26 janvier 2013

Vous êtes dur avec moi

de Gilles Morris-Dumoulin

vous etes dur avec moi

Un crachat de mitraillette qui vous arrive bien groupé dans l'estomac, ça n'est pas fait pour en améliorer le fonctionnement. Surtout lorsqu'on a déjà, d'ordinaire, tendance à la dyspepsie.

Giovanni Mosca, le bras droit de Max Esterazzi, plus connu sous le nom de Max-le-dur, était célèbre dans le milieu pour ses digestions laborieuses et sa manie de sucer à tout bout de champ des pastilles au bicarbonate.

Et peut-être eût-il tendu la main, d'un geste machinal, vers la boîte de poche en matière plastique, s'il avait eu le temps, avant de mourir, de sentir la lourdeur brutale, caractéristique, de son estomac ?

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Un monde à part

de Gilles Morris-Dumoulin

un mort a part

Il y a une grosse différence entre un agent retourné et un agent double.

L'agent double peut, à sa manière, servir fidèlement ses deux employeurs. L'agent retourné n'en sert plus qu'un, et ce n'est pas celui qu'il servait au départ. Alors ? Pile ? Face ? Agent retourné ? Agent double ? Et depuis quand ? Pourquoi, où, comment, s'était déroulée, dans le cas de Malloy, l'opération l'envers vaut l'endroit ?

Il y avait de sacrés trous dans la fiche perforée de M. Malloy ! Et les plus gros n'étaient pas signés I.B.M. !

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Son pesant d'or

de Gilles Morris-Dumoulin

son pesant d'or

" Prenez un être normalement constitué. Homme ou femme. Placez-le, à l'improviste, devant la possibilité de ramasser vingt-cinq millions. Offrez-lui des accommodements tout cuits avec sa conscience. Ajoutez à cela le mirage d'une impunité quasi certaine et demandez-vous combien de fois sur dix il ressortira, de cette situation, un coupable...

Problème absurde, ainsi posé ? Peut-être! Mais problème qu'à la réflexion je ne vous souhaite pas d'avoir réellement à résoudre. Parce que vous ne savez pas comment vous réagiriez alors, et que vous risqueriez d'avoir des surprises! "

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Péril jaune sur la Place Rouge

de Gilles Morris-Dumoulin

peril jaune sur la place rouge

- Vous savez ce que ces récipients ont renfermé, n'est-ce pas, M. Ouvarof ? Vous savez aussi ce que contient cette cuve... Si vous voulez bien me suivre à nouveau...

Ils passèrent par une petite porte latérale, dans une salle où, sur des lits de camp, voire sur des nattes jetées à même le sol, gisaient des hommes, des femmes, visiblement en piteux état. Plusieurs gémissaient à mi-voix, tordus par d'atroces douleurs abdominales...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

 

Posté par elleon à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Opéra cosmique

de Gilles Morris-Dumoulin

opera cosmique

La chanteuse américaine Judith Garson avait remporté au théâtre Bolchoï de Moscou un succès étourdissant.

Cela n'empêcha cependant pas un petit homme bien timide de lui remettre, à l'entracte, une lettre destinée à un parent de New York, et sans le vouloir, Judith Garson a déclenché la plus étonnante affaire d'espionnage que les Services secrets américains aient jamais eu à résoudre.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


On ne m'a pas comme ça

de Gilles Morris-Dumoulin

on ne m'a pas comme ca

Vous connaissez le Zodiaque ? Ce maboul ou prétendu tel — moi, on ne m'a pas comme ça — qui signe chacun de ses crimes... d'un signe du Zodiaque! Drôles de Poissons d'avril ! Et qui font vachement Sagittaire la police.

Pour une fois, les flics et mézigue, on s'entend comme des Gémeaux. (Dieu merci, mon casier est Vierge). Mais ça ne m'empêche pas d'avoir bouffé du Lion et Cancer le moment d'y aller, je prends le Taureau par les Capricornes, je fonce comme un Bélier et les suites possibles... je m'en Balance !

O.K., j'ai oublié le Scorpion ! Mais si vous avez le mauvais goût d'en faire la remarque, je vais vous dire : c'est voua que le Zodiaque aurait dû étrangler. Au Verseau!

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

On en sait toujours trop

de Gilles Morris-Dumoulin

on en sait toujours trop

Georgie Ramos était mort. Comble de l'absurde : pour rien.

La conclusion ? Où que vous soyez, où que vous ayez fait votre trou, le "Service" vous retrouvera toujours, s'il estime avoir besoin de vous. Histoire de vous en creuser un autre, de trou !

Celui dans lequel on vous enterrera...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nuits blanches au pays noir

de Gilles Morris-Dumoulin

nuits blanche au pays noir

Lorsque la peur tourne à l'obsession, il n'y a plus grand-chose à faire : c'est une tumeur maligne, un chancre impitoyable qui vous ronge les tripes et ne vous laisse aucun repos, ni de jour, ni de nuit !

Le hic - remâchait-il tristement en sirotant un whisky solitaire, au bar du Norfolk-Hotel de Naïrobi - le hic, c'est qu'il en savait à la fois trop et pas assez pour dormir sur ses deux oreilles. Trop pour être à l'abri des coups durs. Pas assez pour marchander le prix de sa peau. Inconvénient de n'être qu'un comparse !

Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, savoir peu est une condamnation. Il faut tout savoir, ou ne rien savoir du tout. La sécurité n'existe nulle part aux stades intermédiaires...

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les risques du métier

de G. Morris

les risques du metier

" Pivotant sur lui-même, Chaffu revint vers nous. Il marchait très droit, comme un homme ivre qui consacre à ne pas zig-zaguer toutes les ressources de son énergie défaillante. Il marchait très droit et ses traits convulsés exprimaient une intense stupéfaction. La stupéfaction de quelqu'un qui n'a plus que cinq ou dix secondes à vivre et refuse encore d'accepter l'évidence.

Regardant fixement Teddy, il bégaya quelque chose qui ressemblait à :

- Pas... lettre...

Puis baissa les yeux vers sa poitrine au milieu de laquelle commençaient à s'élargir deux taches rouges, comprit qu'il était déjà mort et s'effondra comme une masse, le nez en avant.

À toute histoire de fous, il faut bien une "chute", pas vrai ? "

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La bête noire de la Maison Blanche

de Gilles Morris-Dumoulin

la bete noire

Le F. B. I. aux prises avec un spécialiste d'autant plus difficile à contrer qu'il agit seul, et qu'il connaît son affaire. La vraie victime ne sera pas celle que l'on croit.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

Posté par elleon à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]