06 août 2012

Week-end sauvage

de Peter Randa

week end sauvage

La Belle Côte !... En rentrant, nous nous sommes arrêtés dans une auberge pour dîner, ça nous a un peu retardés. Il n'est pas loin de minuit lorsque je m'engage dans le chemin privé qui conduit au portail de la maison de Lemontier.

Dans la cour, j'aperçois tout de suite une voiture arrêtée devant la porte de la salle à manger qui est brillamment éclairée. Derrière la voiture, un homme se dresse tout de suite. Un homme au visage aigu et brutal le stoppe, puis je saute à terre.

Il y a deux autres hommes dans la salle à manger et ils se sont levés... Un fort gaillard d'une cinquantaine d'années au visage lourd et un barbu. Le type, qui s'est dressé derrière la voiture, pointe sur nous un pistolet prolongé par un silencieux... Nous allons entrer dans le vif du sujet.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Week-end au septième ciel

de Peter Randa

week end au 7e ciel

- Votre femme est à Toulouse, je crois.

- Elle est en route pour y aller en tout cas.

- Vous en êtes certain ?

- Que voulez-vous dire ?

- Elle a pris le Sud-Express. Vous l'avez accompagnée à la gare, mais vous n'avez malheureusement pas pu attendre le départ du train car vous aviez un rendez-vous urgent.

- Et alors ?

À peine étiez-vous sorti de la gare que Mme Lantier est descendue du train.

- Pourquoi ?

- Vous ne devinez pas ?

- Un homme ?

- Votre meilleur ami.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une fille vraiment paumée

de Peter Randa

une fille vraiment paumee

Après l'opération, Agathe n'en menait pas large et je lisais l'inquiétude sur tous les visages... On s'attendait chaque nuit à une issue fatale et les jours ont passé... l'état général ne s'est pas amélioré, mais le coeur a tenu... Le coeur ! C'est ce que nous avons de plus fragile... et une femme presque sans force...

Un vrai miracle si elle est encore vivante. Je fais la grimace. Un miracle dans le mauvais sens pour moi. Du moins, pour le moment... Je pousse la porte. Agathe se repose. Je la détaille d'un regard aigu. Elle paraît dormir calmement. Son souffle est régulier et je la trouve moins pâle.

Hier, elle semblait livide. "Nom de Dieu ! Elle ne va tout de même pas s'en tirer".

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une chance sur mille

de Peter Randa

une chance sur mille

Un virage... L'averse redouble et notre voiture est littéralement assaillie. On ne doit pas voir à dix mètres et soudain le chauffeur jure en appuyant désespérément sur son frein... La bagnole se cabre pendant qu'une lumière crue nous tombe dessus.

Une clarté crue et éblouissante qui déchire le rideau de brume et une masse énorme se profile devant nous... Un des inspecteurs pousse un cri... Moi, je ramène vivement mes deux bras devant mes yeux en les croisant... Un choc terrible... Je roule sur moi-même... puis je prends un coup de fraîcheur...

L'inspecteur Rochet a dû être éjecté car Il n'est plus là... Il a percuté un arbre et il a le crâne ouvert... L'autre inspecteur qui se trouvait à ma gauche est mort aussi comme le chauffeur dont la poitrine est complètement défoncée... Ils sont tous morts sur le coup...

Je suis le seul à m'en tirer... et d'un coup, je me retrouve libre...Évadé...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Racket à l'encan

de Peter Randa

raket a l'encan

Tout ce qui peut faire du fric l'intéresse... et du fric il en fait. Un de ces hommes qui transforme tout ce qu'il touche en bénéfice.

Ce matin, il a vendu des diamants. Tout un lot de diamants à un vieux juif qui ne payait pas de mine... Ça ne l'a pas empêché de raquer cash un gros paquet de billets de cinq cents balles. Pas de facture. Une opération neutre comme dit Dervaux. Les diamants n'étaient sans doute pas catholiques.

