07 février 2013

Le Général et les affreuses

de Pierre Nemours

le general et les affreuses

Tout le drame s'était joué en moins de trois minutes. La camionnette du fleuriste était garée en double file sur l'avenue Louise, à Bruxelles. Quatre hommes en bondirent, coiffés de feutres, le visage masqué. Les rafales de mitraillette balayèrent le trottoir. Shelly Okeya, le leader noir du Nigeria, s'effondra, mortellement blessé, ainsi que son garde du corps.

Mais un troisième homme avait tiré. Dans leur fuite, les tueurs laissaient l'un des leurs sur le terrain. Les policiers se penchèrent sur le corps.

- Incroyable, dit l'un d'eux. C'est une femme.

Et un autre, sidéré, d'ajouter : - Ma parole, c'est une Chinoise.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le Général et le zombi

de Pierre Nemours

le general et le zombi

Autour de la pierre plate du sacrifice, la morne litanie des fidèles, piétinant sur place, se transformait en une transe collective. Dans les deux gouttières d'écorce, le sang du taurillon égorgé ruisselait encore, s'écoulant dans les calebasses. Sans cesse réactivés, les feux lançaient leurs flammes claires dans la nuit africaine.

Caché dans son nid de broussailles, le Blanc prenait photo sur photo du fascinant spectacle. Soudain, le célébrant en boubou blanc étendit les bras. Dans le silence qui suivit, une silhouette surgit de la fumée, se mit à avancer lentement, d'un pas somnambulique.

Le Blanc n'en croyait pas ses yeux : ce visage allongé, prolongé par une barbiche, sur un corps mince de coureur de brousse, II les avait vus, des années auparavant, sur des dizaines de photos. Le zombi était celui de Patrice Lumumba... Et Il se dirigeait droit sur lui.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Général et le roi Midas

de Pierre Nemours

le general et le roi midas

C'était un gâchis effroyable. Jacques Rivière et Mireille Wolf, dans la villa de Zandwoort, avaient sur les bras un cadavre et un prisonnier dont ils ne savaient que faire.

Le général Frédéric Lemoine était là pour un coup. Lorsqu'il eut obligé Rogaerts à boire une demi-bouteille de whisky, il l'installa au volant de la Chrysler, le cadavre de De Witte à ses côtés.

Ayant engagé l'embrayage automatique, Jacques Rivière lança la voiture vers le carrefour au moment où le feu venait de passer au rouge...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 04:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2013

Un viol sans importance

de Pierre Nemours

un viol sans importance

Après la terreur, la honte. Entre le commissariat de police, la fiche qui l'eût marquée à jamais, et la soumission à la volonté d'un flic sans scrupule, Louise Grosbois avait choisi. Et tandis qu'elle lavait, dans la salle d'eau, les traces d'un viol sans importance, le téléphone sonna.

- O. K. ! Je note, dit simplement l'homme.

Pourquoi fallut-il que Louise tombât, par hasard, sur la série de huit chiffres qu'il venait d'écrire sur son calepin ? Et si elle devait les retrouver par hasard, sous la forme d'un numéro de téléphone, dans un journal de province, ce n'était qu'une coïncidence.

Mais son violeur n'aimait pas les coïncidences...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un train d'enfer

de Pierre Nemours

un train d'enfer

Je me nomme Wagner. Richard Wagner. Comme... Oui, je sais, on me l'a déjà dit, merci. J'habite la grande banlieue. Melun, pour être précis. Et je prends chaque matin le train de 7 h 03 pour aller travailler à Paris.

Cela vous dit quelque chose, hein ? C'est cela. Le train du drame, le train sanglant. Le train d'enfer, quoi... Ce que vous avez lu dans la presse au sujet de la mort atroce de Viviane Dugeon, de l'incroyable assassinat de Simone Léger, n'est pas inexact, non. J'irais même jusqu'à dire que, dans les grandes lignes, c'est à peu près cela.

Mais cela ne rend pas compte de l'affaire criminelle la plus étonnante de ces dix dernières années. Et comme dit Josy, ma femme, pour la raconter, j'étais certainement le mieux placé.

Pensez donc, je voyage toujours dans le compartiment arrière de l'avant-dernier wagon...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Un coup de main pour le F.B.I.

de Pierre Nemours

un coup de main pour le fvi

Tassé, dans la nuit, sur l'étroit balcon, j'écarquille les yeux.

Sur la moquette du living, July Diefer, en slip et en soutien-gorge blancs, qui tranchent sur le bronze de sa peau, gît comme une poupée désarticulée. Ses yeux morts semblent me prendre à témoin, et sa gorge, ouverte d'une oreille à l'autre, lui donne un drôle de sourire.

La pauvre gosse avait trouvé le moyen de passer au travers de la guerre du Vietnam. Pour finir comme ça, à Little Rock, Arkansas... Je serre les poings. Le salaud qui a fait cela, il peut me faire confiance : j'aurai sa peau...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un Blues et du sang

de Pierre Nemours

un blues et du sang

La touffeur de la nuit de mai véhiculait l'haleine fade des eaux limoneuses du Mississippi.

Dans la salle enfumée du Porgy's, l'orchestre s'était tu, le rythme du blues cassé par la scène de violence qui venait de s'y dérouler. Sur le trottoir de Thyler Street, le petit trafiquant courait à perdre haleine, dans l'espoir de se perdre dans la protection complice de la Nouvelle-Orléans.

Louis Manzoni, le gros flic en uniforme, ajusta posément la frêle silhouette, comme au stand...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tant pis pour la casse

de Pierre Nemours

tant pis pour la casse

Le miracle économique allemand, l'introduction de l'informatique dans la gestion des entreprises, deux éléments déterminants qui ont transformé les truands d'outre-Rhin en businessmen.

Comme de vulgaires banquiers, ils recherchent des débouchés pour leurs capitaux et planifient leur expansion. Soumise à un ordinateur, l'étude de marché effectuée à l'occasion du déménagement des Halles vers Rungis s'est traduite par une conclusion positive.

Le petit peuple des péripatéticiennes et de leurs amis, des racketters et des joueurs professionnels qui prospérait sans trop de problèmes autour du "ventre de Paris" va-t-il passer sous la domination du Consortium de Hambourg ? La guerre des gangs se développe de façon classique, à coups de bombes et de mitraillettes.

Mais les truands parisiens ont deux atouts dans leur jeu : l'étonnante veuve d'un mandataire en fruits et légumes et un avocat génial…

Éditions FLEUVE NOIR

 

Posté par elleon à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sinistre et compagnies

de Pierre Nemours

sinistre et compagnie

Il n'y a pas d'erreur, vous avez beau retourner le rapport des flics, des experts qui ont examiné ce qui restait de la voiture, et les conclusions du District Attorney, Everett Carson roulait comme un dingue. Il a foncé à 150 à l'heure dans un camion arrêté et la Dodge a littéralement explosé.

Mais ça ne va pas, non ? Everett Carson ? Un homme irréprochable bon époux, bon père, personnalité éminente de la paroisse... Et en pjus, son voisin affirme qu'il n'avait rien bu de la journée.

Alors, me dit Luisa Wright, la perle (noire) des secrétaires, c'est comme si on l'avait rendu enragé. Non mais, ce n'est pas une idee fantastique, cela ?

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sa Sainteté le crime

de Pierre Nemours

sa saintete le crime

Sur l'étroite plate-forme du belvédère Saint-Antoine, dominant le massif du Mont-Varon et le cours de la Fare, les deux hommes luttaient dans la nuit.

L'un d'eux tomba avec un bruit sourd sur le toit de la voiture, rangée au pied de l'éperon rocheux. L'autre dégringola les escaliers, traîna rapidement le corps dans le véhicule, l'installa au volant, desserra le frein à main. La voiture avait juste assez d'élan pour franchir le petit muret. Elle bascula dans le vide avec une épouvantable lenteur, comme dans un film au ralenti.

Haletant, le meurtrier récupéra son vélo, et se lança dans la descente.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]