05 décembre 2013

Au prix de la vengeance

de Jayne Ann Krentz

au prix de la vengeance

"Mêlez-vous de vos affaires!" Honor est furieuse: de quel droit cet inconnu l'accoste-t-il parmi la foule ? Alors qu'elle était sur le point de rembourser à un malfaiteur notoire les dettes de sa soeur...

Mais l'inconnu prétend que la police a tendu un piège au gangster, aussi Honor ferait-elle mieux de s'éloigner...

Certes, Conn Landry l'a tirée d'un mauvais pas. Mais est-ce une raison pour accepter son invitation à dîner?

Quelque chose en lui la rend mal à l'aise, d'autant plus qu'il se montre insistant, presque menaçant...

Éditions HARLEQUIN

Posté par elleon à 05:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 décembre 2013

Risques et terrils

de Jean-Louis Guidez

risques et terrils

Après des années passées dans le Sud-Ouest, le commandant Vandewalle revient dans sa région natale en intégrant la Sûreté de Lens.

Première enquête saisissante pour son retour : un homme est retrouvé mort. Empaqueté et jeté dans la benne d’un cimetière.

Avec son équipier, le lieutenant Skanovsky, Vandewalle découvre rapidement le passé de dealer du défunt. Le propre passé du commandant va refaire surface dans le même temps sous les traits d’une certaine Marie-Claire…

Éditions RAVET-ANCEAU

Posté par elleon à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

GUIDEZ, Jean-Louis

Biographie

Natif du Pas-de-Calais, Jean-Louis Guidez a passé son enfance entre Dourges et Noyelles-Godault. Ses grands-pères étaient  mineurs de fond et sa grand-mère travaillait comme "cafu" au triage de fosse.

Journaliste professionnel, il a, notamment, exercé à "La Voix du Nord". Trés attaché à ses racines, Jean-Louis Guidez a publié plusieurs ouvrages techniques et biographiques sur la vie des mineurs. Il est également l'auteur d'évocations historiques de Jean-Bart, de d'Artagnan, ou encore de Riquet.

Avec Risques et terrils, il signe son premier polar. Un roman dont l'intrigue à rebondissements est baignée de réflexions sur le devenir de la région.

(Sources Ravet-Anceau)

 ~

Résumé

  1. Risques et terrils (Éd. Ravet-Anceau - 2013)

~

Autres titres

  • Bleu sépia
  • Les beffrois d'acier
  • Les pénitents du grisou
  • Passeport pour les terrils

Bonne lecture

Posté par elleon à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dernier tango à Lille

de Blandine Lejeune

dernier tango a lille

Dans son cabinet du Vieux-Lille, l'éminent et controversé psychanalyste Daniel Libbovitch reçoit son dernier patient de la journée.

Pressé d'en terminer le praticien n'a qu'une chose en tête, sa leçon de tango argentin. Leçon à laquelle il ne se rendra jamais; il est retrouvé mort, la gorge tranchée, au beau milieu de sa salle d'attente.

Pour le commandant de police Boulard, il va falloir mener l'enquête tambour battant: l'une des nombreuses maîtresses de Libbovitch, également danseuse de tango, semble à son tour menacée.

Éditions RAVET-ANCEAU

Posté par elleon à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Un requin sous les arbres

de Bernard Leconte

un requin sous les arbres

L’enquête sur un « petit meurtre de campagne » est confiée au capitaine Rossart du SRPJ - un policier qui se retrouve bien seul dans les Flandres pour cause d’affaire ultra médiatisée à Lille.

Cette solitude va se renforcer avec la multiplication de rencontres aussi désobligeantes qu’inquiétantes : une famille aux positions extrémistes, une tenancière de bistrot officiellement antipathique, ou encore un étudiant anarchisant qui semble en vouloir à la terre entière…

Éditions RAVET-ANCEAU

Posté par elleon à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


LECONTE, Bernard

Biographie

Bernard Leconte est né à Lille en 1942. Agrégé de Lettres, il a collaboré à de nombreux journaux et revues, dont la "Nouvelle Revue de Paris", "La Revue littéraire", ou encore "Le Figaro". Il signe toujours dans les pages du "Cerf-Volant", de "Service littéraire", de "Défense de la langue française", et de "Chiendents".

Il est également producteur et animateur de l'émission littéraire "La baraque à livres" sur RCF Radio TO aux côtés de Michel Bouvier. Selon Isabelle Garnier, dans "Madame Figaro", << il manifeste un goût marqué pour les sujets dérangeants et un plaisir quasi sportif à bousculer les idées reçues.>> Jean-Max Méjean, dans "Le Nouvel Observateur" souligne  << le style étincelant de quelqu'un qui aime la langue française. >>

Grand admirateur de Proust, Giono, Bernanos, Montherlant, Aymé, Dutourd, ou encore Simenon, Bernard Leconte a reçu des prix prestigieux, dont celui du premier roman ou encore le "Prix Henry de Jouvenel" de l'Académie française.

Avec Un requin sous les arbres, son dixième livre, il signe avec brio son tout premier roman policier.

(Sources Ravet-Anceau)

~

Résumé

  1. Un requin sous les arbres (Éd. Ravet-Anceau - 2013)

~

Autres titres

  • À la recherche du bon français
  • La France de Sacha Guitry
  • La récrée va finir
  • Le divorce est une ignominie
  • Le livre des bêtes
  • Qu'allons-nous faire de grand-mère ?
  • Quelques coups de burin sur la statue de Dutourd
  • Qui a peur du bon français ?

