06 février 2013

Massacre aux lampions

de Pierre Nemours

massacre aux lampions

Haletant, épuisé par la tension du combat, Jean-Paul Mignard, dit Paulo, 23 ans, se redresse dans les ténèbres de la maison déserte. Sur la moquette de la chambre, à ses pieds, l'homme ne bouge plus.

Atterré, le jeune loubard le secoue, mais la tache sombre, sur la poitrine de l'inconnu, n'est que trop éloquente. "Merde, je l'ai tué...", soupire-t-il.

Une rafale de détonations éclate : la première fusée du feu d'artifice s'épanouit dans le ciel nocturne.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Ma première cliente blanche

de Pierre Nemours

ma premiere cliente blanche

Eh bien quoi ! Il n'y a pas de quoi en faire un plat! Ce n'est pas la première fois qu'une jolie femme se pointe dans ma salle d'attente avec un problème délicat. Je suis détective privé, et les problèmes délicats, c'est mon domaine.

Seulement, pardon, cela change tout. Elle est blonde, faite au moule, élégante dans le genre distingué. Et ELLE EST BLANCHE, à sang pour sang.

Peur moi, Richard Benson, seul et unique détective privé de Springville, U.S.A., c'est un événement. Pensez donc: MA PREMIERE CLIENTE BLANCHE ! Je sens que son cas ne va pas être de la petite bière. Surtout lorsqu'elle annonce la couleur, si je puis m'exprimer ainsi.

- Je suis Mrs Ebinger, dit-elle, tranquillement. Janice Ebinger !

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2013

Les pirates de Cyrnos

de Pierre Nemours

les pirates de cyrnos

Derek Dombs empoigna l'échelle de la main gauche, fit passer d'un coup d'épaule la mitraillette dans son dos. C'était le dernier acte, la minute de vérité.

Au moment où sa tête allait atteindre le niveau du pont de "Abdulillah", l'hélicoptère sauta par-dessus la montagne, bondit sur le yacht, emplissant la petite baie du vrombissement assourdissant et du sifflement de guillotine de son rotor.

Le coeur de l'ancien affreux manqua un battement et la question se formula avec une épouvantable logique : "Qu'est-ce qui avait bien pu foirer dans l'opération Cyrnos ?"

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les Noirs jouent et gagnent

de Pierre Nemours

les noirs jouent et gagnent

Porto Rico, les Bahamas... Je m'apprêtais à prendre des vacances quand elle est arrivée. Ivy Rayborn, vous vous rendez compte ? La propre petite-fille de l'illustre Gedeon S. Rayborn, le bon génie et le mécène de Springville.

Ma deuxième cliente blanche... Il en fallait tout de même plus que cela pour que j'accepte de travailler pour elle. Je l'avais déjà courtoisement éconduite lorsque Luisa Wright, ma secrétaire, à qui rien n'échappe, m'a dit :

- "Vous savez que la petite est filée ? Un type avec une drôle de tête. Le nez légèrement dévié... "

Alors là, cela changeait tout.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le safari de la vengeance

de Pierre Nemours

le safari de la vengeance

La première nuit dans la brousse africaine laisse un souvenir inoubliable. Elle est lourde et oppressante, pleine d'odeurs violentes et de bruits dramatiques.

Le commissaire divisionnaire Vieljeux et sa femme Madeleine étaient sensibles au sortilège du continent noir, qu'ils étaient venus chercher dans ce safari-photo à la française. Tout autour de l'hôtel campement, la brousse roulait les vagues puissantes de ses hautes herbes sous le souffle insupportable de l'armatan, le vent du nord qui charrie en suspension des milliers de tonnes de sable saharien.

