17 février 2012

Les voyageurs du vendredi

de André Héléna

les voyageurs du vendrediC'est en 1958 qu'André Héléna, revenu quelques temps à Leucate où il avait passé son enfance, a écrit ce roman curieusement à la fois très noir et ensoleillé.

Au fil d'une intrigue criminelle où, percent ses sentiments libertaires et son irrésistible tempérament de pamphlétaire, il évoque en effet avec une ironie affectueuse la vie quotidienne dans ce petit port du midi dont il se plait à rappeler les origines grecques.

Délivré provisoirement des pluvieuses nuits parisiennes et du pavé de Pigalle, André Héléna donne libre cours, dans ce livre surprenant à un instinct poètique qui nous vaut des pages magnifiques sur ces paysages méditerranéens dont il avait toujours gardé la nostalgie. Comme quoi, à l'instar des fauves, il savait mettre un trait de noir dans une explosion de couleurs !

Éditions Ditis

Posté par elleon à 03:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les salauds ont la vie dure

de André Héléna

les salauds ont la vie dureLe grand roman noir et rouge de la France de l'Occupation, celui aussi de la révolte aveugle, de la rébellion et de l'horreur.

Un voyou parisien, devenu résistant malgré lui à la suite d'un crime passionnel, mène sa guerre personnelle face à l'autorité, aux polices françaises et allemandes, à la Milice et aux troupes nazies. Feuilletons, romans d'aventures, BD endiablées, sérials comico-héroïques, chroniques tragiques d'une époque, petite histoire des Français, Les salauds ont la vie dure et sa suite, Le Festival des macchabées, sont tout cela et plus encore.

La multiplicité des talents littéraire d'André Héléna, son imagination, son sens de l'action, la pluralité de son écriture, l'acuité du regard font de cette saga unique une épopée hors du commun, dont la pertinence historique n'a rien à envier à celles des chroniques les plus averties. L'histoire vue par l'autre bout de la lorgnette, et un chef-d'oeuvre d'un genre littéraire n'appartenant qu'à son auteur.

Éditions E-DITE

Édition originale: World Press (1949)

Posté par elleon à 03:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les héros s'en foutent

de André Héléna

les heros s'en foutentJean Jérôme, fraîchement sorti de la prison de Clairvaux, perd tous ses espoirs de liberté quand il rencontre Benoît Auguste, ancien taulard tortionnaire, qu’il abat et dont il prend l’identité.

Il se lance alors dans une course éperdue pour fuir, et flics, et truands.

Éditions FLORENT MASSOT

Édition originale: Le Faucon Noir (1951)


Roman noir à l'ambiance très sombre, aux multiples rebondissements, Les héros s'en foutent est typique des années 50, mais bénéficie d'une écriture plus soignée que ce qui se pratiquait dans le roman policier français "dur" de l'époque et aussi d'un ton réaliste assez réussi, deux qualités insufflées par Héléna.  E.Borgers "Polarnoir" - 2003)


Posté par elleon à 02:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les flics ont toujours raison

de André Héléna

les flics ont toujours raisonPremier roman publié en 1949 (le premier écrit étant le Bon Dieu s'en fout, en 1945), par World Press, dans la collection Nuits Noires, les Flics ont toujours raison s'avère plus classique que l'œuvre précédente.

L'argument est simple: un pauvre bougre, tombé pour cambriolage, cherche vainement à se réinsérer dans la société. Trois mois de recherches infructueuses se passent alors après sa sortie de prison. Infructueuses car son statut d'ancien détenu le rend interdit de séjour dans la capitale et la région parisienne.

Ce qui fait surtout la force du récit, c'est la dénonciation de la torture et de la prison qu'Héléna considère comme une matrice criminelle. Dénonciation aussi de cette justice d'une époque qui n'était rien d'autre qu'une organisation répressive, une machine à punir, voire à broyer l'individu.

Bien sûr, André Héléna se positionne d'autorité comme un écrivain révolté, mais déjà, ce roman policier de mœurs l'impose aussi comme le maître du polar français. Qu'importe qu'il soit resté longtemps un maître dans l'ombre. Aujourd'hui, plus d'un demi-siècle après ce premier titre, André Héléna nous apparaît dans toute la plénitude de son talent de conteur dont la violence est toujours de mise.    Jean-Pierre Deloux

Éditions E-DITE

Édition originale: World Press (1949)

Posté par elleon à 02:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les crabes

de André Héléna

les crabesInédit ! Ce dernier roman noir écrit par André Héléna révèle une facette inattendue de son talent.
 
