22 septembre 2009

Griffes de velours

de Ellery Queen

griffes_de_veloursArchibald Dudley Abernethy, petit homme insignifiant, fut la première victime de celui que la presse allait surnommer le Chat, et qui allait bientôt terroriser la ville de New York.

Pour Ellery Queen, le célèbre détective, ce meurtre était intéressant précisément parce que la victime était totalement inintéressante: pas de mobile, pas d'indice, l'assassin était venu et reparti, ne laissant derrière lui qu'un cadavre et un cordon de soie.

Et puis il y eut une deuxième, puis une troisième victime. Aucun lien entre elles, sinon ce cordon de soie noué autour de leur cou.

C'est alors que la presse se déchaîna. Ce mystérieux étrangleur, ce "Chat" qui tuait en silence, au hasard et sans laisser de traces, était une aubaine pour les journalistes, un cauchemar pour la police, et un défi pour Ellery Queen. Un défi qu'il faut relever au plus vite, car on compte bientôt huit, puis neuf victimes…

Éditions J'AI LU

Édition originale: Presses de la Cité (1950)

Réédition dans "Quinze enquêtes": Omnibus (1993)

Posté par Krri à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Le roi est mort

de Ellery Queen

le_roi_est_mortL'île Bendigo ne figure sur aucune carte. C'est une forteresse bien gardée, un fief hors du monde, avec ses lois, sa justice et son roi.

Le roi, c'est King Bendigo, le propriétaire de la "Bodigen Arms Company". Il règne non seulement sur son île mais sur une bonne partie du monde, en vendant des armes. Le Premier ministre, c'est son frère Abel. Et bien sûr, il y a aussi Juda, le fou du Roi. Juda, qui porte si bien son nom. Juda le faux frère, Juda l'alcoolique, qui veut tuer King et lui envoie des lettres à peine anonymes.

Et c'est pour démasquer ce fou qu'on a dérangé Ellery Queen. Et pourtant, tout n'est pas si simple. Surtout quand on sait que King s'appelle en fait Caïn…

Éditions J'AI LU

Édition originale: Presses de la Cité (1953)

Réédition dans "La chronique de Wrightsville": Stock (1969)

Posté par Krri à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Calendrier du crime

de Ellery Queen

calendrier_du_crimeJanvier. On meurt beaucoup ces temps-ci dans les rangs de la première promotion de l'université d'Eastern. Et quand on sait que le dernier survivant empochera deux cent mille dollars, il y a de quoi s'inquiéter...

Février. A cent cinquante ans de distance, Ellery Queen se mesure à George Washington en personne ! A partir de quelques vagues informations, il devra déduire l'emplacement caché d'une pièce de monnaie rare et de l'épée d'apparat du premier Président de l'Union...

Mars. Mike Magoon déboule chez Ellery, tout déboussolé: on lui a volé sa déclaration d'impôts !

Avril... Décidément, l'année s'annonce bien remplie pour Ellery Queen ! Douze énigmes bien ficelées, douze nouvelles finement tricotées: un calendrier de rêve... ou de cauchemar.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Bureau de recherches

de Ellery Queen

bureau_de_recherchesLe bureau d'Ellery Queen est maintenant ouvert et, dans chaque service de cette nouvelle entreprise, notre détective trouve de nombreuses opportunités d'exercer son esprit aiguisé par les recherches criminelles, son esprit brillant et ingénieux, car il se trouve placé devant des cas qui se révèlent comme les plus difficiles de sa carrière.

CRIMES IMPOSSIBLES. - Trois veuves - deux étant les très riches filles de Theodore Hood, la dernière sa propre femme - se trouvent mêlées à un assassinat et Ellery, non sans regret, doit renvoyer cette affaire au service des "crimes impossibles".

ABUS DE CONFIANCE. - La vieille Mrs. Andrus a légué un million de dollars à trente-huit oiseaux bavards, et cela constitue le premier maillon d'une chaîne toute forgée d'événements violents, tandis que le dernier maillon se trouve au "Service de Détournement", grâce peut-être à un oiseau détective !

SUICIDES. - Une question qui doit tenir compte de rapports internationaux très délicats auxquels se trouvent mêlés des lettres indiscrètes, un vieil amateur de Shakespeare et un ancien crime classé jadis au "Service des suicides". ...

Et voici d'autres affaires, d'autres folies, d'autres félonies présentées aux jurés et aux lecteurs. Depuis le "Service des trésors cachés" jusqu'au "Service des narcotiques" en passant par le "Service du kidnapping", tous les départements du bureau d'Ellery Queen contribuent à montrer leur chef comme le plus grand parmi les détectives.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par Krri à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

La décade prodigieuse

de Ellery Queen

la_decade_prodigieuseQuel remords provoque chez le jeune sculpteur Howard Van Horn ces crises d'amnésie qui l'affolent parce qu'il craint d'être un meurtrier involontaire ?

La jeunesse et la beauté de Sally, sa belle-mère, la personnalité extraordinaire de Diedrich, son père, suggèrent à Ellery Queen qu'il appelle à son aide une réponse toute classique.

Comme est classique le chantage dont Sally et Howard sont victimes au lendemain de l'arrivée d'Ellery - classique encore le vol commis par Howard pour museler le maître chanteur, et banale la nouvelle demande d'argent de ce dernier.

La suite, par contre, se révèle étrangement séduisante - pour un amateur d'énigmes complexes comme Ellery et voilà comment, par le fil conducteur de la psychanalyse et l'enchaînement tragique d'un péché qui en entraîne un autre, Ellery Queen tombe dans le piège de la décade prodigieuse - sa plus belle déduction... et sa plus grande défaite.

Éditions J'AI LU

Édition originale: Albin Michel (1950)

Réédition dans "La chronique de Wrightsville": Stock (1969)

Posté par Krri à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Le cap d'Espagne

de Ellery Queen

le_cap_d_espagneJohn Marco occupait un fauteuil de jardin sur la petite terrasse ensoleillée. La canne d'ébène qu'il tenait dans sa main droite reposait, presque horizontale, sur les dalles. Un feutre noir cachait ses cheveux bouclés. Mais la cape de soirée, fermée au cou par une boucle d'argent, était drapée autour de ses épaules.

À part cela, John Marco était nu, complètement nu, nu comme au jour de sa naissance. Et tout ce qu'il y a de plus mort. Ellery Queen plaça son doigt sous le menton du mort et lui releva la tête. Un sillon rouge et profond était creusé dans le cou par le fil de fer qui l'avait étranglé.

- Pas trace du fil de fer sur la terrasse, hein ? demanda Ellery.

- J'imagine que le meurtrier l'a emporté.

- Et ses vêtements, vous les avez trouvés, inspecteur ?

- Pas encore, mais les recherches continuent. Vous désirez savoir autre chose ?

- Je voudrais, répondit Ellery d'une voix douce, je voudrais regarder ses pieds.

Éditions J'AI LU/DITIS

Édition originale sous le titre Le mystère de la cape espagnole : Nouvelle Revue Critique (1935) 

Réédition sous le titre Le mystère espagnol : Albin Michel (1950)

Posté par Krri à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'orange de Chine

de Ellery Queen

l_orange_de_chineLorsque l'éditeur new yorkais Donald Kirk et Mr. Ellery Queen pénétrèrent dans le bureau, ils crurent qu'un cyclone était passé par là.

Tous les meubles, les tableaux, les bibelots, tout ce que l'on pouvait bouger avait été déplacé. Plus exactement, tout avait été placé à l'envers. Les vêtements du visiteur qui les attendait étaient, eux aussi, à l'envers mais l'inconnu ne pouvait guère leur donner la raison de ce phénomène.

Il gisait sur le sol, le crâne défoncé à coups de tisonnier, et deux incroyables choses, en forme de cornes, émergeaient du col de son veston.

Éditions J'AI LU/DITIS

Édition originale sous le titre Le mystérieux Monsieur X : Nouvelle Revue Critique (1935), réédition: Albin Michel (1951)

Posté par Krri à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Coup double

de Ellery Queen

coup_doubleQu'y a-t-il de commun entre la mort "naturelle" de Luke MacCaby, le suicide de John Hart et la mystérieuse disparition de Thomas Anderson ?

Rien, au premier abord...si ce n'est que tous trois connaissaient parfaitement bien le Dr Sebastian Dodd. Or - hasard ou piste ? -, le docteur hérite du premier une colossale fortune, prend la place du second à la tête d'une importante entreprise, et avait offert une grosse somme d'argent au troisième.

De là à l'accuser des trois meurtres, il n'y a qu'un pas... que veut faire franchir à Ellery Queen (notre fameux détective) un mystérieux correspondant. Mais cette piste est-elle vraiment la bonne ?

Éditions J'AI LU

Édition originale: Presses de la Cité (1953)

Réédition dans "La Chronique de Wrightsville": Stock (1969)

Posté par Krri à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le mot de la fin

de Ellery Queen

le_mot_de_la_finEllery Queen vient d'être invité au manoir de son éditeur. Il y aura des hôtes de marque et parmi eux son cher ami John Sebastian. Une joyeuse fin d'année...

Erreur ! Dès le premier soir, John trouve à son nom, sous papier-cadeau, un objet bizarre assorti de quelques mots sybillins. Un présent de Noël ?  Nullement ! Chaque soir, il en ira de même, les messages se faisant de plus en plus menaçants...

D'indice en indice, Ellery Queen croit bientôt pouvoir identifier l'auteur de la machination. Mais non, il doit se tromper ! Depuis quand un criminel annonce-t-il son projet, se désigne-t-il lui-même ?

Tandis que notre limier s'engage sur une autre piste, John est poignardé... C'est seulement vingt ans plus tard qu'Ellery Queen découvrira la vérité.

Éditions J'AI LU

Édition originale: Éd. De Trévise (1960)

Réédition sous le titre L'A.B.C. du crime dans "Chronique de New York et d'ailleurs": Stock (1970)

Posté par Krri à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le sixième tableau

de Michel Ruffin

le_sixieme_tableauLe corps d'un restaurateur de tableaux est repêché au petit matin dans le vieux bassin de Honfleur. Cette découverte macabre est bientôt suivie d'une inquiétante série de meurtres. Un point commun entre ces affaires: les victimes possédaient toutes un tableau représentant le port de Granville à la fin du XIXe siècle.

Le détective Sébastien Morel, engagé par la jolie veuve du restaurateur de tableaux, va enquêter aux quatre coins du pays, de Honfleur à Caen, de Deauville à Granville, du Lieuvin au Bessin, du pays d'Auge au Cotentin, à la recherche de la vérité.

Éditions FRANCE-EMPIRE


Roman haletant aux multiples rebondissements, peuplé de jolies femmes au caractère bien trempé et de personnages pittoresques, Le sixième tableau invite le lecteur à un passionnant jeu de piste sur toute la côte normande et nous permet de retrouver avec bonheur le héros qui mit à jour Le secret des Bierville-Harcourt.


Posté par Krri à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :