31 mai 2014

Les enfants indigo

de J. Subirana

les enfants indigoClaire et Marie, deux amies d'enfance décident de partir en week-end afin de se ressourcer.  Au programme: un week-end d'initiation à la méditation et à la découverte des plantes dépuratives en Auvergne, au sein du Centre Temenos.

Ce n'est que deux jours plus tard que Claire, sans nouvelles de Marie commence à s'inquiéter.  Pourquoi le Centre affirme que Marie est bien rentrée à Lyon ?  Quels sont les vrais agissements de ce Centre ?  Pourquoi une telle fascination pour le pouvoir des plantes ?

Éditions LES PASSIONNÉS DE BOUQUINS


 

À travers ce « thriller végétal », l'enquete, richement agrémentée sur le pouvoir de certaines plantes, mènera le lecteur des forêts d'Auvergne aux célèbres souterrains lyonnais (arrêtes de poissons)


 

Posté par Krri à 06:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


SUBIRANA, J.

Biographie

J. Subirana est médecin et passionnée par l'etnobotanique.

~

Résumé

  1. Les enfants indigo (Éd. Les Passionnés de Bouquins - 2013)

Bonne lecture

Posté par Krri à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2014

Sophie et le crime

de Cécil Saint-Laurent

sophie et le crime

Chaque matin, sur le chemin de la station Maubert-Mutualité, la très charmante Sophie ralentit le pas pour contempler à sa guise la silhouette virile de son voisin, du quatrième étage: Henri Lédiguier.

Or ce matin, 23 septembre, non seulement elle n'a pas aperçu Lédiguier, mais elle a croisé, sans trop y prendre garde, un car de police qui s'est rangé tout de suite le long du trottoir. Et voilà que, dans la matinée, au bureau du magazine "Tel Quel" où elle est un peu journaliste, Sophie reçoit une convocation de la police, "pour affaire vous concernant".

Au poste, Sophie regimbe. De quel droit lui pose-t-on des questions sur l'emploi de sa dernière nuit ?

" II y a eu crime, mademoiselle." Mme Lédiguier a été tuée à coups de couteau.

Voilà Sophie condamnée à dire ce qu'elle voulait taire. On livre des secrets. On en recueille bientôt soi-même. Ce petit jeu (dangereux) ne va pas tarder à passionner la chère enfant.

Éditions HACHETTE

etoilePrix du Quai des Orfèvres (1953)

Posté par elleon à 05:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'erreur

de Cécil Saint-Laurent

l'erreur

Daniel Normand retrouve Xavier, un ami de jeunesse qu'il n'a pas vu depuis six ans. Avec la mystérieuse Hilda Noguez, ils passent la nuit dans une auberge, et Xavier est retrouvé mort, tué à coups de hache. Jugé, Daniel est acquitté.

Il envoie au commissaire Vane un cahier jaune, dans lequel il s'accuse du meurtre, tout en laissant l'acte lui-même dans l'ombre. Et les interrogatoires reprennent. Qui a tué, et pourquoi ? Qu'en est-il de ces aveux qui disculpent ? Des liens qui unissent Hilda, alias Sonia Eider, à Xavier, à Daniel, à Maxaire, son amant platonique ?  Et de Marguerite dont Xavier voulait divorcer ?

Quelles vérités le cahier jaune renferme-t-il qui ne soient en même temps des mensonges ?

C'est dans une maison des bords de Seine que se fera la lumière, à l'occasion d'un drame ultime, inattendu.

Éditions GALLIMARD

Édition originale: Éd. Mercure de France (1987)

Posté par elleon à 05:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

SAINT-LAURENT, Cécil

1919 - 2000

Biographie

Jacques Laurent-Cély est né en 1919 à Paris. Il est le petit-fils du président du Conseil général de la Seine, fils d'un avocat inscrit au barreau de Paris, combattant de la Grande Guerre et militant de "Solidarité" de François Coty. Il suit ses études au lycée Condorcet, entreprend ensuite une Licence de Philosophie à La Sorbonne et s'engage rapidement dans l'Action française de Charles Maurras en écrivant dans "L'étudiant français".

En 1939, il doit interrompre ses études, à cause de la mobilisation et occupe un modeste poste au « Bureau d'études » du Secrétariat Général à l'Information du régime de Vichy où il fait la connaissance de François Mitterrand, et contribue à "Idées", « revue de la Révolution nationale » fondée en 1941. En août 1944, il est chargé d'établir un contact entre le Maréchal Pétain et une unité auvergnate des Forces Françaises de l'Intérieur, Pétain envisageant alors un accord avec la Résistance pour rejoindre le maquis; projet qui n'a pas de suite, à cause du départ du maréchal tandis que Jacques Laurent-Cély rejoint à la fin du mois un bataillon des FFI devant opérer une jonction avec l'armée du Général de Lattre de Tassigny. Remonté à Paris sous l'épuration, il est brièvement incarcéré mais finalement relâché.

Après la Guerre, il entreprend une carrière d'écrivain sous divers pseudonymes « pour vivre »: il est ainsi l'auteur de chroniques théâtrales sous le nom de Jean Paquin, quelques petits romans sentimentaux sous les noms de Dupont de Ména, Roland de Jarnèze et des romans policiers qu'il signe Roland de Jarneze, Alain de Sudy, Gilles Bargy, Laurent Labattu, J.C Laurent, Cecil Saint-Laurent, puis en 1948 une étude historique "Quand la France occupait l'Europe", sous le nom d'Albéric Varenne.

C'est sous le nom de Cecil Saint- Laurent qu'il se fait véritablement connaître avec des romans publiés dès la fin des années 1940, dont les plus célèbres "Les Corps tranquilles", paru en 1948, et la série populaire de "Caroline Chérie", (qui fait l'objet de douze traductions et de deux adaptations cinématographiques en 1951 et 1968), et son roman policier Sophie et le crime pour lequel il reçoit le "Prix du Quai des Orfèvres" en 1953.

L'année 1951 voit la parution de son premier essai, "Paul et Jean-Paul", dans lequel il attaque "l'Existentialisme". Dans le même temps, il fonde en 1953 la revue littéraire "La Parisienne" qui accueille des grandes plumes et dans laquelle il écorne André Malraux, puis il dirige l'hebdomadaire "Arts" de 1954 à 1959. Son nom est alors associé au mouvement littéraire des "Hussards" auxquels se rattachent aussi Antoine Blondin, Michel Déon et Roger Nimier  incarnant alors la droite littéraire.

La Guerre d'Algérie lui fait reprendre son engagement politique et en 1964, il attaque violemment le général de Gaulle par son pamphlet "Mauriac sous de Gaulle", qui lui vaut une condamnation pour « offense au chef de l'État » et publie peu après avec Gabriel Jeantet "Année 40", où il conteste l'importance de de Gaulle, le « planqué », dans l'organisation de la Résistance.

Il délaisse définitivement la politique et, sous le nom de Jacques Laurent, il refait surface dans le monde littéraire, par la publication de son roman "Les bêtises", qui obtient le "Prix Goncourt" en 1971, puis avec "Les Sous-Ensembles flous" en 1981; l'ensemble de son œuvre est couronné la même année par le "Grand Prix de Littérature de l'Académie Française" et, deux ans plus tard, par le "Prix Littéraire Prince-Pierre-de-Monaco".

Chevalier de la Légion d'Honneur, il est élu à l'Académie Française en 1986, et publie en 1988 un dernier essai remarqué sur "Le Français en cage", dans lequel il s'en prend au « zèle excessif que déploient les policiers du langage dès que l'occasion leur est donnée de condamner ».

Jacques Laurent se suicide le 29 décembre 2000, incapable de supporter le décès de son épouse quelques mois plus tôt, et << pour ne pas connaître la déchéance physique de la vieillesse.>>

(Sources Wikipedia)

~

Résumés

  1. L'erreur (Gallimard - 1988)
  2. Sophie et le crime etoile (Hachette- 1953)

~

Autres titres 

  • Caroline Chérie
  • Captain Steel
  • Hortense 1914-18
  • La bourgeoise
  • La Communarde
  • La fille de Mata-Hari
  • la mutante
  • Le cas Valentine
  • Le fils de Caroline Chérie
  • Les agités d'Alger
  • Les caprices de Caroline
  • Les passagers pour Alger
  • Les petites filles et les guerriers
  • L'assassin frappe avant d'entrer
  • Lucrèce Borgia
  • Prénom Clotilde
  • Une sacrée salade

~

Autres titres de romans policiers

Sous le nom de J.C. Laurent

  • Ne touchez pas à la hache

Sous le nom de Jacques Laurent

  • La mort à boire
  • Le dernier bridge

Sous le nom de Laurent Labattu

  • La mort dans l'âme

Sous le nom de Gilles Bargy

  • La nuit qui ne veut pas finir

Bonne lecture

Posté par elleon à 04:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 mai 2014

L'épreuve de l'acide

de Élmer Mendoza

l'epreuve de l'acideLe détective Edgar Mendieta, alias Zurdo, le Gaucher, songe au suicide. Quarante-trois ans, un boulot de chien, pas de femme, pas même un petit divorce, et une très forte tendance à l'autoflagellation: allez trouver un sens à tout ça.

Pour couronner le tout, on le charge d'enquêter sur la mort d'une splendide strip-teaseuse, Mayra Cabral de Melo, qu'il a connue d'un peu trop près: une bombe aux yeux vairons, un couleur miel, l'autre vert, la seule à l'avoir traité avec indulgence, presque tendresse. La belle choisissait ses ''amants'' parmi les notables de Culiacan; les pistes se multiplient, mais elles ne mènent nulle part. 

Zurdo est bon pour la tournée des night-clubs, cantinas et autres arrière-cours du Mexique contemporain, au moment où le gouvernement vient de déclarer la guerre aux narcos.

Dans une nuit perpétuelle, il s'enfonce dans les bas-fonds de la ville, entre les trafiquants d'armes, les politiciens. Il croise un collectionneur de guitares cassées (mais célèbres), le père du président des États-Unis, et retrouve Samantha Valdes, nouvelle boss du cartel du Pacifique.

Pour Mendieta, l'heure n'est pas à la rigolade: Gris, son fidèle lieutenant, est en pleine crise amoureuse et pas vraiment dans son assiette; son chef trouve que finalement il vaudrait mieux abandonner l'enquête; lui n'arrive pas à mettre la main sur son psy et pleure son amour perdu. 

Pendant ce temps, la tequila coule à flots, les cadavres s'empilent, et son spleen n'est pas près de s'arranger.

Éditions MÉTAILIÉ


 Avec son style inimitable, Mendoza nous plonge dans un Mexique baroque et délirant, où on tutoie la mort à tous les coins de rue, entre deux verres.  Un polar impeccable, avec tous les ingrédients du genre, plus une bonne dose d'humour et l'argot lyrique des truands latinos.


Posté par Krri à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Balles d'argent

de Élmer Mendoza

balles d'argentAnéanti par une rupture amoureuse, dépendant de son psy, l'inspecteur Edgar Mendieta, alias le Gaucher, s'oublie dans un travail acharné. Il enquête sur le meurtre de Bruno Canizales, avocat aussi prestigieux que décrié pour sa vie dissolue et fils d'un ancien ministre de l'Agriculture retrouvé la tête perforée d'une balle en argent.

Le téléphone de Mendieta ne cesse de sonner et l'inspecteur, harcelé par son supérieur, découvre que sa route est jonchée de nouveaux cadavres. 

Qui se cache derrière ces crimes ?  Les narcos ?  Les politiciens soucieux de nettoyer le terrain avant les élections ?  Les membres de l'étrange "Petite Fraternité Universelle", dont Canizales faisait partie ?

Mendieta s'escrime à trouver les coupables et à faire son travail à grands coups d'adrénaline et avec une bonne dose d'humour. Il court les bars et les villas huppées, croise des journaliste et de charmantes lesbiennes, pour finir par démêler un écheveau où convergent des intérêts divers. 

Mais il est le seul à vouloir réellement aller jusqu'au bout, sans doute parce qu'il n'a rien à perdre.

Éditions GALLIMARD


Avec Balles d'argent, l'auteur mexicain Elmer Mendoza nous plonge dans un Mexique âpre et rude où il ne fait pas bon vivre ni  mourir.  Loin des cartes postales et des plages de Cancun, nous évoluons dans une ville sans foi  ni loi, pervertie par l'argent sale de la drogue ou la violence est à chaque coin de rue.  Le livre témoigne de la transformation radicale que connaît le pays depuis une dizaine d'années et d'un Mexique devenu la plaque tournante du trafic de cocaïne entre la Colombie et les États-Unis.  

Balles d'argent est servi par un style sec, nerveux et incisif qui suscite et retient l'empathie du lecteur dans un savoureux compromis d'élégance naturelle et d'humour.  Cerné par la mort et une corruption endémique qui gangrène tout sur son passage, l'auteur n'oublie pas de porter un regard tendre sur ce pays qui est le sien et qu'il aime.


MENDOZA, Élmer

Biographie

Élmer Mendoza est né en 1949 à Culiacán, sur la côte ouest du Mexique. Il est l'auteur de romans, de contes, de pièces de théâtre et de chroniques sur le narcotrafic, il est considéré comme le premier écrivain à avoir exploré l'effet de la narcoculture dans la société mexicaine.

~

Résumés

Série Edgar Mendieta, dit Zurdo, le Gaucher

  1. Balles d'argent (Gallimard - 2011)
  2. L'épreuve de l'acide (Éd. Métailié - 2014)

Bonne lecture

Posté par Krri à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Celui qui ne meurt jamais

de Dominique Faget

celui qui ne meurt jamaisEn Afrique, lorsqu'un homme meurt, le sculpteur du village s'imprègne de l'aura du défunt pour façonner secrètement un Masque à son effigie. Il y enferme l'âme du disparu jusque dans l'éternité.  

Automne 1975, Bordeaux, des femmes retrouvées atrocement mutilées... Un reporter en proie à des cauchemars et à des visions d'horreur... Une jeune inspectrice métisse enquête. Ses investigations vont la mener jusqu'au coeur de l'Afrique et de ses mystères.

Éditions LES NOUVEAUX AUTEURS

etoile Prix VSD du Polar 2014 - Prix des Lecteurs

Posté par Krri à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

FAGET, Dominique

Biographie

Dominique Faget, 51 ans, habite en Gironde. Elle est membre de "l'Association d'Egyptologie" de l'Université de Bordeaux et également Coorganisatrice de la "Biennale des Littératures Francophones d'Afrique Noire".

~

Résumé

  1. Celui qui ne meurt jamais (Éd. Les Nouveaux Auteurs - 2014) etoile

~

Autres titres

  • Bouillon de haine
  • Hier est pour demain
  • Le fagot de brindilles
  • Le manuscrit oublié
  • World Trade Center 2025

Bonne lecture

Posté par Krri à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]