01 juin 2017

Coup de chaud sur la ville

de Lee Child

Lee Child - Coup de chaud sur la ville.New York, 13 juillet 1977. Une chaleur étouffante pèse sur la ville, déjà sous pression : un tueur en série y terrorise la population. Jack Reacher, alors jeune marine de seize ans tout juste rentré de Corée du Sud, se rend à West Point pour revoir son frère quand, en pleine rue, il surprend un homme en train de gifler une femme.

Il s'interpose et, bien que le couple lui conseille de ne pas s'en mêler, il s'en prend au type qui, ridiculisé, bat en retraite. Ce que Reacher ne sait pas, c'est que ce « mari », Croselli, est un grand patron de la mafia. Et « sa femme », une inspectrice du FBI.

L'incident clos, Reacher continue sa route quand soudain, la ville se retrouve plongée dans le noir : le réseau électrique n'a pas résisté à la canicule.

Et pour parfaire le programme de sa soirée, Reacher se retrouve à devoir aider une jeune femme qui semble avoir de sérieux ennuis. Dire que les péripéties ne font que commencer serait un euphémisme. 

Éditions CALMANN-LÉVY

~~~

Dans cette nouvelle inédite (suivie, en exclusivité, d'un extrait de Retour Interdit, la nouveautéoctobre 2016.)   Reacher n'a certes que seize ans, mais il présente déjà toutes les caractéristiques du fantastique chevalier blanc qu'il va devenir grâce au talent de son créateur, Lee Child.

~~~

Posté par elleon à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Never go back - Retour interdit

de Lee Child

Child Lee - Jack Reacher Never go back - (Retour interdit).Des déserts glacés du Dakota du Sud jusqu'à son ancien bureau de la 110e unité de la police militaire de Washington DC, la route est longue, et particulièrement semée d'embûches. Mais après bien des péripéties, Jack Reacher se réjouit de bientôt pouvoir rencontrer son nouveau commandant en chef, le major Susan Turner.

Après avoir expédié au tapis deux individus qui lui conseillaient fortement de filer s'il ne voulait pas être traduit en cour martiale, Reacher pousse enfin la porte du bureau de Susan pour y découvrir à la place un certain commandant Morgan.

Ce dernier, après avoir informé Reacher que le major Susan Turner n'était plus là, lui apprend qu'il est accusé d'avoir tué un certain Rodriguez seize ans plus tôt, qu'il n'y a pas prescription et qu'il est rappelé en service actif.

Pendant ce temps-là, un homme se faisant appeler "Romeo" ne cesse de téléphoner à un certain dénommé "Juliet" pour savoir ce qui arrive ou va arriver à Reacher. Ils se doutent que celui-ci va tout faire pour retrouver Turner qui, il vient de l'apprendre, a été déployée en Afghanistan la veille... sans y être jamais arrivée.

Éditions CALMANN-LÉVY

-

Adapté au cinéma par Lee Child lui-même, réalisé par Edward Zwick (2016)

~~~

Bel imbroglio. Et comme toujours dans les romans de Lee Child, ce n'est que le début des ennuis pour le justicier qui n'a peur de rien et arrive toujours à ses fins. Même lorsque, comme dans ce récit salué comme l'un des meilleurs de Lee Child, les mauvaises surprises s'enchaînent.

~~~

Posté par elleon à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Hôtel du Grand Cerf

de Franz Bartelt

À Reugny, petit village au cœur des Ardennes, plane depuis cinquante ans le secret de la mort de Rosa Gulingen.

La star mondiale de cinéma avait été découverte noyée dans la baignoire de sa chambre à l'Hôtel du Grand Cerf, qui accueillait l'équipe de son prochain film ; du bout des lèvres la police avait conclu à une mort accidentelle.

Quand Nicolas Tèque, journaliste parisien désœuvré, décide de remonter le temps pour faire la lumière sur cette affaire, c'est bien logiquement à l'Hôtel du Grand Cerf qu'il pose ses valises.

Mais à Reugny, la Faucheuse a repris du service, et dans le registre grandiose : le douanier du coin, haï de tous, est retrouvé somptueusement décapité. Puis tout s'enchaîne très vite : une jeune fille disparaît ; un autre homme est assassiné.

N'en jetons plus : l'inspecteur Vertigo Kulbertus, qui s'est fait de l'obésité une spécialité, est dépêché sur place pour remettre de l'ordre dans ce chaos.

Éditions du SEUIL

~~~

" Le noir, pour peindre les mœurs, c'est une bonne couleur ", dit l'auteur. Écrite dans un style impeccable, cette enquête faussement classique verra tout un village passé au crible de la plume si particulière de Franz Bartelt, toujours entre burlesque et mélancolie. Dans Hôtel du Grand Cerf, on rit énormément, mais tout est élégant, et rien n'est banal.

~~~

Posté par elleon à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Au milieu de nulle part

de Roger Smith

Au milieu de nulle partIvre et pris d’un accès de violence, le président de l’Afrique du Sud, suite à une dispute avec son épouse, la tue d’un coup de lance.

Sans scrupule, il exige aussitôt de Steve Bungu, son fidèle exécuteur des basses œuvres, d’organiser le mensonge qui l’exonérera et lui permettra de rester au pouvoir. Comment ? En forçant un ancien flic à la réputation irréprochable de monter une enquête bidon accusant quelqu’un d’autre à sa place.

Pendant ce temps, relégué à des tâches subalternes pour avoir critiqué le régime corrompu de l’après-apartheid, l’inspecteur Disaster Zondi est expédié en plein milieu du désert du Kalahari pour y arrêter un vieux suprématiste blanc accusé d’avoir tué un jeune Noir.

Éditions CALMANN-LÉVY

-

* En exergue de ce septième roman de l’auteur, cette phrase d’André Malraux : « La vérité d’un homme, c’est d’abord ce qu’il cache. »

~~~~

Au fur et à mesure que progressent les deux enquêtes et qu’un mensonge après l’autre apparaît la réalité de l’Afrique du Sud d’aujourd’hui, c’est à un constat d’une singulière amertume qu’est convié le lecteur. Pièges, chantage, manipulations, enfants réglant leurs comptes avec leurs parents et corruption des plus hauts placés : quand les masques tombent, l’humanité n’est pas belle à voir avec Roger Smith.

~~~

C’est avec raison que "Le Point" et "Le Figaro" ont vu en Roger Smith une véritable « révélation ».

~~~~

Posté par elleon à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,