13 juillet 2015

Sylvia

de Howard Fast

sylvia

Il s'agit pour le détective privé Alan MacKlin de reconstituer le passé d'une inconnue que veut épouser un milliardaire.

La jeune femme devra tout ignorer de cette enquête.

Pour parvenir à ses fins, MacKlin ne dispose que d'une photo, d'une carte manuscrite et d'un recueil de poèmes, "La lune obscure", publié par la mystérieuse Sylvia West.

"Cette situation de base, archétype de bien des histoires de détective privé, l'auteur va la transcender par sa sensibilité et par la puissance d'émotion qu'il saura lui conférer en la transformant en une radieuse histoire d'amour" (Jean-Pierre Deloux, Polar n° )

Éditions RIVAGES

-

Édition originale sous le titre L'enquête signée du pseudonyme E.V. Cunningham : Éd. Stock (1962)

~~~

"Sylvia" inaugure la série policière des douze titres américains portant un prénom féminin. Howard Fast signe pour la première fois du pseudonyme d'E.-V. Cunningham. Il signe, par la même occasion, son meilleur roman policier, que l'on peut d'ailleurs préférer à ses plus grandes réussites historiques.

~~~

Posté par elleon à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Sally

de Howard Fast

Howard Fast - Sally.

Le détective Frank Gonzalez remarque une jeune femme à l'air effrayé. Soudain, elle se met à courir et, lorsqu'il la rejoint, elle semble en proie à une terreur insurmontable.

"Qu'allez-vous me faire ?" lui dit-elle, croyant avoir affaire au tueur gages dont, par un intermédiaire, elle a loué les services pour commettre un meurtre: son propre assassinat.

Mais sa raison de mourir a disparu et elle ne connaît pas l'homme qui rôde dans la ville décidé à remplir son contrat.

Un suspense d'autant plus efficace que Frank va tomber amoureux d'elle.

Éditions LES BELLES LETTRES

~~~

Édition originale sous le pseudonyme de E.V. Cunningham : Éd. Presses de la Cité (1968)

Posté par elleon à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pénélope

de Howard Fast

penelope

Pénélope Hastings est une femme du monde, séduisante et riche, en tout point semblable à ses amies.

Son mari est vice-président de la City Fédéral Bank de New York.

Elle a deux enfants très réussis: Doris 18 ans, Norman 20 ans, l'un et l'autre dans des collèges de bon goût.

Elle a des domestiques, s'habille chez Givenchy, va voir son psychanalyste tous les jours et est invitée partout.

Et sa vie est un abîme d'ennui. Mais elle ne manque pas d'imagination, ni d'esprit et elle se crée un passe-temps original : elle se fait voleuse.

Tout a commencé lors d'un petit dîner intime, un soir où elle n'a pas résisté à l'envie de chaparder le bracelet de diamants de la maîtresse de maison, et elle couronne sa carrière en dévalisant la nouvelle succursale bancaire de son mari.      

Le hold-up serait parfaitement réussi si un certain tailleur jaune de Givenchy ne laissait pas quelque souvenir dans l'esprit d'un témoin.

Éditions NEO

 

Édition originale sous le pseudonyme de E.V. Cunningham : Éd. Presses de la Cité (1968)

~~~

Traité sur le mode comique, ce roman n'en constitue pas moins, comme toujours chez Fast, une critique mordante du monde de la banque et des affaires, ainsi que d'une certaine bourgeoisie américaine.

~~~

Posté par elleon à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Millie

de Howard Fast

Couverture

Al Brody est le meilleur agent de presse de Los Angeles. Il se fait payer — cher — pour fabriquer des réputations.

C'est ainsi qu'il a construit de toutes pièces celle d'un petit industriel devenu le puissant sénateur Ronald Bellman.

Un jour, Al reçoit un coup de fil d'Andrew Capestone, un ancien condisciple à l'université, qui se dit à l'agonie et l'appelle à son chevet. Al le fait conduire à l'hôpital où il mourra, quelques heures plus tard, sous un nom d'emprunt.

Al prend en charge ses funérailles, puis l'idée lui vient, pour se venger de toutes les réputations usurpées qu'il a dû créer, de faire renaître Capestone, dont il a appris entre-temps qu'il est l'auteur d'un excellent ouvrage sur le problème noir. Il organise une conférence de presse au cours de laquelle il annonce la présence de Capestone en Rhodésie où il présiderait aux destinées d'un Comité pour la Libération des Noirs.

Mais la farce tourne au cauchemar : le corps de Capestone disparaît et Al le retrouvera quelques heures plus tard, toujours aussi mort, installé dans le fauteuil de son bureau.

C'est le début d'un série noire à laquelle Al va essayer de survivre... avec l'aide très particulière de Millie, sa secrétaire depuis six ans dont il vient seulement de découvrir la personnalité: « La beauté de Millie était proprement insaisissable. Sa bouche était trop large, ses pommettes trop proéminentes, son nez trop fort. Mais l'ensemble laissait ces défauts dans l'ombre, faisant de Millie la femme la plus extraordinaire, la plus inoubliable que j'ai connue.»

Éditions NEO

-

Édition originale sous le titre "La Poudre aux yeux" sous le pseudonyme de E.V. Cunningham: Éd. Presses de la Cité (1973)

Posté par elleon à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mémoires d'un rouge

de Howard Fast

Mémoires d'un rouge

"...je passai neuf nuits à écouter, deux étages au-dessous de nous, huit condamnés à mort attendant d'être transférés dans une autre prison pour leur exécution. Je recommande l'expérience aux partisans de la peine capitale !... Essayez donc de passer la nuit dans une minuscule cellule à écouter des hommes prier Dieu parce qu'ils ne veulent pas mourir, supplier Dieu de leur accorder une autre chance, gémir leurs confessions sans prêtre pour les entendre, demander à Dieu de comprendre la haine, les blessures, les erreurs et la cruauté qu'on leur a fait subir, si bien que leur chemin vers l'enfer est tracé avant même qu'ils fassent le premier pas, vous apprendrez alors sur la condition humaine des choses qui ne s'enseignent pas autrement."

La prison. Expérience cruciale dans la vie de Howard Fast.

Son seul crime: avoir été membre du Parti communiste américain. Son seul chef d'accusation : avoir refusé de livrer des noms et des documents à la Commission des Activités antiaméricaines.

Howard Fast, écrivain de renom, qui avait été la "Voix de l'Amérique" dans la lutte contre le nazisme pendant la guerre, vit peu à peu ses éditeurs le lâcher, ses livres disparaître des librairies et son téléphone mis sur écoute. Jamais il ne put pardonner au gouvernement de son pays de le traiter en criminel alors qu'il n'avait enfreint aucune loi.

Éditions RIVAGES

~~~

"Mémoires d'un rouge", récit intime d'une période troublée, est l'un des regards les plus pénétrants que nous ayons jamais eus sur le fonctionnement du Parti communiste américain et sur la folie qui s'empara des dirigeants d'un pays démocratique, symbole des libertés, au point d'y faire régner l'arbitraire et l'intolérance. C'est l'histoire d'un homme qui combattit pour défendre ses idéaux, mais aussi d'un intellectuel suffisamment lucide pour quitter le parti qui avait déshonoré ces mêmes idéaux. C'est l'histoire émouvante d'un homme dont le parcours est un exemple éclairant aujourd'hui, à l'époque de la mondialisation, des guerres médiatiques et de la fin annoncée des idéologies.

~~~

Posté par elleon à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


La confession de Joe Cullen

de Howard Fast

la confession de joe cullen

Lorsque Joe Cullen, de retour à New York, entra dans le bar de Sullivan, une image, un remords insupportable le rongeait. Celui d’une faute qu’il lui fallait confesser, d’un crime qu’il lui fallait expier.

Quel est le souvenir qui hante Joe Cullen ?

Quel secret le pilote ramène-t-il du Honduras, à ce point accablant, à ce point dangereux qu’une menace invisible plane désormais sur ceux qui l’ont approché ?

Éditions L'ATALANTE

~~~~

À travers ce roman noir au suspense prodigieusement conduit, Howard Fast poursuit encore le portrait historique et moral de l’Amérique qu’il n’a jamais cessé de remettre en chantier. Par le biais de personnages attachants – peu d’auteurs savent autant leur témoigner d’attention chaleureuse – il pose, inlassable, les questions inquiètes d’un humaniste opiniâtre.

~~~

Si le polar est bien « la grande littérature morale de notre temps », Howard Fast y a trouvé l’expression qui convenait à son témoignage exigeant.

~~~~

Posté par elleon à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'assassin qui rendit son arme

de Howard Fast

l'assassin qui rendit son arme

À 47 ans, Richard Breckner est une parfaite machine à tuer. Il ne boit pas, ne fume pas et les femmes n'ont jamais eu d'emprise sur lui. Aussi exécutera-t-il tous ses contrats sans aucun état d'âme...jusqu'à ce qu'il rencontre l'Amour en la personne de l'épouse de sa prochaine victime.

Dès lors le drame prend les dimensions de la tragédie.

Éditions LES BELLES LETTRES

-

Édition originale sous le titre "Un tueur récalcitrant" sous le pseudonyme de E.V. Cunningham : Éd. Presses de la Cité (1970)

~~~

Témoignage impitoyable sur l'envers de la politique américaine, le sang et la boue qu'elle peut drainer, ce récit lapidaire est aussi un splendide roman d'amour.

~~~

Posté par elleon à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'ange déchu

de Howard Fast

l'ange dechu

Au cours d'une panne d'électricité qui plonge un immeuble entier de New York dans l'obscurité la plus totale et laisse ses occupants « aussi désemparés, aussi isolés que le fut jamais l'homme au commencement du monde  », Charles Calvin, une haute personnalité américaine, est précipité dans le vide d'une fenêtre du 22° étage, cependant qu'un autre homme, David Stillman, entreprend à pied la descente de ces 22 étages.

À mi-chemin commencera le calvaire de David, soudain traqué par les créatures de Vincent, personnage diabolique qui, de l'ombre, tire les fils d'une entreprise criminelle.

Mais qui est Vincent, quel rôle Calvin a-t-il joué dans le puzzle, pourquoi Stillman est-il l'objet d'une telle chasse à l'homme ?

David lui-même est incapable de répondre à ces questions: frappé d'amnésie, c'est un homme sans mémoire qui se débat au milieu de pièges mortels surgis du passé qu'il ne peut préciser.

Éditions NEO

-

Édition originale sous le titre "Les anges déchus" : Éd. Presses de la Cité (1965)
~~~
"L'ange déchu" est un suspense mené de main de maître par l'un des plus grands écrivains américains d'aujourd'hui.
~~~

Posté par elleon à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cynthia

de Howard Fast

cynthia

Le multimilliardaire Elmer Cantwell Brandon est l'un des deux propriétaires de la banque privée Gerson et Brandon. Mais cela ne lui suffit pas: il est aussi le père tyrannique de la jolie Cynthia et il a assuré celle-ci, pour des sommes astronomiques, sur la vie et contre les enlèvements, à son propre profit.

Il aime aussi les œuvres d'art mais, même si cela lui joue des tours, ce n'est pas son principal défaut.

Or Cynthia disparaît, au bien naturel et très vif émoi de la compagnie d'assurances. L'un de ses meilleurs enquêteurs, Harvey Krim, sera donc lancé, moyennant une jolie prime (que, soit dit en passant, il extorque à l'arraché), sur les traces de la douce créature.

S'il avait su que la piste allait lui faire rencontrer, outre quelques cadavres, à la fois une bande de cow-boys-gangsters du Texas et des représentants de la Mafia entre lesquels il allait se retrouver pris en sandwich, Harvey y aurait peut-être réfléchi à deux fois.

Mais sur sa route, il y a aussi la très séduisante (et quelque peu possessive mais on ne peut avoir toutes les qualités) Lucile Dempsey et cela aussi fait réfléchir. De sorte que Harvey, finalement, ne regrettera rien…

Contrairement au richissime E.C. Brandon… qui regrettera beaucoup.

Éditions NEO

-

Édition originale sous le pseudonyme de E.V. Cunningham: Éd. Presses de la Cité (1969)

Posté par elleon à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'affaire Winston

de Howard Fast

l'affaire winston

Avocat militaire, le capitaine Adams est seul face à une cour martiale chargée de juger le lieutenant Winston accusé du meurtre d'un sergent anglais pendant la guerre de Birmanie.

Le contexte politique est tel que l'intérêt général exige que Winston soit pendu.

Mais Adams, au nom de ses principes, s'élève pour le défendre, arrachant peu à peu la vérité à des témoins muselés par le devoir d'obéissance ou par l'intérêt.

Un roman poignant par l'un des écrivains américains les plus importants de ce siècle.

Éditions LES BELLES LETTRES

-

Édition originale sous le titre "Cour martiale": Éd. Marabout (1961)

Posté par elleon à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :