20 janvier 2019

Chantons sans la pluie...

de Jean-François Mattei

Un père de famille qui veut rembourser les dettes contractées par son fils auprès de dealers. Un écrivain et photographe, en balade sur des terres désertes, en mal d'’inspiration.

Deux vies distinctes rapprochées par une liasse de billets qui va les faire basculer.

L’'inspecteur Ian O'’Malley est chargé d’'élucider cette affaire, et il va aller de surprise en surprise…

Sous l’'aspect d'’un carnet de route, toutes les étapes de ce récit policier australien y étant datées, vous suivrez l'’évolution de l’'enquête, la progression et la transformation à la fois des inculpés et de leurs mobiles. Une investigation énergique pour une affaire sombre, proche des atmosphères de Jean-Patrick Manchette, avec un inspecteur charismatique qui vous entraînera dans ses réflexions lumineuses.

Éditions PUBLIBOOK /SOCIÉTÉ DES ÉCRIVAINS

Posté par elleon à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Amanda vivait à Geraldton

de Jean-François Mattei

En plusieurs points de l’'Australie, des femmes disparaissent sans laisser aucune trace. Ce qui les unit toutes: leur activité d’'escort girl.

Parmi ces disparues pourrait ainsi figurer Amanda, qu'’Abel, de retour dans la ville de Geraldton où il a commis les quatre cents coups avec elle, espérait retrouver. Des retrouvailles désormais impossibles, qui incitent le jeune homme à vouloir en savoir plus et à s'’adresser, face à l’'inaction des autorités locales, au commissariat central de Perth.

Une démarche qui pourrait se montrer payante, puisque Pamela, stagiaire auprès d'’O'’Malley et Bradley, a déjà constitué un solide dossier d’'enquête sur ce qui s'’apparentera rapidement à une affaire de meurtres en série.

Éditions PUBLIBOOK/SOCIÉTÉ DES AUTEURS

~~~

Les romans policiers de Jean-François Mattei ont ceci de particulier qu’'ils n'’effacent jamais l'’humain derrière le crime, qu’'il ne succombe jamais aux sirènes du sensationnel, préférant brosser des portraits d'’hommes et de femmes de caractère, brisés par le drame ou sensibles à la détresse de ceux qui survivent. Une philosophie romanesque qu'’illustre plus que jamais un nouvel opus qui retrace, à travers la résolution malaisée d’une série de disparitions, le parcours intérieur de personnages (Abel, Elvis, Pamela) qui, sous le regard des désormais familiers enquêteurs de Perth, vont s'’affirmer ou renouer avec ce qu’ils avaient quitté.

~~~

Posté par elleon à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Est-il dangereux de s'appeler Smith ?

de Jean-François Mattei

En Australie, les Smith tombent apparemment comme des mouches. Coup sur coup, le commissariat de Perth se voit en effet confronté à la disparition de deux miss Smith, prénommées Regina et Lara.

Deux affaires liées par un coup du sort – en l’'occurrence une faute de frappe sur le clavier d'’un téléphone portable, qui vont en outre devoir composer avec la découverte des cadavres de Cecilia Smith, de sa fille et du compagnon de celle-ci….

Mais, quand dans le même temps, ce sont les corps de Lara, journaliste un peu trop fouineuse, et d’'un inconnu qui font leur entrée dans ce théâtre macabre, l’'écheveau qui se met en place a de quoi donner le tournis….

James Bradley et Ian O'’Malley parviendront-ils seulement à relever le défi d’'une enquête tentaculaire et des plus corsées ?

Éditions PUBLIBOOK/SOCIÉTÉ DES ÉCRIVAINS

~~~

Polar sur fond d’imbroglio patronymique, "Est-il dangereux de s’'appeler Smith ?" requiert de ses personnages, mais aussi de son lecteur, minutie, patience et attention aux indices distillés et aux recoupements effectués.… Osant une approche ludique de la Littérature policière, ce roman en forme de casse-tête est un dédale dans lequel Jean-François Mattei nous promène et nous perd avec dextérité.…  Et peut-être avec ironie.

