07 août 2012

Les bavures

de Peter Randa

les bavures

Un soldat perdu... Amnistié bien sûr, mais l'amnistie ne règle pas tous les problèmes... et elle n'est pas suffisante pour reclasser dans la société...

On peut avoir été un héros et se trouver conduit par une fatalité inexorable à la misère... Puis au hasard d'une rencontre à franchir une ligne de démarcation... Celle qui sépare les bandits des honnêtes gens. En un sens c'est toujours une façon de continuer le baroud ancien... Et Fabien Fauvel met toutes ses qualités d'ancien parachutiste au service d' une mauvaise cause puisqu'on ne lui offre pas d'autres portes de sortie...

La vie ne laisse pas toujours le choix.

Naturellement, il ne voudrait pas dépasser certaines bornes, mais les hommes sont parfois pires que le plus mauvais destin... Ils acculent par leurs trahisons et leurs lâchetés, finissant par faire déborder la coupe. Et, comme le dit Fabien Fauvel "Quand on se trouve confronté à une vipère, il faut l'écraser... D'un coup de talon ".

Ou par une rafale de mitraille!

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le Fauve et son terrain de chasse

de Peter Randa

le fauve et son terrain de chasse

<< Comme toujours, lorsque Fauvel monte une opération de commando, elle a été conduite avec une rigueur toute militaire et en dehors du cadavre de Hennequin, la bande n'a pas laissé de traces de son passage. Pour le moment, la police ne dispose d'aucune piste. Bien entendu, dans les jours prochains, on peut s'attendre à l'attaque d'une banque ou d'une perception, attaques menées dans le style brutal de Fauvel sans s'embarrasser du respect des vies humaines.>>

Le grand titre d'un autre journal est tout aussi explicite :
LE FAUVE A RENOUVELÉ SON ARSENAL, OÙ VA-T-IL FRAPPER?

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Fauve aux abois

de Peter Randa

le fauve aux abois

Dans le calepin de l'autre, Fauvel trouve deux photos. La première est de lui. Une photo ancienne, très ancienne puisqu'il y est représenté en tenue de parachutiste. Il la retourne et lit : "Fabien Fauvel, dit Le Fauve, se cache sous le nom d'Henri Marchand quelque part en France".

L'autre photo représente Laurence. Elle est beaucoup plus récente mais elle ne ressemble tout de même pas tellement à la femme qu'elle est devenue. Le texte qui figure au dos est le suivant : "Laurence Bartoldi vit sans doute avec Fauvel sous le nom de Louise Maurin".

Un sourire se fige sur les lèvres de l'ancien para qui murmure :

- Tu as vérifié à l'état civil s'il y avait un Henri Marchand et une Louise Maurin...

- Logique.

- La maison est cernée?

- Non.

- Pas de blague ! Si tu devais mentir, tu serais le premier à déguster... et pour le compte. Le salaud qui nous a dénoncés va le sentir passer aussi. Les traîtres doivent toujours payer le prix fort, sans cela il n'y aurait plus de morale.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La chasse au Fauve

de Peter Randa

la chasse au fauve

- Tu as besoin de dix mille francs, confirme Fauvel.

- Oui.

- Tu as quel âge?

- Dix-neuf ans.

- On ne le croirait pas.

Sans répondre, elle ouvre le petit sac de cuir bleu posé sur la banquette et en sort un passeport italien. Toujours silencieuse, elle le tend à Fauvel : "Francesca di Faenza née à Padoue le 18 mars 1959." La photo colle... Fauvel rend le passeport et Francesca précise d'une voix aux intonations brisées par l'émotion:

- Vous n'avez rien à craindre, je ne suis pas mineure.

- Pourquoi as-tu besoin de dix mille francs?

- Comptez-vous faire l'amour avec mes raisons ou avec moi ?

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fauvel et les terroristes

de Peter Randa

fauvel et les terroristes

Pensif, Fauvel boit une gorgée de café puis murmure:

- Si la police italienne n'arrête pas les assassins, ou si les juges se montrent trop complaisants, je vengerai Di Faenza. Je lui dois bien ça.

- Vous le considériez comme un ami ?

- Pas au départ, mais j'ai contracté une dette envers lui et surtout envers sa femme.

Fauvel a une moue:

- Il n'était même pas un homme politique. Un savant. Il s'est fait élire député indépendant d'Albano pour disposer d'une tribune et lutter contre toutes les compromissions dont l'Italie est en train de mourir.

Il a un sourire plein d'amertume:

- Dont tout le monde occidental est en train de mourir. Je me bats pour cela...bientôt, on ne pourra plus avoir recours aux solutions légales à cause des politiciens. Je serai là pour les autres solutions.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fauvel et les pourris

de Peter Randa

fauvel et les pourris

Un long frisson secoue Ménard et il bégaie :

- Je ne connais pas ce Lopez... Je n'ai permis à personne de s'allonger dans ma voiture.

- Fais attention à tes paroles.

- La vérité. II y a un homme dans ma voiture... pas à l'arrière... dans le coffre. On l'y a fourré à mon insu. Je l'ai découvert en voulant retirer ma valise en arrivant chez moi. Ça m'a fichu un coup et je suis reparti. Un peu désemparé. Je vous ai vu devant la maison et je vous avais déjà repéré chez Borel. Je vous prenais pour un flic.

- Déjà chez Borel ! Tu as l'oeil, dis donc?

- Je suis observateur.

Fauvel se penche vers l'avant et ordonne :

- On repart rue de Dunkerque.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fauvel et les petits détails

de Peter Randa

fauvel et les petits details

Fauvel se précipite... Michou remonte en courant de la plage et Laurence explique rapidement : 

- Elle parlait à un de ces  deux types. Ils rôdent autour de la propriété depuis trois jours.

Un homme marche en se dépêchant vers une voiture arrêtée un peu plus loin au bord de la route... Fauvel a juste le temps de le court-circuiter... Ils convergent en même temps vers une vieille 504 où un autre homme, assis au volant, met précipitamment le contact.

Fauvel est le plus rapide et arrive à la voiture en même temps que l'homme auquel Michou parlait. Il a le temps d'ouvrir la portière du conducteur avant d'empoigner l'autre par le bras. D'une torsion, il l'oblige à plier les genoux jusqu'à coller son visage au sol. En même temps, il agrippe le conducteur au collet et gronde :

- Essaie de sortir une arme, et d'une secousse, je te brise la nuque.

Éditions FLEUVE NOIR

 

Posté par elleon à 04:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fauvel au carnaval des barbeaux

de Peter Randa

fauvel au carnaval

- Et me voilà en pleine forme... Un défi aux sacro-saintes règles de la médecine... Onze blessures... Toutes auraient pu être mortelles.

- Un miracle.

- La baraka.

- Des gens comme moi ne peuvent survivre que s'ils ont à la fois la chance avec eux et les moyens physiques appropriés ... En tout cas, je me sens bien... Mes forces sont revenues... Je ne crains plus rien, ni personne.

- Médicalement exact... Méfiez-vous tout de même des retombées..., murmure Fargeau. À force de tirer sur la corde...

- Pour le moment, je vais me tenir tranquille... Nous avons de l'argent... Plus qu'il ne nous en faut... Certes, il ne durera pas toujours, mais je suis en train de m'organiser...Désormais, nous ne sommes plus des hommes traqués.Nous ne fuirons pas sans savoir où aller...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]