Je l'admire. Il prend des risques, seulement ils sont toujours soigneusement calculés.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Un pot terrible

de Peter Randa

un pot terrible

J'étais prévenu. Denis m'avait dit qu'un de ses hommes avait la gâchette facile... C'était ce petit salopard... Je le regarde avec horreur car en un sens je suis son complice... Je le réalise brusquement.

Il ne paraît pas du tout impressionné par son crime. Il fait sauter son arme dans sa main et dit:

- Le premier qui bouge je l'abats.

Clarisse fixe obstinément le plateau de la table. Pour ne pas voir le cadavre... Moi, j'ai lutté longuement contre une envie de vomir... Je passe le bras autour des épaules de la comptable pour la réconforter.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un ciboulot qui déraille à cloche-pied

de Peter Randa

un ciboulot

— Une rente ! Elle aurait été infiniment plus généreuse si elle avait su que votre frère avait légalement épousé Aglaé Liévin. Par la même occasion, il avait reconnu officiellement ses deux enfants.

Fonvrault est devenu livide et semble prêt à suffoquer. Bon Dieu, son coeur est solide, je l'espère. Quel drame s'il venait à me claquer dans les mains juste au bon moment...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Si je t'aime, prends garde à toi

de Peter Randa

si je t'aime

Je tire Lefranc pour l'installer derrière le volant... La sueur coule de mon front et m'aveugle... J'ai aussi les mains mouillées clans mes gants de caoutchouc...

Voilà Lefranc en place... Je referme le portière et je contourne le camion... Je monte de l'autre côté et je ramasse Ia, boule de papier que j'ai posée à côté du changement de vitesse. Une allumette pour enflammer ce papier... Lorsque c'est fait, je débouche le jerrican d'essence que j'ai préparé puis je me penche par-dessus le corps de Lefranc pour desserrer le frein.

Le camion se met à rouler tout de suite...Je saute à terre. Maintenant le 40 tonnes prend de la vitesse sur la pente. Où va-t-il s'écraser?

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sans solutions

de Peter Randa

sans solutions

La tête douloureuse... Revoir une voiture débouchant à toute allure d'un tournant de la route... Entendre le gémissement des pneus lorsque le chauffeur a donné un coup de frein désespéré... Ressentir un choc brutal qui se confond avec une sorte de rêve ou plutôt un cauchemar qu'on a fait et ne plus savoir ce que c'est... Se retrouver dans la demeure où on a passé son enfance, mais s'apercevoir avec terreur qu'il s'est écoulé vingt ans depuis le moment de l'accident.

Vingt ans dont on ne se souvient plus... Vingt ans qui manquent... Découvrir un cadavre à côté de soi...Le cadavre d'un inconnu et deviner qu'on l'a probablement tué... Sans savoir pourquoi... Trouver un journal aussi, un journal qui publie une photographie... Celle de l'homme de plus de quarante ans qu'on est aujourd'hui... et apprendre qu'il s'agit d'un redoutable gangster traqué par la police...

Devoir admettre tout cela en quelques minutes et tout reprendre à zéro avec la mentalité qu'on avait à vingt ans... Avant de devenir un bandit.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Renversement de situation

de Peter Randa

renversement de situation

— Soixante millions... À l'époque, ça faisait encore du fric... J'avais barboté la somme dans le coffre... D'une façon ingénieuse.

— Tu avais fait cela pour Simone ?

— Oui.

— Et elle t'a dénoncé ?

— Par ambition.

— C'est depuis ce jour-là que tu ne fais plus confiance aux femmes ?

— À elle je croyais pouvoir... Nous attendions un enfant... Personne ne le savait, mais elle était enceinte.

— Et elle t'a balancé quand même ?

— Je t'ai dit qu'elle était ambitieuse.

— On l'a assassinée, tu dis ?

— Oui... C'est pour cela que je dois intervenir.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]