Bonne lecture

Posté par elleon à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La bannière était en noir

de Christian Roux

la banniere etait en noir

Chassé par l'ennui et le manque de perspectives normands, un jeune homme, neuf, froid, éteint, sans peur mais sans illusion, le contraire d'un Rastignac moderne, débarque à Paris pour participer à un télécrochet.

De déboires en jobs pourris, de la jeune Samia, qu'il commence à aimer, à toute une bande de hooligans nazillons qui lui offrent ce qu'ils appellent « la culture », il vaque, regarde, apprend, se bat, souffre, vit à peine, et rencontre son destin.

Éditions LA BRANCHE

Posté par elleon à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les ombres mortes

de Christian Roux

les ombres mortes

Geoffrey Martin ne s’appelle pas ainsi. Sauf qu’il y a huit ans, quand sa voiture s’est encastrée dans un arbre et qu’il a repris conscience, miraculeusement intact, c’est ce nom-là qui figurait sur ses papiers. De faux papiers d’après la police.

Mais personne n’a pu en savoir plus car le dénommé Geoffrey Martin avait laissé sa mémoire dans l’accident. Que faire face à un individu que personne ne reconnaît, qui ne sait pas comment il s’appelle et qui ne figure sur aucun fichier de police ? Le relâcher dans la nature.

C’est ainsi que Geoffrey est "né" pour la seconde fois, qu’il a trouvé un petit emploi de technicien d’entretien et a rencontré Tom qui est devenu son ami. Et puis Josépha a déboulé dans sa vie ; il a trouvé le grand amour. Et il s’est fait des copains : Mourad, Susie et Mario. Toute la bande habite le même quartier, dans une banlieue ni pire, ni meilleure que les autres. La seconde vie de Geoffrey aurait pu s’écouler de la sorte, s’il n’y avait pas ce cauchemar récurrent, cette vision irréelle qui lui envahit le cerveau : un œil détaché de son orbite vient rouler dans le caniveau à ses pieds et tombe dans une bouche d’égout.

Une nuit, la réalité la plus terrible se matérialise en la personne du lieutenant de police Lancelot, qui vient lui annoncer que Josépha s’est suicidée. Impensable. Ils allaient vivre sous le même toit d’ici quelques jours, ils avaient des projets communs.

L’officier de police ne croit pas non plus au suicide et commence à mener l’enquête, tandis que Geoffrey, dévasté par le chagrin, va se saouler dans un club où le barman ne cesse de lui servir des coupes de champagne. Etonné, il voit un homme s’approcher et lui dire "qu’il a été choisi". Mais à mesure que la soirée avance, Geoffrey est gagné par une ivresse grandissante, jusqu’au moment où il est mis à la porte par les même gens qui l’avaient "choisi".

À partir de cet étrange épisode, l’existence de Geoffrey va se transformer en vrai cauchemar, et quand des bribes de son passé finissent par ressurgir, ce cauchemar tourne carrément à l’enfer. Il comprendra (trop tard) qu’il est devenu le jouet d’une invraisemblable machination.

Éditions RIVAGES

etoile Prix du Polar francophone du Festival de Montigny-lès-Cormeilles (2005)


Christian Roux s’était fait remarquer entre autres avec son roman "Braquages" publié en 2002. Il prouve avec Les ombres mortes qu’il fait plus que tenir ses promesses, entraînant son lecteur dans un machiavélique récit où le suspense fait écho au tragique dans un jeu de perpétuels rebondissements.


Posté par elleon à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Kadogos

de Christian Roux

kadogos

Marnie exerce une activité très particulière: elle envoie dans un monde meilleur des malades en phase terminale, à la demande de familles qui ont les moyens de se payer ses services.

Un jour, elle est contactée pour exécuter un contrat par une certaine Catherine Bermann, qui veut assurer à son beau-père, riche propriétaire de plusieurs cliniques, une fin digne et rapide. Marnie remplit sa mission mais, à sa stupéfaction, elle découvre la commanditaire assassinée, mutilée de façon effroyable.

C'est le début d'une série de crimes atroces sur lesquels va enquêter l'officier de police Eustache Lerne. De son côté, Marnie se lance dans une quête éperdue de la vérité, tandis qu'un événement imprévu vient bouleverser sa vie personnelle...

Éditions RIVAGES

etoile Prix Polar Michel Lebrun des Lycéens (2011)


Christian Roux s'est fait connaître avec "Braquages" ("Prix du 1er polar SNCF"). Dans ce roman à la construction brillante, il pose avec fougue la question de la violence infligée aux plus faibles, qu'ils soient victimes de meurtres, d'abus sexuels ou de guerres qui les dépassent.


Posté par elleon à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Braquages

de Christian Roux

braquages

Quatre SDF sont recrutés par le mystérieux Hensley pour devenir braqueurs professionnels.

Après une préparation quasi militaire, tout est en place pour le coup d'essai : le braquage d'une banque en plein Paris.

Mais rien ne se passe comme prévu...

Éditions GALLIMARD

Édition originale: Éd. Le Serpent à Plumes (2002)

etoile Prix SNCF du Premier Polar (2002)


Un scénario magistral pour un roman noir, tendre et énervé qui met en vedette, une fois n'est pas coutume, les vrais oubliés de nos démocraties libérales.


Posté par elleon à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :