30 décembre 2011

Le seigneur de la route

de Jean-Pierre Gattégno

le seigneur de la routeQue faire lorsque tout va mal ? Lorsque l’on est chahuté par ses élèves, méprisé par ses collègues, piétiné par ses supérieurs, trompé par son épouse ? 

Pierre Raustampon ne supporte plus cette vie et, un jour, s’enfuit dans la luxueuse Mercedes de l’amant de sa femme. Grisé par la puissance de cette voiture, il fonce pleins gaz, sillonnant au hasard l’Hexagone. Il espère ainsi couper les ponts avec une existence désespérante. À cette errance géographique se superpose un trajet plus intime, un voyage intérieur qui le conduit vers d’obscures régions de lui-même.

De multiples péripéties – rencontres féminines plus que troublantes, maffieux et police lancés à ses trousses, échanges amoureux avec l’épouse de son rival – l’amènent à découvrir une vérité à laquelle il est loin de s’attendre. Une vérité brutale qui donnera un sens particulier à cette aventure.

Éditions CALMANN-LÉVY


Porté par une écriture très visuelle et conduit à la manière d’un thriller alternant suspense et humour, ce road novel est une fable morale dont l’enseignement pourrait être le suivant : on peut fuir le plus loin possible, on n’échappe pas à son destin.


Posté par elleon à 04:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Below Zero

de C.J. Box

below zero

« Dis à Sherry qu’April a appelé. »  Tel est le message que reçoit un jour Sheridan, la fille aînée du garde-chasse Joe Pickett.

Stupéfaite, elle en fait part à son père qui n’y croit pas une seule seconde : il est impossible que la petite April, recueillie par les Pickett, ait survécu au massacre déclenché par les autorités fédérales six ans plus tôt contre les Survivalistes alors retranchés dans leur camp.

Impuissant, il a assisté à la tuerie et le dit et le répète à sa fille. Seulement Sheridan l’écoute d’autant moins qu’elle continue de recevoir des messages de l’inconnue… Dans ces messages, certains détails semblent bel et bien confirmer que celle qui les envoie n’est autre qu’April.

Au même moment, accompagné d’une jeune fille, un ancien gangster de Chicago atteint d’un cancer en phase terminale traverse le pays derrière son volant. Certain de mourir dans peu de temps, il essaie de se réconcilier avec son fils, éco-terroriste. Qui lui n’a aucune envie de se réconcilier avec son père et entend bien l’obliger à se repentir de tous les crimes commis contre l’environnement. À cet effet, il exige de lui une empreinte carbone au-dessous de zéro… autrement dit : faire comme s’il n’avait jamais existé.

C’est alors que les messages de l’inconnue se faisant plus pressants et convaincants, Joe Pickett découvre qu’ils proviennent d’une région où des crimes de plus en plus violents sont en train de se produire.

Éditions CALMANN-LÉVY

-

Réédition sous le titre "L'empreinte des morts" : Éd. Points (2013)

~~~

« Une fois de plus, C. J. Box nous donne tout ce qu’il faut de suspense… dans un décor absolument somptueux. »  "Kirkus Review"

~~~

Posté par elleon à 03:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 décembre 2011

Meurtre à TF1

de Jean Duchateau

meurtre a tf1« Bonjour ! » Comme d'habitude, c'est par ce mot qu'Yves Mourousi commence son journal de 13 heures. Une émission très attendue ce jour-là, puisque son invité n'est autre que Jean-Marie Le Pen. En plein milieu de la campagne présidentielle, le leader du Front national a promis de faire des révélations fracassantes !

Mais au moment où Yves Mourousi lui donne la parole, c'est le drame : une détonation, des images confuses, et la France entière qui voit, en direct, Jean-Marie Le Pen s'effondrer. Mort sur le coup. Qui a commis cet acte barbare ? Etait-ce bien Jean-Marie Le Pen qui était visé ? Yves Mourousi n'était-il pas la vraie cible du tueur ?

Autant de questions qui apparaissent insolubles à la police, Charles Pasqua en tête. Mais, campagne électorale oblige, Jacques Chirac ne lui a laissé que cinq jours pour arrêter l'assassin. François Mitterrand, lui, observe et attend. Heureusement, le gouvernement peut compter sur un renfort inattendu en la personne de Jean Duchateau, présent par hasard sur le lieu du crime, qui décide à son tour, de mener l'enquête...

