06 mai 2014

DONTSOVA, Darja

Biographie

Agrippina Arkadjewna Donzowa dit Darja Donzowa (ou Dontsova pour l'éditeur français)est née en 1952 à Moscou. Après avoir étudié le journalisme à l'Université d'État de Moscou, elle travaille comme journaliste; elle maîtrise la langue allemande et peut s'exprimer en français.

Un congé maladie assez long, lui donne l'opportunité de se mettre à écrire des romans policiers qui acquièrent rapidement une grande popularité.

~

Résumé

  1. La femme de mon mari (Éd. du Bouvier - 2004)

Bonne lecture

Posté par Krri à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 décembre 2012

SHEVCHENKO, Anna

Biographie

Anna Shevchenko est née en Ukraine en 1965. Parlant couramment sept langues, elle a servi d'interprète lors de nombreuses rencontres gouvernementales et a écrit deux guides culturels sur la Russie et l'Ukraine. Héritage est son premier roman, publié en France aux Éditions First

~

Résumés

  1. Héritage (Éd. First - 2012)
  2. L'ultime partie (Éd. Les Escales - 2013)

Bonne lecture

Posté par elleon à 04:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2012

Pavel ASTAKHOV

Biographie

Pavel Alekseyevich Astakhov est né en 1966 à Moscou; il a fait ses études à l'École Supérieure du KGB. Avocat depuis 1994, il a défendu, entre autres, un Américain accusé d'espionnage, l'oligarque Vladimir Goussinski en conflit avec le Kremlin, le maire de Moscou Youri Loujkov, le maestro Vladimir Spivakov, etc. 

Avocat de la mairie de Moscou depuis 2002, il parle couramment le suédois, l'anglais, le français et l'espagnol, est membre de l'Association des avocats de Paris et travaille à la Cour d'arbitrage de l'Union européenne.

(Sources Éditeur)

~~~

Résumé

  1. Un maire en sursis (Éd. Calmann-Lévy - 2011)

Bonne lecture

Posté par Krri à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2011

STAKHOV, Dmitri

Biographie

Né en 1954, Dmitri Stakhov vit à Moscou. Psychologue de formation, il est journaliste et écrivain, auteur de deux romans Le mouchard et de Le retoucheur traduits en français.

~

Résumés

  1. Le mouchard (Gallimard - 2001)
  2. Le retoucheur (Actes Sud - 2011)

Bonne lecture

Posté par Krri à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2009

LATYNINA, Julia

Biographie

Julia Latynina est une journaliste russe, connue pour son opposition à Poutine. Dans son travail, elle met à jour les liens entre le monde économique et les milieux criminels. Forte de ces intentions et de sa connaissance approfondie des mécanismes obscurs qui agitent la Russie d'aujourd'hui, elle publie des romans qui émargent à ce style désormais reconnu du « polar économique ». La Chasse au renne de Sibérie est une fresque allumée qui conte les déboires de Denis Tcheriaga, le bras droit du PDG d'un puissant conglomérat sidérurgiques basé en Sibérie, dont les intérêts sont menacés par les machinations d'une banque proche du Kremlin. Et nous voilà plongés dans le monde des affaires, entre mafia, milices, flics, ripoux, et anciens communistes. C'est bien fichu, plein de rebondissements, parfois complexe, souvent instructif et globalement sidérant.

~

Résumés

  1. La chasse au renne de Sibérie (Actes Sud - 2008)

~

Série La trilogie du Caucase

  1. Caucase Circus (T-1)(Actes Sud - 2011)
  2. Gangrène (T-2)(Actes Sud - 2012)
  3. La gloire n'est plus de ce temps (T-3)(Actes Sud - 2013)

Bonne lecture

Posté par Krri à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 février 2009

VAÏNER, Arkadi & Gueorgui

1931 - 2005 / 1938 - 2009

Biographie

Arkadi Alexandrovitch Vaïner est né en 1931 à Moscou dans une famille d'origine juive. Après avoir suivi des études universitaires à Moscou, il devient juge d'instruction. Il décède d'une crise cardiaque en 2005 à Moscou.

Gueorgui Alexandrovitch Vaïner est né en 1938 à Moscou. Un temps journaliste, il devient ensuite juriste. Il décède en 2009 à New York.

Dans les années 70, les deux frères s'unissent pour écrire  une dizaine de romans policiers qui se vendent à plusieurs millions d'exemplaires, le plus célèbre étant 38, rue Petrovka qui deviendra par la suite une série télévisée à succès en Union Soviétique, série dont les frères Vaïner signeront le scénario. Réédités pour quelques titres chez Fayard et Gallimard, quatre autres titres ont été traduits dans les années 90 aux Éditions Radouga (qui n'ont d'ailleurs publié que les seuls frères Vaïner et ces seuls titres), ces derniers semblent introuvables aujourd'hui...

Les frères Arkadi et Gueorgui Vaïner font partie des plus célèbres auteurs de romans noirs de leur pays.

(Sources Wikipedia / http://www.histoire-du-polar.com)

~

Résumés

  1. 38, rue Petrovka (Fayard - 2005)
  2. L'évangile du bourreau (Gallimard - 2000)
  3. La corde et la pierre (Gallimard - 2006)

~

Gueorgui Vaïner & Leonid Slovine

  1. La face cachée de la lune (Gallimard - 1995)

~

Autres titres

  • Je prends la relève
  • La criminelle sera au rendez-vous
  • Les rendez-vous du Minotaure
  • Moi, enquêteur...

Bonne lecture

Posté par Krri à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2008

PANICH, Igor

Biographie

Igor Panich est né en 1958 à Leningrad, fils de Julian Panich, un acteur célèbre pour ses rôles de jeune premier et de Ludmilla Panich, une réalisatrice. Igor a douze ans quand la famille Panich s’installe à Moscou, son père étant nommé responsable du cinéma à la télévision soviétique. Il fréquente une bonne école réservée à "l’élite", la famille est logée dans un des plus beaux immeubles de la capitale, mais le succès et la prospérité ne sont qu’une illusion: les Panich sont obligés de se conformer à la norme et de s’inscrire au Parti Communiste et toute expression artistique leur est interdite.

En 1972, au moment fort de l’émigration des Juifs russes, Julian Panich décide de quitter lui aussi l’URSS pour Israël, leur visa de sortie est refusé et comprennent qu'ils ne seront jamais autorisés à quitter le territoire; c'est avec l'aide de leur voisin de palier, qui a un besoin urgent de leur appartement, que les Panich arrivent à Jérusalem, mais ne trouvant ni budgets ni rôles, se tournent donc vers l’Europe.

En 1973, les parents sont embauchés par "Radio Liberté", la radio financée par le Sénat américain pour diffuser des programmes qui combattent l’influence du communisme, dont les locaux sont à Munich; Igor  y fréquente pendant un an l’école sur une base militaire américaine et obtient plus tard la nationalité américaine. L’année suivante, il part pour l’Angleterre, dans une des plus vieilles écoles privées où il reste trois ans. La première année est marquée par la solitude, son mauvais anglais le gêne, mais il décide que "l’enfer en Angleterre vaut mieux que l’enfer en Allemagne"; il se passionne pour l’histoire et réussit à s’intégrer. L’été, il retourne en Allemagne, dans un camp scout exclusivement réservé aux émigrés russes: un autre monde ! Inscrit en Histoire à l’Université de Londres, Igor commence à apprendre le français, mais étudiant pas très assidu, il part assez vite à la découverte de Paris où il reste plusieurs mois, chantant avec quelques amis des ballades russes devant Beaubourg pour gagner de l’argent. Il ne retourne en Angleterre que pour passer ses examens de fin de première année.

Ensuite il a la chance d’avoir comme professeur principal Conrad Russell, les études deviennent fascinantes, mais difficiles à cause de son approche littéraire de l’Histoire. "Igor, vous devriez écrire des romans historiques, lui dit Conrad Russell. Vos compositions sont très touchantes et sentimentales, mais ce n’est pas de l’Histoire."

En finissant ses études, en 1980, Igor décide de partir aux États-Unis et d’y devenir comédien: il s’inscrit au "Lee Strasberg Institute" et est bientôt choisi pour la classe professionnelle de Lee Strasberg, dont il reste l’élève jusqu’à sa mort en 1982. Igor quitte alors l’école, pour monter et jouer "Cyrano de Bergerac", une grande aventure commence, il réunit péniblement l’argent nécessaire, "embauche" sa mère et son père; la pièce a du succès mais ne fait pas avancer sa carrière. Il obtient un rôle dans un film avec Robin Williams qui connaît un grand succès, mais catalogue Igor comme "le Russe": les rôles qu’on lui propose ne l’intéressent pas, il a le choix entre jouer le stupide immigré au lourd accent ou le méchant du KGB…

Il se lance, avec un associé, dans l’immobilier, à New York, une période qui est celle de la rencontre avec les Russes émigrés aux États-Unis. Igor se passionne pour ce milieu cultivé et ouvert qui vit dans une sorte de folie permanente; ce sont des années de fêtes - excessives, avoue-t-il. Il voyage beaucoup et découvre le monde. Pendant les dix ans passés à New York, Igor connaît des problèmes d’argent, il est tour à tour chauffeur de limousine, interprète, producteur vidéo, chef d’entreprise, ouvrier, il reprend quelques petits rôles…

En 1990, le réalisateur russe Boris Frumin lui propose un des rôles principaux dans son film américano-russe. C’est pendant le tournage qu’une société allemande lui propose de se charger de ses relations publiques en Russie et pendant cinq ans, Igor se partage entre la Russie et l’Allemagne. C’est un grand retour pour lui, et une expérience ambiguë: Igor est parti depuis dix-huit ans, il a changé, les Russes aussi. Il retrouve des gens qui vivent dans une violence inimaginable à l’Ouest, qui marchent dans la rue les yeux fixés au sol, mais perpétuellement aux aguets et  découvre la nouvelle mafia.

En 1995, il revient donc à Paris, la vie en France reste un de ses très bons souvenirs, et presque tous ses amis sont désormais réunis là. Il y rencontre sa femme qui reprend des études de littérature russe à la Sorbonne, et en 1996 naît leur fille Anastasia. Soutenu dans ce projet par sa femme et ses parents, en retraite en France, Igor se consacre depuis sept ans à l’écriture: "Le métier que j’ai exercé consécutivement le plus longtemps ", dit-il. En 1999, il envoie son manuscrit à des éditeurs américains (aucune réponse), anglais (quelques bonnes réactions) et à Valérie-Anne Giscard d’Estaing, qui s’occupe des droits étrangers de l'éditeur XO. Elle voit derrière ce premier jet un bon livre et surtout un auteur prometteur: deux ans et un peu de travail après, La Sibérienne paraît.

(Sources Éd. XO)

~

Résumé

  1. La Sibérienne (Éd. XO - 2002)

Bonne lecture

Posté par Krri à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2008

MARININA, Alexandra

Biographie

Alexandra Marinina (de son vrai nom Marina Anatolieva Alexeïeva) est née en 1957 à Lvov (Ukraine). Elle a vécu à Léningrad jusqu'en 1971 avant de s'installer à Moscou où elle achève en 1979 ses études à la Faculté de Droit Lomonossov de l'Université d'État de Moscou. Elle entre en 1980 à l'Académie du Ministère de l'Intérieur de l'Union soviétique avec le grade de lieutenant de police. Elle y étudie la criminologie et y soutient en 1986 une thèse sur "la personnalité des criminels violents et la prévention de la récidive". Elle a publié depuis 1987 plus d'une trentaine d'articles de recherche sur ce thème dont "Crime and crime prevention in Moscow" publié par l'UNICRI. En 1994, elle devient directrice adjointe et rédactrice en chef du service d'édition de "l'Institut Juridique Moscovite du Ministère de l'Intérieur de Russie". Elle prend sa retraite en 1998 avec le grade de lieutenant-colonel de police.

En 1991, elle écrit en collaboration avec son collègue Alexandre Gorkine un premier récit policier : "Le séraphin à six ailes", publié à l'automne 1992 dans le magazine Militsiïa ("La police"). "Concours de circonstances", son récit suivant, qu'elle écrit seule, est publié à l'automne 1993 dans Militsiïa. L'héroïne fétiche de Marinina, Anastassia Kamenskaïa, y apparaît pour la première fois. Les romans de Marinina (une trentaine à ce jour) sont publiés en Russie dans la collection de romans policiers Tchornaïa kochka ("Le chat noir") des Éditions EKSMO depuis avril 1995. En 1998, lors de la "Foire Internationale du Livre de Moscou", Marinina reçoit le titre d'"écrivain de l'année" pour avoir vendu le plus de livres en 1997. Elle est également nommée "succès de l'année" par le magazine "Ogonïok". Les livres de Marinina ont été traduits dans plus de vingt langues. En 1999, Les aventures de Kamenskaïa ont été l'objet d'une série télévisée diffusée dans plusieurs pays de langue russe.

Les romans de Marinina se distinguent de la majorités des romans policiers russes actuels par leur finesse psychologique. Là où beaucoup d'auteurs russes se complaisent dans l'étalage de violence et de sexe et dans la fascination pour la mafia et ses mœurs, Marinina propose des intrigues plus solides et se refuse à toute vulgarité. Ses romans offrent aussi une description réaliste des problèmes quotidiens de la Russie d'aujourd'hui. Il y a assez peu d'action dans ses récits dont une grande part est consacrée à décrire les méthodes de travail et d'analyse des enquêteurs mais aussi leurs relations de travail et leurs difficultés personnelles.

~

Résumés

  1. Celui qui sait (Seuil - 2009)
  2. La liste noire (Seuil - 2001)

~

Série Anastasia Kamenskaïa

  1. Je suis mort hier (Seuil - 2003)
  2. L'illusion du péché (Seuil - 2007)
  3. La 7e victime (Seuil - 2011)
  4. La mort pour la mort (Seuil - 1999)
  5. Le cauchemar (Seuil - 1998)
  6. Le Requiem (Seuil - 2010)
  7. Le styliste (Seuil - 2004)
  8. Quand les dieux se moquent (Calmann-Lévy - 2012)

Bonne lecture

Posté par Krri à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2008

Sergueï BELOCHNIKOV

Biographie

Sergueï Belochnikov (ou Beloshnikov) est né en 1952 à Riga, dans l'ex-URSS. Issu d'une famille de médecin, son père exerce en tant qu'officier de la marine soviétique dans les sous-marins, sa mère, elle aussi médecin, élève pratiquement seule le jeune Sergueï et son frère, qui coulent une enfance plutôt heureuse.

Il fait ses études à "l'École Serov d'Arts Plastiques" de Léningrad, grâce à l'influence d'un de ses oncles. Diplômé, Sergueï Belochnikov exerce alors en tant que directeur d'une École d'Arts plastiques dans la région de Tomsk, puis, son contrat de 3 ans terminé, il entre à "l'Institut d'Etat des Hautes Études Cinématographiques" de Moscou, section "mise en scène", d'où il ressort diplômé en 1987. Il n'a cependant pas perdu de temps et dès 1983, a crée sa propre maison de production "Videoart", il commence à réaliser quelques courts-métrages, suivi d'un film, "Roublard et Hipposa" en 1989.

C'est à cette période qu'il écrit son premier roman, Le bourreau,("Palatch"),« un roman policier d'une profonde noirceur, qui raconte la vengeance cruelle et inexorable d'une jeune femme violée que les moyens de cette vengeance emmènent au-delà de ce qu'elle peut supporter [...] ». Le livre est un véritable succès international, publié en France en avant-première par les Éditions France Loisirs en 1998 puis aux Éditions Les Presses de la Cité en 1999. Tandis que l'adaptation cinématographique suit de près la parution en Russie, dès 1990, adaptation faite par l'auteur lui-même et Viktor Sergeyev. Auteur de six autres romans, ceux-ci restent inédits en France.

Suite au décès de sa seconde épouse, Sergueï Belochnikov ne crée plus pendant plusieurs années puis revient à la réalisation, la scénarisation de téléfilms et de séries TV en 2003.

(Source: Wikipédia)

Elleon (Mise à jour 02/2015)

~~~

Résumé

  1. Le bourreau (Éd. Presses de la Cité - 1999)

Bonne lecture

Posté par elleon à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2008

DACHKOVA, Paulina

Biographie

Poétesse, traductrice d'anglais, Paulina Dachkova, quarante ans, a publié son premier roman en 1996. Auteur actuellement le plus vendu en Russie (cinq millions d'exemplaires, dont un million pour Les Pas légers de la folie), elle y est considérée comme une star du roman policier au même titre qu'une Mary Higgins Clark, voire une Agatha Christie.

 ~

Résumés

  1. Les pas légers de la folie (Éd. Libre Expresssion - 2000)
  2. Un hiver rouge (Éd. Presses de la Cité - 2001)

Bonne lecture

Posté par Krri à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]