de Éric Rondel

crimes nazi

À la fin de l’été 1944, des rapports abondamment illustrés sur les crimes nazis ont été établis par un détachement de la "Psychological Warfare Division" de la IIIème US Army du général Patton, basé à Rennes. Le travail de ces enquêteurs dura un peu plus de deux semaines au cours desquelles ils interrogèrent de nombreux témoins civils et militaires qui racontèrent par le détail l’horreur de ce qui s’était passé.

Ces officiers furent frappés par le nombre d’agressions brutales, de meurtres, de rafles et de tortures sadiques relevés en Bretagne, bien supérieur à d’autres régions de France.

Les violences et les répressions allemandes augmentèrent au printemps 1944. Il semble qu’ils avaient commencé une vaste campagne d’extermination de la Résistance. À partir du 6 juin, un véritable règne de terreur fut instauré dans toute la Bretagne. Des fosses furent découvertes, contenant parfois jusqu’à une trentaine de cadavres. Dans la plupart des cas, les corps montraient des signes de torture ou de brutalité d’une incroyable sauvagerie… Les incendies de fermes en représailles où de nombreux civils trouvèrent la mort, étaient une méthode très utilisée par les occupants. Ces destructions violentes et criminelles étaient accompagnées d’intimidations, de pillages, de viols et de meurtres...

Depuis l’exécution des vingt-sept otages de Châteaubriant en octobre 1941 jusqu’au massacre de Saint-Pol-de-Léon en août 1944, ce sont les histoires de plusieurs centaines de martyrs de la barbarie nazie qui sont racontées dans ce livre : les exécutions de la forêt de Lorge, de Boudan, de Malaunay, et de la Roche-Maurice, mais aussi les pendaisons de Carhaix, de Saint-Caradec et de Trébeurden, l’histoire de la sanglante Cour martiale du Faouët, les atrocités et tortures de la Gestapo de Quimperlé, de Morlaix et de Saint-Brieuc et celles de la Feldgendarmerie de Plouaret, la chasse aux réfractaires de Baud, les crimes du Huelgoat, les trente-trois brûlés de Landeleau, les exécutions de Cleder... etc... ne sont que quelques-uns des sujets traités parmi des centaines d’autres...

Jour après jour, mois après mois, de 1941 à 1944, c’est une terrible comptabilité appuyée par des rapports de police et de gendarmerie, témoins administratifs d’une répression implacable que les Bretons ont subie pendant l’occupation de la part de certains soldats allemands ou russes ainsi que de membres de la Gestapo, qui est détaillée ici.

Éditions ASTOURE