Éditions POCKET


Après « Meurtre à l'Elysée » Jean Duchateau frappe à nouveau. Ce familier de la vie politique côtoie depuis des années le monde fermé de la télévision. C'est donc à la fois dans les coulisses du sérail politique et dans celles de TF1 qu'il nous entraîne, pour une chasse à l'homme irrésistible d'humour, de suspense et de révélations savoureuses.


Posté par elleon à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Meurtre à l'Élysée

de Jean Duchateau

meurtre a l'elyseeNuit tombante, un vendredi soir. Tout est calme dans l'appartement de Jacques Attali. Le conseiller spécial du Président de la République met la dernière main à son essai : Mécanique ondulatoire et systèmes politiques modernes quand le téléphone retentit. C'est Jean-Louis Blanco, le secrétaire général de la Présidence : « Jacques ? C'est très grave, arrive à l'Elysée tout de suite ; passe par la grille du coq.»

Ainsi commence en l'an un de la cohabitation l'énigme policière la plus inattendue et la plus dramatique du septennat : François Mitterrand trouvé mort assassiné dans son bureau. Avant même que la tragique nouvelle soit annoncée aux Français, Jacques Attali mène son enquête personnelle sur le meurtre qui semble devoir être attribué à une personnalité politique.

Hallucinante enquête qui dévoile tour à tour les aspects inquiétants, comiques ou simplement humains du personnel de la République, des partis politiques ou de la presse.

Éditions CALMANN-LÉVY


Au mystère de la fiction s'ajoute une véritable plongée dans le monde, bien connu de l'auteur, du tout-Etat. Document-choc sur les moeurs et le fonctionnement du Pouvoir, Meurtre à l'Elysée est aussi et avant tout un roman policier plein d'humour et de brio dont l'implacable construction tient le lecteur en haleine jusqu'au dénouement final.


Posté par elleon à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

DUCHATEAU, Jean

Biographie

Jean Duchateau est le pseudonyme sous lequel Roland Cayrol signe ses romans policiers de politique-fiction.

Il est né en 1941 à Rabat au Maroc où son père, fonctionnaire de l'éducation, et sa mère, professeur d'arabe, tous deux nés en Algérie, se sont installés. Après des études secondaires au Lycée Descartes de Rabat, il entame des études supérieures à Paris. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'Université de Paris : licencié es-Lettres et en droit, titulaire d'un diplôme d'études supérieures de sciences politiques et de droit public, et d'un doctorat de 3e cycle de Sciences Po.

Il est directeur de recherche FNSP au Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po); il est également directeur de collections aux Éditions Calmann-Lévy et directeur de l'institut de sondages CSA.

On le voit commenter l'actualité politique dans l'émission "C dans l'air" sur France 5. A ses côtés sont très souvent présents ses collègues Christophe Barbier et Pierre Giacometti. Ses travaux portent sur les médias et leur influence politique, les structures de l'opinion publique et les comportements politiques comparés, en France et en Europe.

À l'été 2008, il cède ses parts dans l'institut CSA à Vincent Bolloré : tout en restant « conseiller permanent », il quitte ses responsabilités directes.  (sources Wikipédia)

~

Résumés

  1. Meurtre à l'Elysée (Pocket - 1988)
  2. Meurtre à TF1 (Calmann-Lévy - 1988)

 ~

Autre titre

  • Meurtre à l'Élysée II

Bonne lecture

««« auteurs D

Posté par elleon à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Feu vert pour la mort

de Susan (Suzanne) Blanc

feu vert pour la mortCaché derrière son rocher, le vieil homme aperçut la Cadillac jaune, et mit fin au voyage que M. et Mme Randall avaient commencé au Mexique.

À quelques jours d'intervalle, fuyant le désespoir d'un mariage brisé, Jessie Prewitt quitta Monterrey et prit aussi la route du Mexique. Elle se retrouva sur l'itinéraire emprunté par les Randall, où l'inspecteur Menendes, impressionnant et secret, menait le genre d'enquête qu'il détestait le plus au monde.

La vie de Jessie Prewitt fut bouleversée dès son arrivée à San Luis et elle vécut dans une sorte de terreur permanente, en dépit des plaisirs qu'elle aurait pu trouver dans ce petit hôtel pittoresque et confortable, parmi des pensionnaires dont certains étaient fort agréables.

Éditions PRESSES DE LA CITÉ

-

etoileGrand Prix de Littérature policière /roman étranger (1962)

Posté par elleon à 05:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Susan (Suzanne)BLANC

1915 - 1999

Biographie

La courte biographie qui suit  est à prendre sous toute réserve, le nom de Susan (en France) ou Suzanne (aux U.S.A) Blanc n'apparaît guère sur le web, sinon en tant que lauréate du "Grand Prix de Littérature policière"/ roman étranger de l'année 1962 pour son roman Feu vert pour la mort ("The green stone" - 1961).

Elle serait née à Hampden (Massachusetts) d'un père d'origine russe qui, installé aux U.S.A, aurait fait modifier son patronyme de Belenky en Blanc, mais on retrouve parfois son nom dans les auteurs de nationalité canadienne...(?)

Son tout premier roman "The green stone" publié en 1961 remporte un "Edgar Award for the best first Mystery Novel" décerné aux U.S.A (elle aurait été aussi sur la liste des "Edgar for the best novel" ). Le choix de son héros, l'inspecteur hispano-américain Miguel Menendes et du Mexique dans lequel elle situe l'action de ses trois romans suivants ( "The yellow Villa" - 1964; "The rose window" - 1967;  "The sea troll "- 1969) reste une énigme puisqu'on ne connaît rien de sa vie antérieure à 1961. 

En France seul Feu vert pour la mort semble avoir été publié aux Éditions Presses de la Cité.

( mysteryfile. )

Elleon

~~~

Résumé

  1. Feu vert pour la mort (Éd. Presses de la Cité - 1962)etoile

Bonne lecture

Posté par elleon à 05:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2011

La corrida des pendus

de Stanley Ellin

la corridaD'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? Ces trois questions posées par Paul Gauguin hantent les personnages du livre.
 
Existe-t-il vraiment ce portrait de prostituée inconnu, peint par Gauguin à Panama en 1888 ? Quel lien y a-t-il avec l'île du Guano, au large du Pérou ?
 
Et qu'est cette mystérieuse cérémonie annuelle dont le vainqueur seul franchit le seuil de la mort... Et revient ?
 
Éditions RIVAGES

 Le texte intégral de ce livre "The Panama portrait " (1962) n'avait encore jamais été publié en France.

Posté par elleon à 04:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Miroir, miroir, dis-moi

de Stanley Ellin

miroirElle est dans ma salle de bains, grande, belle, les yeux éteints. Tuée d'un coup de revolver.

Je pourrais jurer que je n'ai jamais eu affaire à cette femme ensanglantée. Mais le revolver, je le reconnais : c'est le mien.

Alors, miroir, dis-moi si j'ai pu tuer une femme qui me semble étrangère, mais qui ne l'est peut-être pas.

Éditions LE LIVRE DE POCHE

Édition originale: Denoël (1974)

etoile Grand Prix de Littérature policière/ roman étranger (1974)

Posté par elleon à 04:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le huitième cercle de l'enfer

de Stanley Ellin

le 8e cercleMurray Kirk est le plus célèbre et le plus riche des directeurs d'agence de police privée de New York.

Murray a tout à perdre en acceptant de s'occuper de l'affaire Lundeen : un flic accusé de toucher des pots de vin des bookmakers de Brooklyn. Lundeen jure qu'il est innocent. Il a gardé une fiancée, la très belle, pure et fidèle Ruth, qui le croit, et il a trouvé un avocat, l'honnête Ralph, qui partage la confiance de Ruth. Mais ils n'ont aucune preuve.

Ils viennent en demander à Murray Kirk. Murray accepte la mission. Mais il ne cache nullement que c'est dans l'intention de démontrer que Lundeen n'est qu'un petit flic véreux. Murray n'a rien contre lui personnellement. Sauf que Lundeen possède quelque chose qu'il veut : l'amour de Ruth.

Éditions FAYARD


Stanley Ellin est l'un des quelques écrivains d'envergure qui jettent un pont entre le roman tout court et le roman policier.


Posté par elleon à 04:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]