1887 - 1962

Biographie

Armand Fernand Ziwès est né à Paris en 1887. Fils de cheminot, il fait ses études aux lycées Colbert et Chaptal de Paris, après l'obtention d'un Brevet Supérieur, il se destine à l'enseignement de l'allemand et de la musique.

Pendant la Première Guerre Mondiale, il s'engage dans l'armée, est fait prisonnier et s'évade du camp de détention de Regensburg. Démobilisé, il occupe divers postes de secrétaire et de chef de cabinet dans sept ou huit ministères. Secrétaire général de la préfecture de Bordeaux au début de la Seconde Guerre Mondiale, il est révoqué par le Régime de Vichy en janvier 1942, mais est déjà entré dans la Résistance depuis 1940. Après le conflit, il est préfet du Gers, puis de Versailles. Il prend sa retraite en 1950 et, la même année, est élu maire-adjoint du 18e arrondissement de Paris; en 1954, il est directeur de cabinet du président de l'Assemblée Nationale. Il sera également PDG de la "Société Financière de Radiodiffusion" et président de "Télé-Radio".

En marge de ses activités professionnelles, il publie dès 1927 aux Éditions Grasset, un premier roman, "L'Homme qui mourut d'amour", écrit en collaboration avec Frédéric Certonciny. Ce dernier adopte le pseudonyme d' Erik J. Certön et le duo donne ensuite quatre romans policiers dans la collection du Masque aux Éditions Librairie des Champs-Élysées notamment "La Meute de minuit", lauréat du "Prix du Roman d'Aventures" - 1947.

Armand Ziwès a également publié d'autres textes avec divers collaborateurs et a écrit en solo un roman, "Cœurs menacés" paru en 1959, quelques partitions musicales et deux récits de littérature pour la Jeunesse. Il décède en 1962 à Paris.

(Sources: Wikipedia)

~~~

Résumé

  1. Les sortilèges de Seven Stones (Éd. Le Masque - 1961)

~

Autres titres (avec Erik J. Certön)

  • La meute de minuit (etoilePrix du Roman d'Aventures - 1947)
  • Les esclaves du silence
  • Trois poignards

~

Co-écrit avec Frédéric Certonciny

  • L'homme qui mourut d'amour

~

Co-écrit avec Marcel Mompezat

  • La ville asphyxiée

 Bonne lecture