais dans une vie pareille, les dangers comme les plaisirs Sont multipliés par deux.

C'est ce que découvrira Manou quand ses clients et ses complices seront systématiquement assassinés et que, pour protéger sa double existence, elle devra lutter seule.

Éditions J'AI LU

-

Édition originale: Éd. Ditis (1956)

Posté par elleon à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La puce à l'oreille

de Geneviève Manceron

la puce a l'oreille

Non, vraiment ce n'est pas un enterrement comme les autres.

Dans le vieux cimetière Saint-Louis à Versailles, un spectateur insolite ajoute par sa présence à l'angoisse des assistants.

Qui avait intérêt à la mort de cette femme ? se demande l'inspecteur Barberi en observant les membres du cortège qui suivent l'enterrement de la vieille couturière.

Qui avait intérêt à ce suicide? Cette femme blonde en manteau de vison ? Cette fille rousse aux yeux insolents ? Cet avocat ou bien la vieille chouette qui a découvert le corps ? Germaine Bièvre qui est ruinée? Ou Colette Malaguet, qui boit pour dissimuler un regret trop lourd ? 

D'ailleurs, était-ce vraiment un suicide ?

Éditions DITIS

Posté par elleon à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Biche

de Geneviève Manceron

la biche

Le cercle des suspects ? Il se réduit à cinq femmes. Mais à ce point de l'enquête, les méthodes policières classiques doivent céder le pas à la psychologie.

Au péril de sa vie, le jeune inspecteur Georges Barberi devra déterminer l'identité de la Biche. Est-ce Juliette la femme du monde ou Nathalie la manucure ? Tonia, la barmaid ou bien Régine la téléphoniste ?... ou encore Florence, l'infirmière ?

Dangereuse énigme, car la Biche aux abois tue pour se défendre.

Éditions J'AI LU

-

Édition originale: Éd. Ditis (1956)

Posté par elleon à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Anguille sous roche

de Geneviève Manceron

anguille sous roche

Marion Resnel poussa la porte de bois gris et une masse de mouches bourdonnantes s'éleva avec un murmure menaçant au-dessus du cadavre de Ginette Lafaye...

Ginette, c'était une grande fille rousse, aux gestes toujours prêts à déclencher la bagarre. Marion l'avait vue pour la première fois la veille, le 14 Juillet dans ce petit bal de campagne décoré de lampions. Elle s'était demandée si cette belle créature n'était pas la maîtresse de Roger Resnel.

Et maintenant, Ginette était morte, assassinée. Et Marion ignorait où son mari avait passé la nuit.

Éditions DITIS

Posté par elleon à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Un coup de "H"

de Bruno Bax

un coup de h

Je me préparais à descendre vous demander une audience, Amiral, fit sérieusement Hersault.

- Je n'en doute pas.

L'alouette posa l'extrémité des doigts de sa main gauche sur l'extrémité des doigts de sa main droite et leva sur ses deux officiers d'admirables yeux bleus.

- J'aimerais savoir de quoi il s'agit, fit-il doucement.

Il se leva et posa devant son chef un dessin, une épure qui montrait le côté, l'élévation et la coupe d'un appareil étrange.

- Je crois qu'il s'agit de quelque chose comme cela.

Hersault s'assit sur le bras d'un fauteuil et se pencha vers la table. Pour une fois, son ton ne contenait aucune moquerie, aucune légèreté.

- Imaginez une sorte de lunik sous-marin, Amiral. Imaginez un appareil qui évoluerait sous l'eau par sa propre impulsion, mais qui pourrait, de temps en temps, monter à la surface, un appareil qui posséderait des instruments de détection, une mémoire électronique et un poste récepteur-émetteur de radio. Cet appareil parcourt le fond des océans, s'approche des installations portuaires, suit à la trace les escadres. Il récolte et il emmagasine les renseignements. Puis il les apporte ou les transmet à qui de droit. Qu'en pensez-vous ?

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Office de mort

de Bruno Bax

office de mort

Un tas de jolies femmes essayent de tuer "H", mais "H" est décidé à ne pas se laisser faire et se trouve aux prises avec l'extraordinaire histoire d'un réseau d'espionnage découvert en Turquie...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La bête fauve

de Bruno Bax

la bete fauve

Les deux hommes étaient assis sur des caisses retournées. Devant eux, sur une autre caisse, s'ouvrait une valise de cuir. La valise avait ceci de particulier qu'elle contenait le dernier cri en matière de magnétophone. Une bande magnétique tournait régulièrement, passant d'une bobine transparente sur l'autre, enregistrant les sons que lui fournissait un fil qui allait se perdre dans le plancher. Quatre autres fils reliaient à la valise les écouteurs que les deux hommes portaient sur l'oreille.

Éditions LES PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"H" et le sous-marin volé

de Bruno Bax

le sous marin vole

Pour démasquer le voleur de sous-marin, "H" a accepté la mission la plus dangereuse de sa vie.

Il a coupé tous les ponts derrière lui. Il est parti sans argent, sans papiers, sans amis. Ses propres chefs le croient disparu. Il s'est identifié aux vagabonds damnés du bout du monde. Mais un jour, dans une lagune perdue des îles sous le Vent, il a retrouvé le bâtiment que le monde entier recherche.

Et au moment où il touche au but, où il va déjouer les plans diaboliques du plus grand pirate de l'Histoire, il est démasqué à son tour.

Sa mort est décidée, et son bourreau sera cette fille si belle, qui prétendait l'aimer et qui est "volontaire".

Éditions DITIS

Posté par elleon à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"H" et le Hollandais volant

de Bruno Bax

le hollandais volant

C'est dans le désert de Mauritanie qu'on a mystérieusement saboté le 6.200, le plus secret, le plus révolutionnaire de tous nos engins téléguidés.

Les espions sont partout, fanatiques ou avides d'argent.

Les traités d'alliance ne les arrêtent pas et ils se livrent une guerre sanglante que leurs gouvernements ignorent.

Éditions DITIS

Posté par elleon à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]