~~~

Posté par elleon à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Melbourne Cup

de Jean-François Mattei

Quand, chaque année, s'élancent les chevaux qui disputent la Melbourne Cup, toute l'activité du pays s'arrête. Aucun Australien ne voudrait manquer cette course devenue événement national. Aucun... sauf, cette année, Albert Simson, criminologue de renom et mathématicien spécialiste du calcul des probabilités qui vient d'apprendre avec peine l'infidélité de sa femme.

Tout à sa douleur, il quitte Perth: une fugue irraisonnée à laquelle il ne mettra fin qu'après plusieurs jours d'errance.

Il n'est revenu que depuis quelques heures quand on retrouve son corps, celui de son épouse et celui de son amant étendus sans vie sur le sol d'une même pièce.

Pour Ian O'Malley et James Bradley, débute une enquête longue et difficile...

Éditions PUBLIBOOK/SOCIÉTÉ DES ÉCRIVAINS

~~~

L'auteur retrouve ses policiers fétiches pour une nouvelle affaire dont hasard, probabilités, passion amoureuse et folie sont les clés. Imprévisible, soignant la psychologie et l'humanité de ses personnages, ce dernier thriller de Jean-François Mattei est un puzzle aussi fascinant qu'effrayant.

~~~

Posté par elleon à 06:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2019

Cadavre, vautours et poulet au citron

de Guillaume Chérel

Guillaume Chérel - Cadavre, vautours et poulet au citron.Jérôme Beauregard, "détective public" dilettante, passe son temps dans son appartement parisien à rêver de voyages, jusqu'au jour où il reçoit un coup de fil de Pat, un ami parti s'installer en Mongolie pour faire fortune dans les mines d'or.

Englué dans une sordide affaire de gros sous à la suite du meurtre accidentel d'un Chinois, celui-ci lui propose d'enquêter dans la capitale mongole, où plane encore le fantôme de Gengis Kahn.

Jérôme découvre la vie d'expat', au rythme des bringues et des bourre-pif, mais derrière les apparences baignées d'alcool et d'humour potache, il comprend que ce qui se trame autour de son pote est bien plus dangereux qu'il n'y paraît. Le voilà piégé dans une aventure où se côtoient "ninjas", chamans, bikers nazis et une mystérieuse "milliardaire rouge"...

Il lui faudra non seulement éviter les balles de tueurs à ses trousses dans un désert de Gobi resté sauvage, mais aussi résister aux tentations cachées sous les yourtes.

Bref, se méfier des vrais loups d'Oulan-Bator, qui feront tout pour l'empêcher d'accomplir sa mission.

Éditions MICHEL LAFON

Posté par elleon à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Un bon écrivain est un écrivain mort

de Guillaume Chérel

Guillaume Chérel - Un bon écrivain est un écrivain mort.Augustin Traquenard doit animer un débat littéraire dans un ancien monastère des Alpes-Maritimes. Seront présents dix écrivains très médiatiques, les poids lourds de l'édition : Frédéric Belvédère, Michel Ouzbek, Amélie Latombe, Delphine Végane, David Mikonos, Kathy Podcol, Tatiana de Roseray, Christine Légo, Jean de Moisson et Yann Moite.

Chacun a reçu un courrier anonyme le conviant pour le week-end dans l'austère bâtisse reconvertie en résidence d'auteurs.

Tout est fin prêt pour l'événement : l'entrée du train en gare de Saorge, la rencontre devant un public ravi de voir les stars de Saint-Germain-des-Prés, les questions sur le thème "Littérature et modernité", le cocktail dînatoire puis la séance de dédicaces.

Mais rien ne se passe selon le programme. Dès l'arrivée au couvent, l'histoire dérape.

C'est bien connu, un bon écrivain est un écrivain mort.

Éditions MIROBOLE

Posté par elleon à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Les Enfants Rouges

de Guillaume Chérel

« ça a débuté ça comme... comme on dit chez moi. Sauf que moi, j'avais toujours trop parlé. Trop. C'est Mouloud qui m'oblige à parler à nouveau. Mouloud, un chômeur professionnel, copain d'enfance. On se rencontre donc porte de Montreuil, à l'heure de déjeuner. Il veut m'écouter. Je commence à parler. "Restons pas dehors ! qu'il me dit. Rentrons ! "

Je rentre avec lui. Voilà. Dehors, le ciel était bas et gris. De ce gris déprimant des vagues qui s'échouent sur les plages du Nord. Gris, le bitume et l'asphalte, les derniers pavés, le métal des voitures, les pylônes électriques, les murs des maisons, les façades des immeubles, et les vitrines des cafés. Même les arbres et le visage des gens croisés dans la rue sont gris.

Pourtant pas la pire du Neuf Trois, Bagnolet est une ville de banlieue où tout est permis, sauf la luminosité et les couleurs. Malgré les fleurs... Un vent glacé soufflait par rafales, décollant les papiers gras des trottoirs, transformés en "crottoirs", nappés de déjections canines et autres crachats visqueux. Cette ville grise est infestée de gremlins aux yeux de cendre. »

Le narrateur, dit "Zarma le zarbi" ou "détective public" revient sur les lieux de son enfance, du coté de la banlieue, rue des Enfants-rouges. Là, il retrouve ses amis, certains vieillis, grossis, installés dans leur vie médiocre. Fils de "cocos", il évoque les bastons épiques, les vieux discours politiques, les feuilletons de la télévision, un monde qui s'apprête à accoucher de la violence et de la haine

Éditions FLAMMARION

Posté par elleon à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Prends ça dans ta gueule !

de Guillaume Chérel

Guillaume Chérel - Prends ça dans ta gueule !." Lâchez ce bouquin tout de suite ! Ce n'est pas un roman de rentrée... Oui, c'est à vous que je parle. Ne croyez pas ce qui est écrit en quatrième de couverture. Foutaises ! Les éditeurs sont des maquereaux, c'est bien connu... "

Ne vous y trompez pas : comme son narrateur, Jérôme Beauregard, l'auteur de ces lignes est un dur au cœur tendre. L'action se passe dans une zone industrielle de la région toulousaine.

Le détective "public" Chérif Zarbi se fait embaucher comme magasinier pour espionner les salariés d'une grande marque de matériel sportif... au logo bleu sur fond blanc. Découvrant les conditions de travail, il décide de kidnapper le patron... et de partir en cavale avec la belle Dalila aux yeux Nutella.

Dix ans après, il raconte à sa fille comment et pourquoi il a tenté de faire "sa" révolution.

Éditions DU ROCHER

~~~

Loin d'être manichéen, ce roman d'amour "engagé", à la fin surprenante, pose la question des excès de l'ultralibéralisme et des méthodes pour le combattre. En racontant sans fard le quotidien du nouveau prolétariat - intérimaire, flexible, précaire -, Guillaume Chérel a surtout voulu renouer avec une certaine Littérature à l'américaine, chère à London, Hemingway, Kerouac, Fante, Bukowski, Crumley...
Rarement l'expression " livre coup de poing " aura été plus appropriée.

~~~

Posté par elleon à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Zarma le Zarbi

de Guillaume Chérel

Guillaume Chérel - .Chérif Zarbi est "détective public". Son boulot : enquêter sur un meurtre... qui n'a pas encore eu lieu, retrouver Ali, jeune boxeur raté et anarco-zapatiste à la dérive. Lequel est lui-même activement coursé par un gang de dealers de l'Essonne, des égorgeurs islamistes et une milice fasciste...

Banlieue grise, humeurs noires, violence rouge sang : Moteur !

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tropique du Grand Cerf

de Guillaume Chérel

Guillaume Chérel - .Sous les tropiques, les requins de terre sont aussi voraces que les requins de mer... Lesquels boufferaient bien du Poulpe en guise d'apéro.

Que vient faire Gabriel Lecouvreur dans cette galère ?

Comprendre pourquoi Clovis Legonidec, dit "Le Javanais" - un vieil anar libertin, autoproclamé parrain d'adoption du Poulpe - s'est fait descendre comme un chien, au cours d'un "râlé-poussé" qui a mal tourné. Découvrir comment le vieux motard javanais est mort d'un coup de fusil venu de nulle part.

Piger qui avait intérêt à faire disparaître l'empêcheur de zaffairiser en rond.

Éditions BALEINE

Posté par elleon à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]