11 juin 2010

Cousu de fil blanc

de A.A. Fair

cousu_de_fil_blancTout a commencé quand un type à l'air paumé est venu pleurer dans le giron de Bertha Cool: on veut le faire chanter parce que dans un moment d'égarement fortement alcoolisé, il a peut-être trompé sa femme.

Or, Bertha n'aime pas les pleurnichards qui font craquer leurs jointures, ni les épouses vertueuses, ni l'art moderne, ni l'art classique, ni...Bon! à part encaisser les chèques, qu'est-ce qu'elle aime, Bertha ?

Voilà pourquoi son associé, le fringant Donald Lam, tient à essayer sa recette des oeufs au bacon pour le petit-déjeuner d'une blonde qui a peut-être accordé quelques privautés à leur client timide et mal marié. Mais derrière ces plaisirs gastronomiques, il faut savoir qu'un chantage peut cacher un meurtre, et un meurtre un enlèvement, et un enlèvement...

À bon entendeur, salut!

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale: Presses de la Cité (1958)

Posté par elleon à 05:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Cocottes et Cie

de A.A. Fair

cocottes_et_ciePas facile d'être un détective privé digne de ce nom, tout en préservant ses propres intérêts financiers, surtout lorsqu'on travaille avec Bertha Cool qui ne laisse rien passer.

Pas facile non plus de se retrouver chargé par une ravissante jeune femme de mettre la main sur ses économies enfuies avec un volage époux, quand lesdites économies semblent bien représenter la moitié d'une somme volée spectaculairement dan une camionnette blindée.

Pas facile, enfin, de réussir à harmoniser toutes les pistes contradictoires quand la police, en la personne du sergent Frank Sellers qui est chargé de l'enquête du vol en question, a l'oeil sur vous. Mais quand on veut toucher vingt pour cent de 50 000 dollars, il faut savoir gérer les difficultés.

En un mot, il faut être Donald Lam...

Éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Édition originale: Presses de la Cité (1961)

Posté par elleon à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Bousculez pas le magot

de A.A. Fair

bousculez_pas_le_magotEvidemment, Donald a encore fait des siennes. C'est Bertha qui n'est pas contente. S'il est assez idiot pour pour se fourrer dans de pareils guêpiers, elle lui trouvera un remplaçant. Il faut que son agence tourne. Elle n'a rien à faire d'un détective qui se fait épingler à tout bout de champ par la police.

Cette fois-ci, il s'est embringué dans une sombre histoire de machines à sous truquées. Les besoins de l'enquête ont bon dos... Enfin, Bertha rouspète, mais elle l'aime bien Donald. Et puis, il va lui retrouver cette fameuse dame disparue. Il y aura de la bagarre, c'est inévitable.

Mais Bertha encaissera un gros chèque de son client, et tout sera pour le mieux. Un drôle de client, quand même...

Éditions DITIS

Réédition: Librairie des Champs-Élysées (1984)

Posté par elleon à 05:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Au petit poil

de A.A. Fair

au_petit_poilLorsqu'un automobiliste renverse un piéton sur un passage clouté et continue son chemin sans lui porter secours, il commet un délit de fuite.

Il n'y a rien d'étrange qu'un client vienne trouver Donald Lam et Bertha Cool, en leur demandant de s'entremettre pour tenter d'atténuer les possibles conséquences de ce grave délit.

Mais n'est-il pas anormal que ce client mette ensuite tout en oeuvre pour neutraliser les bons offices de Donald ?

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Réédition: Librairie des Champs-Élysées (1997)

Posté par elleon à 04:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 juin 2010

Fléchettes surprise

de Erle Stanley Gardner

flechettes_surpriseTerry Clane est un jeune et brillant homme de loi. Il a vécu en Extrême-Orient et sait comment appliquer la sagesse orientale aux problèmes occidentaux. Et c'est avec fatalisme qu'il accueille la grande aventure de la vie.

Terry Clane est donc l'un des plus réussi parmi les personnages  créés par Erle Stanley Gardner. Nous le voyons utiliser des méthodes sortant de l'ordinaire pour résoudre un problème extraordinaire et tout cela constitue un "mystère" particulièrement surprenant.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le grand-père futé

de Erle Stanley Gardner

le_grand_pere_futeÀ moitié réveillé, Franck se demanda quel était ce son bizarre qui l'avait tiré du sommeil, et tendit l'oreille. Cette fois, pas d'erreur, c'était le bruit d'une porte qui grinçait. Il se mit sur son séant, dans son lit, et regarda par la fenêtre. Il voyait les palmiers près de la maison, et, à une certaine distance, les eucalyptus qui s'élançaient vers le ciel.

Il était très tôt, et pas un souffle d'air n'agitait les branches. Ce n'était donc pas le vent qui faisait grincer la porte...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2010

Visages de rechange

de Erle Stanley Gardner

visages_de_rechangePerry Mason se précipita à la lice du grand paquebot qui filait vers San Francisco. Trop tard, l'homme s'était déjà englouti dans les flots déchaînés.

Quand, plus tard, le commissaire du bord fouilla sa cabine, Perry Mason apprit que le disparu s'appelait Carl Lewbney. Ce nom n'était pas inconnu pour Perry Mason, à qui, quelques instants auparavant, Mme Lewbney avait fait part de ses inquiétudes.

On avait volé dans son cadre, une photo de sa fille et on l'avait remplacée par une autre photo étonnamment semblable. Mais pourquoi et comment Carl Lewbney avait-il été précipité dans les flots ?

Jamais Perry Mason ne fut plus près d'un échec que dans cette affaire. La vérité ne se fit jour pour lui que beaucoup plus tard, quand il apprit le mobile du crime en mer et la bizarre explication des "Visages de rechange".

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Menace de mariage

de Erle Stanley Gardner

menace_de_mariageDella Street, en les voyant si jeunes, si amoureux, décida Perry Mason à les recevoir bien qu'ils n'eussent pas de rendez-vous.

Et lorsque le célèbre avocat apprit qu'ils venaient le trouver au sujet d'une tante, riche et veuve, sur le point de convoler avec un émule de Barbe-Bleue, il n'hésita plus à s'occuper de leur affaire.

Mais pourrait-il encore intervenir à temps, avant que Barbe-Bleue n'ait fait une nouvelle victime ?

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le chauffard chanceux

de Erle Stanley Gardner

le_chauffard_chanceuxMason sourit en décrochant son téléphone, tandis que Della Street allait lui passer la communication.

_ Oui ? fit-il, Perry Mason à l'appareil.

_ Ce matin, à 10 heures, à la 23e Chambre, lui répondit une voix soyeuse, va être jugée une affaire Ministère public contre Balfour. Je voudrais savoir combien il m'en coûtera pour que vous assistiez aux débats et en tiriez vos conclusions.

_ Il est maintenant neuf heures vingt-cinq, remarqua Mason en consultant sa montre. J'ai deux rendez-vous ce matin, et un autre cet après-midi. Je ne pourrais les annuler que pour m'occuper d'une affaire de la plus haute importance.

_ C'en est une.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La rousse se remue

de Erle Stanley Gardner

la_rousse_se_remueAyant rencontré sur la route moins d'encombrement qu'il ne l'avait escompté, Perry Mason arrêta sa voiture devant le palais de justice de Riverside, une bonne demi-heure avant son rendez-vous de midi chez le juge Dillard. Au téléphone, le juge lui avait dit que l'affaire, prévue pour durer toute la matinée et une partie de l'après-midi, se terminerait peut-être plus rapidement. Aussi Mason se rendit-il dans la salle d'audience, pour voir où les choses en étaient.

Quand il entra, l'avocat de la défense, un tout jeune homme, était debout et, visiblement, ne savait plus que dire. Les jurés paraissaient s'ennuyer. Mason s'assit au fond de la salle, tandis que son jeune confrère demandait:

_ Il faisait noir, n'est-ce pas, Mr Boles ?

_ Il faisait nuit, mais pas noir. Il y avait un réverbère au coin de la rue qui éclairait suffisamment.

_ Vous pouviez donc voir distinctement ?

_ Oui.

_ Et qu'avez-vous vu ?

_ J'ai vu la défenderesse, Evelyn Bagby, saisir une valise à l'arrière de cette auto, la poser par terre, se baisser, l'ouvrir et y prendre quelque chose...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]