L'un des premiers, il s'intéresse à la délinquance en col blanc, à l'argent sale, à son blanchiment et au secret bancaire. Notables et truands sur le retour s'entre-déchirent et se massacrent comme dans un panier de crabes, au terme d'un récit diabolique où le paradis fiscal devient un véritable enfer.
 
Des avenues impeccablement glacées de Genève aux impasses gluantes de vice de Pigalle ou aux quais ténébreux du canal Saint-Martin, André Héléna donne dans ce roman foisonnant une dimension totalement nouvelle à son univers familier.
 
Éditions E-DITE

Posté par elleon à 02:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 février 2012

Rue de la dernière chance

de Noël Vexin

ru ede la derniere chanceRamon leva sa carabine, visa l'homme à la mitrailleuse. En montagnard, habitué à la chasse à l'isard, il épaula soigneusement.
Ce n'était pas un homme qui était devant lui, juste au bout de la mire, c'était une chèvre sauvage, il fallait que ce soit une chèvre sauvage ! Il appuya brusquement sur la détente. Le tonnerre gronda à son oreille, l'emplit d'un sifflement aigu.

Là-bas, sur la route, l'homme chancela, se redressa, puis, la tête la première tomba du toit de son camion...

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Bon Dieu s'en fout

de Noël Vexin

le bon dieu s'en foutLa vie, c'est une suite de hasards plus ou moins emmerdants. Cela dépend des gars. Il y a les vernis et ceux qui n'ont jamais eu de chance.

Aujourd'hui, ici, il pleut. Je suis perdu dans ce trou de province qui s'enlise dans la boue, sous le panache écrasant des cheminées d'usine. Il pleut. Un temps à vous rendre mou comme un chewing-gum.

La pitié, le sentiment, est-ce que ça existe ? Non. Le Bon Dieu s'en fout. Autour de l'hôtel borgne où je crèche, les flics rôdent dans la bruine. Je les sens...

Éditions EURÉDIF

Posté par elleon à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La peau de Salvador

de Noël Vexin

la peau de salvadorLa guérilla, ça a l'air marrant, comme ça, à distance, lorsqu'on la voit au cinéma ou qu'on la lit dans des bouquins mais lorsqu'il faut vivre réellement avec le risque prendre une praline dans le chignon, c'est plus du tout le même tabac.

 Si, de plus, vous avez sur votre chemin, une crapule dans le genre Salvador, vous courez le risque permanent de ne pas faire de vieux os.

Éditions EURÉDIF

Édition originale sous le titre J'aurai la peau de Salvador! sous le nom d'André Héléna: S.E.P.E (1960)

Posté par elleon à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une affaire en or

de Noël Vexin

une affaire en orComment le hold-up le plus audacieux du siècle, l’attaque d’un fourgon de la Banque de France, au nez et à la barbe de la police, peut-il se rattacher au vol d’une 4 CV par un petit filou sans envergure ?

Roberte ne le sait pas, pas plus qu’elle ne sait pourquoi les membres rivaux d’une même bande s’attachent à ses pas et kidnappent constamment la malheureuse voiture d’occasion qu’elle vient d’acheter : précisément une 4 CV…

Valentin et elle ont pourtant décidés de connaître enfin la paix et se sont retirés en compagnie de Mlle Perlin, leur fidèle secrétaire, dans une tranquille propriété des environs de Paris. Mais la paix et Valentin ne s’accordent pas : la 4 CV fantôme disparaît, reparaît, puis disparaît encore, remplacée dans le garage par le corps de l’infortuné Lunaire.

Les tueries succèdent aux poursuites et le danger se rapproche au jeune avocat et de son amie jusqu’au soir où la mort frappe à leur porte.

Éditions DITIS

Posté par elleon à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les petits fauves

de Noël Vexin

les petits fauvesLes petits fauves dont il est question dans ce roman ont été lâchés trop jeunes dans la jungle des grandes villes. Leur rage de vivre s'est déchaînée trop tôt. Ils sont victimes de tentations trop fortes. Qu'ils cèdent à ces tentations et se lancent dans les raccourcis périlleux qui, croient-ils, mènent à la fortune, et aussitôt, leur rêve fait place à une terrible réalité.

Gérard a peur, peur pour sa peau, mais du moins est-il protégé par les murs d'une prison. Antoine qui, lui aussi, a mis le doigt dans le terrible engrenage, erre dans la ville, déjà condamné à mort. Jean-Pierre a effectué à temps, le virage qui le remet sur le bon chemin.

Cependant que, dons cette faune en blue jeans, qui vit au son des machines a disques, Valentin et Roberte se battent comme des forcenés pour soustraire les petits fauves imprudents aux coups impitoyables de ces tigres féroces que sont les vrais truands.

Éditions DITIS

Posté par elleon à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]