09 juillet 2011

Le silence des géants

de Mouloud Akkouche

le silence des geants

"Sac sur le dos, Julie marchait sur une poutrelle comme une funambule. Des phares balayèrent le pont métallique, dévoilant son visage rougi par le froid. La vibration la fit sursauter. Son mobile sonnait dans sa poche ; un énième appel sans écho. Elle plissa les yeux et continua d'avancer sur le parapet, bras écartés. Rien de plus important pour elle que le dossier dans la chemise cartonnée, surtout la lettre. L'avenir de trois personnes se trouvait entre ses mains..."

Lorsqu'il était étudiant, le père de Julie a laissé pour mort un jeune routard tombé d'une falaise en forêt au retour d'une fête bien arrosée. L'homme a été sauvé, mais il a perdu la mémoire. Il réapprend lentement à vivre, obsédé par son passé évanoui.

Des années plus tard, une lettre révèle ce drame à Julie. À l'insu de ses parents, elle part à la recherche de cet homme.

Saura-t-elle le retrouver et lui rendre son passé ?

Éditions L'ARCHIPEL

Posté par elleon à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


07 juillet 2011

Le Bouddha bigouden

de Alex Nicol

le boudhaMais quel mystère cache donc cette statuette de Bouddha qui met sens dessous dessus le pays Bigouden?

Qui est ce bandit, ce malfaisant dacoït indien qui utilise les moyens les plus perfides pour s'en approprier?

Gwenn Rosmadec, ancien grand reporter reconverti à l'écriture de mémoires d'inconnus à Sainte Marine, en Bretagne, chargé de sa recherche, n'en finit pas d'essuyer les plâtres de cette mission bien particulière.

Tout commence un soir d'automne, lorsque Lenaïg de Kerdonkuff, fille du vicomte Goulven, franchit le seuil de son penty. Lorsqu'elle lui demande de recueillir la vie de son père en Inde, une histoire d'autant moins banale, que le vicomte gérait d'une main de fer le palais du Maharajah de Mysore, Gwenn accepte le travail avec empressement. Mais la demande de Lanaïg n'est pas sans arrière pensées et l'histoire de son père lui importe peu.

Elle espère surtout que Gwenn découvrira où le vicomte a caché une statuette d'un Bouddha en jade, qu'il aurait emporté avec lui au terme de sa mission. Une statuette qu'elle sait d'une valeur inestimable. Elle n'est pas la seule dans cette quête : un malfrat indien de la pire espèce est lui aussi, à sa recherche. Et il use des moyens les plus fourbes et violents pour s’en approprier. Les conséquences sont d'une telle gravité, que le consulat général d'Inde à Quimper finit par se mêler de cette sombre affaire.

Mais lorsque Sarun, la fille indienne adoptive du vicomte fait de même, jouant un jeu pour le moins invraisemblable, Gwenn commence à se demander s'il a eu raison d'accepter d'écrire ces mémoires...

Éditions NUITS BLANCHES

Posté par elleon à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juillet 2011

Salade de rotules

de Laurent Fétis

saladeSaviez-vous, chers lecteurs, que les rotules contenaient de la télomérase, une enzyme présente dans les cellules-souches embryonnaires? Et que cette substance pouvait faire des miracles, comme par exemple... arrêter le cours inéluctable du vieillissement ?

C'est du moins ce que prétend le ténébreux professeur Berty, qui enseigne à de riches gogos, sous le lion de Denfert-Rochereau, ses recettes de cuisine d'outre-tombe.

Moulard a un peu de mal à croire aux théories culinaires loufoques de Berty, mais il accepte sans broncher la mission qui lui est confiée: aller à Saint-Malo et ramener les rotules de Chateaubriand, indispensables à la confection de la recette miracle censée donner la toute puissance et l'éternité.

Des catacombes aux remparts de Saint-Malo, ce ne sont pas les fous furieux qui manquent, et l'expédition dans la cité des corsaires va se révéler hautement périlleuse pour notre ami Moulard. De quoi être écoeuré à jamais du chouchen et des crêpes bretonnes !

Éditions DE L'AUBE

Posté par elleon à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2011

Abel Brigand

de Jean-Marie Villemot

abel_brigandLe père Abel Brigand revient à Montmorency, son ancienne paroisse, après son rapatriement sanitaire d'Afrique.

Sans Lucifer, il aurait pu poursuivre tranquillement sa convalescence. Mais voilà que Lucifer, le chat du prêtre, vient se frotter aux jambes de son maître, un doigt humain dans la gueule. Un index chapardé sur la jeune femme calcinée qui est assise là-haut, dans le grenier du presbytère.

Qui est-elle, et surtout, que fait-elle là ? L'enquête est confiée à l'inspecteur Pétacci qui porte des cravates criardes mais ne manque pas de flair. Quant au père Brigand, il fait confiance à la Providence, mais aussi à son don pour "voir les choses derrière les choses" qui le conduira à un incroyable dénouement. "Le presbytère n'a rien perdu de son charme..." Ni le mystère de son éclat.

Éditions RIVAGES


Entre Conan Doyle et Gaston Leroux, Jean-Marie Villemot impose son héros dans un roman au ton très personnel et plein d'humour.


Posté par Krri à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les petits hommes d'Abidjan

de Jean-Marie Villemot

les petits hommes d'abidjanVenu à Abidjan en pleine guerre civile visiter une mourante, le père Brigand n'a pas perdu la foi en Dieu, mais sa légendaire foi en l'être humain est mise à mal.

A peine arrivé, il se retrouve face à face avec un cadavre, celui de Modeste Lefort, un blanc assassiné de façon particulièrement macabre : il a été égorgé, on lui a tranché les lèvres, et on l'a coiffé d'un grotesque bonnet violet. Des détails étranges attirent l'attention du prêtre : la présence de fourmis et de talc sur le corps ainsi qu'une forte odeur d'encens dans la pièce.

Pour le commissaire Innocent Blé, il s'agit d'un crime racial. Les faits semblent lui donner raison puisque le lendemain, la mort frappe de nouveau, et dans des circonstances similaires. Pourtant, le père Abel Brigand persiste à croire que les victimes n'ont pas été choisies au hasard.

Éditions RIVAGES

 


Plus exotique, plus sombre aussi que les précédentes enquêtes d'Abel Brigand, Les petits hommes d'Abidjan est à la fois un magistral roman d'énigme et un portrait fouillé, terrible malgré l'humour, de la Côte d'Ivoire en perdition.


Posté par Krri à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Ce monstre aux yeux verts

de Jean-Marie Villemot

le monstre aux yeux vertsComment s'y prend donc le père Brigand, curé de la bourgeoise paroisse de Montmorency protégée par les vénérables murs de sa collégiale, pour côtoyer aussi souvent la police et ses plus pittoresques représentants ?

Après l'inspecteur Pétacci et ses improbables cravates, il croise le chemin d'Assise Brizalekou (c'est son nom !), immense, sculpturale, noire et… capitaine de police. C'est sûrement lié à son don de double vue, sa faculté de « voir les choses derrière les choses ». Voilà pourquoi ses paroissiens viennent le trouver dans son presbytère, avec des requêtes peu communes. Mais le représentant de Dieu sur terre est prêt à tout entendre, y compris le récit de Paul Chabert, cinéaste autrefois primé à Cannes, qui lui demande de rechercher une victime et non un coupable.

En effet, son fils Nicolas, apprenti comédien, a fait irruption chez lui en criant comme un forcené : « J'ai tué, papa. Mon crime est puant. Quel fou ai-je été ! » Puis il a enfourché sa moto et est allé se jeter contre un mur. Depuis il est plongé dans le coma.

Pour en savoir plus sur la nature de ce « crime », Abel Brigand devra s'inscrire à un cours d'art dramatique, partir pour l'île de Sercq, partager le lit du capitaine Brizalekou, réviser la Bible et Shakespeare, et mettre à profit les sages conseils de Gabrielle. Naturellement, lorsque toutes les possibilités sauf une auront été éliminées, celle qui restera, aussi incroyable qu'elle paraisse, sera la bonne. Une vérité aux deux visages, qui surgira comme un coup de théâtre, preuve que la pourriture n'est pas l'apanage du royaume de Danemark.

Éditions RIVAGES

 


Nous n'en sommes qu'au deuxième volume des enquêtes du père Brigand et pourtant, on croit le connaître depuis toujours, tant le personnage s'est imposé avec force dans l'univers des détectives de fiction.

On renoue avec le cocktail d'humour, de fantaisie et de maîtrise diabolique qui avait fait la réussite d'Abel Brigand (Rivages, 2002). Jean-Marie Villemot étoffe peu à peu le monde d'Abel tout en renouvelant avec brio le cadre et les ressorts de l'intrigue. A peine a-t-on refermé Ce Monstre aux yeux verts, qu'on se prend déjà à attendre la suite…


Posté par Krri à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2011

Les larmes des innocentes

de Joachim Sebastiano Valdez

les larmes des innocentesNous sommes vers 1450, la guerre de Cent Ans se termine dans de terribles convulsions. "Les écorcheurs", des bandes de mercenaires que personne ne peut plus payer, sèment la terreur.

Le jeune chevalier bourguignon Jacques de Moroges et les siens doivent se réfugier au château de Meulcey, sous la protection du baron Thibault leur puissant suzerain. La misère et l'effroi semblent alors s'éloigner. Un instant, la douceur de la paix paraît proche.

En compagnie de Flora, sa tendre cousine, Jacques se met à envisager un avenir. Hélas, les cadavres de plusieurs jeunes filles sont découverts - peints de bleu ou de rouge - dans l'inquiétante forêt de Perfection.

La peur hante à nouveau les villages, les rivalités entre seigneurs voisins s'exacerbent. Craignant un retour de la guerre civile, le duc de Bourgogne envoie à Meulcey son meilleur enquêteur, Ibrahim le Sombre, un célèbre médecin arabe.

Bénéficiant de la réputation chevaleresque de son père et de l'éducation soignée que lui a donnée sa mère, Jacques de Moroges est intégré dans l'équipe d'Ibrahim...

Éditions DEMETER

Réédition: Gallimard (2012)

Posté par Krri à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Puma qui sommeille

de Joachim Sebastiano Valdez

puma qui someille" Durant sa vie, Tupac Hualpa avait croisé bien des visages du crime. Il avait arrêté des pères incestueux, conduit en prison des concubines meurtrières, envoyé aux mines de Potosi des intendants cupides. Le plus souvent, il avait pu rattacher ces crimes au cortège ordinaire des déraisons humaines. Mais ces cadavres d'enfants appartenant aux plus illustres familles constituaient un événement d'une toute autre gravité. Il parcourut des yeux l'orgueilleuse citadelle. Tayapata lui parut être à l'image de l'Empire, altière et pourtant rongée de l'intérieur apparemment indestructible et cependant minée par un mal invisible."

Éditions L'ÉCAILLER DU SUD

Posté par Krri à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Meurtre d'une milliardaire suisse

de Joachim Sebastiano Valdez

meurtre d'un milliardaireAprès Trente loups gris, la gendarme Clara Wyler nous revient pour une nouvelle enquête.

Une nouvelle fois, avec Meurtre d'une milliardaire suisse, l'auteur plonge son héroïne dans des investigations qui ne se contentent pas d'être criminelles. S'il y a ici des meurtres, force sera de constater que c'est sur fond de raison d'état qu'ils se produisent.

Ingrid Kolbe, riche industrielle helvétique, est-elle allée trop loin contre le "système"?

C'est aussi ce que Clara Wyler devra dénouer au fil de ces pages palpitantes qui allient le sérieux à l'humain avec un remarquable sens du récit.

Éditions L'ÉCAILLER DU SUD

Posté par Krri à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Celui qui sait lire le sang

de Joachim Sebastiano Valdez

celui qui sait lireVers le milieu du XVe siècle, alors que se termine en Europe la Guerre de Cent Ans, l'Amérique du sud voit s'épanouir une civilisation prodigieuse que nous appelons l'Empire Inca et que ses habitants nommaient Tuhuantitsuvu : l'Etat des Quatre Horizons...

Le héros de ce polar historique, Tupac Hualpa, enquêteur impérial, est un haut fonctionnaire de ce grand empire qui s'étend des hauts plateaux andins aux déserts de l'actuel Chili, de la forêt amazonienne aux rives du Pacifique et fonctionne sans connaître pourtant ni la roue ni l'écriture.

Pour gouverner ces territoires grands comme la France et l'Espagne réunies et où vivaient des dizaines de peuples fédérés (volontairement où par la conquête) le "Sapa Inca" s'appuyait sur une puissante administration supervisée par un corps d'élite : les "totoyrikoks", littéralement : "ceux qui voient tout ". Tupac Hualpa est l'un d'entre eux, chargé de diriger les enquêtes criminelles.

Éditions L'ÉCAILLER DU SUD

Posté par Krri à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :