de Claude Depyl

Une chasse à courre où l'homme est le gibier.

Un quatuor asocial et paumé de la cité des Pinsons, une continuité de barres et de verdure piétinée, composé de Jacky, dit Cacahuète, de Fred alias Sombrero, de Maria la Portos et du narrateur Germain dit le cynique, se lance dans une folle exploration de la campagne. Le bucolique leur manque. Mais ils n'ont pas l'habitude de ces contrées la plupart du temps, bien calmes.

Après un vol de voiture, une altercation avec de paisibles ruraux, un viol en bonne et due forme, ils se retrouvent poursuivis par leurs victimes successives qui ne demandent qu'à se venger. Curiosité malsaine.

Pour être maladroits, ils le sont, car ils vont trouver refuge chez un haut fonctionnaire lié au monde mafieux, vivant ce qu'il peut imaginer jusque-là, une vie paisible. Mais cédant à leurs mauvaises habitudes, les trois marginalisés lui volent des documents très compromettants. Pour ne rien arranger à leur affaire, la victime du viol est aussi la petite amie d'un politicien influent, qui fait appel à la police pour les embastiller.

La course poursuite qui s'engage avec d'un côté la police, de l'autre des malfrats rattachés à un chef anversois qui délègue des hommes de main est particulièrement efficace et violente. La curiosité malsaine de ce quatuor joue le rôle de catalyseur en mettant à jour l'inertie administrative, l'impunité des réseaux du banditisme, la corruption des hauts décideurs.

Éditions PAPIER LIBRE