de Émile Brami

Emile Brami - En collaboration.Enquête à Sigmaringen.  "Ce mercredi 3 juillet 1946, j'ai été condamné à mort".

Ainsi commence la confession de Joseph Laborieux, ex-officier de police judiciaire, Croix de guerre en 1918, rayé des cadres en novembre 1944 pour n'avoir pas eu l'intelligence, comme son supérieur, de jouer double jeu sous l'Occupation. Comme ses pairs, Laborieux a en effet pourchassé les juifs, les rouges et les "terroristes apatrides" du groupe Manouchian.

Mais cet excellent flic n'avait qu'une idée en tête : démasquer le tueur en série qui, depuis 1926, abandonne sur les berges et les quais de la région parisienne des cadavres de jeunes femmes vidées de leur sang, avec ces quelques vers de Rimbaud calligraphiés en majuscules : "Ô pâle Ophélia ! Belle comme la neige ! Oui, tu mourus, enfant, par un fleuve emporté ! "

Le dernier de ces meurtres sophistiqués s'est produit en mars 1944, sous le Pont-Neuf. Et toujours aucune piste. Cinq mois plus tard, Laborieux n'a eu que le temps d'emporter les photos des dix-neuf "Ophélie" dans sa fuite vers l'Est jusqu'à Sigmaringen, en compagnie de la fine fleur de la Collaboration (Pétain, Laval, Déat, Luchaire, Darnand... et bien sûr le médecin et romancier Céline).

Et c'est là, un matin brumeux de février 1945, qu'une vingtième Ophélie est retrouvée sur une petite crique du Danube, couverte de givre... Le coupable ne peut donc se trouver que parmi les quelques centaines d'individus de l'enclave française. L'avancée des troupes alliées laissera-t-elle à Laborieux le temps de boucler cette enquête devenue, au fil des ans, son unique raison d'être et, peut-être, sa seule chance de rédemption ?

Éditions ÉCRITURE