Les Vieljeux se préparaient à se glisser sous leurs moustiquaires, tout impatients du safari du lendemain, lorsqu'un long hurlement de femme, sur un mode suraigu, démentiel, déchira le silence...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le journal de Donatien Mourgues

de Pierre Nemours

le journal de donatien

Maître Donatien Mourgues, notaire à Saint-Laurent-des-Eaux, aurait toujours été un velléitaire s'il n'était entré en possession, un jour, du passeport d'un mort qui lui ressemblait et qui avait son âge.

Alors, il s'était évadé. Evadé d'une vie qui ressemblait à une mort pour se réfugier dans une liberté qui avait nom : solitude et il menait depuis quelques semaines une nouvelle vie, celle de Georges Ranchal.

Un soir qu'il rentrait dans son petit appartement parisien, au septième étage, il s'immobilisa, pétrifié, à mi-hauteur de la dernière volée de marches. Assise sur le palier, vêtue d'un pull et d'une minijupe, une fille de vingt ans l'attendait.

— Bonsoir, maître Mourgues, dit Jeanine Frometon.

Et Donatien Mourgues sut qu'il n'y avait qu'une seule issue au problème que lui posait son ancienne dactylo...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le gang des honnêtes gens

de Pierre Nemours

le gang des honnetes gens

- Le gage de notre réussite, dit Paul Récord, c'est que nous ne sommes pas des truands. Nous n'avons jamais commis de délit, et nous n'en commettrons plus jamais. De plus, nos mobiles sont nobles. Nous sommes le gang des honnêtes gens.

- Mais nous n'allons tout de même pas creuser comme des taupes, nuit après nuit, un tunnel sous la rue pour parvenir à la salle des coffres de la "Société Régionale de Banque", objecta Raphael Davila.

- En effet. Nous ne creuserons pas nous-mêmes et de nuit, nous ferons creuser, et en plein jour encore.

Davila, comme Francis Ballogne et Norbert Souche, était bien obligé de le reconnaître : le plan de Paul Récord était d'une simplicité géniale. Il devait réussir. Il réussit effectivement. Et les honnêtes gens n'avaient de comptes à rendre... qu'à leur destin.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le cottage de la peur

de Pierre Nemours

le cottage de la peur

Au carrefour des vents, la tempête secouait la Cornouaille. Faye Brewster-Howe cherchait dans le travail un refuge contre sa peur, un rempart pour défendre sa raison.

Si le chien n'avait déterré cette boucle de ceinture, seul témoignage tangible de sa découverte, elle aurait pu prendre pour une hallucination le cadavre sanglant, disloqué, qu'elle avait découvert sur la plage. Le vent hurla plus fort dans la cheminée, la pluie fouetta rageusement les vitres, et la lumière s'éteignit.

Alors, les yeux exorbités, Faye vit distinctement, dans les ténèbres, une main blanche frapper au carreau.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le challenger

de Pierre Nemours

le challenger

- Vois-tu, petit, c'est un coup historique, un coup qui ne s'est jamais fait, un coup qui restera dans les annales des flics, expliqua Mathieu Blanchi, plus connu sous le nom de "Mat de Hambourg" à Pascal Venturi, le Brutal.

Et en effet, en toute objectivité, on n'avait jamais vu un gang piller tout un quartier sous la protection de la police, même à Bastia. Pour organiser un coup comme celui-là, il fallait toute la magie, et tous les moyens, du cinéma.

Mais pour le réussir, il ne fallait pas être affligé d'un challenger.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La valse du Tennessee

de Pierre Nemours

la valse du tenessee

À plus de 160 à l'heure, la Pontiac dévorait la route, se déportant légèrement sur la gauche pour doubler l'énorme «Continental» de Colorado. Manque de pot, un autre mastodonte arrivait en sens inverse. Pas question de freiner à cette allure.

Arc-boutée au volant, pied au plancher, Rosalind choisit de passer pendant la fraction de seconde avant le croisement des deux poids-lourds. Sur ma droite, le «Continental» défilait comme dans un cauchemar, tandis que grandissait, immense et définitif, le capot sur lequel nous allions nous écraser...

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]