08 juillet 2011

Le diable en salopette

de Albert Conroy La moitié du butin. Tel était le prix que l'inspecteur de police Bonner avait exigé et obtenu pour organiser le hold-up de la Banque d'État. C'est que Bonner ne pouvait plus se passer de Peg, le diable en jupons, ou plutôt en salopette, à qui il avait vendu son âme. Elle lui avait fait oublier qu'il était un policier. L'opération montée par un spécialiste de l'autre côté de la barricade ne pouvait pas rater, et ne durerait que sept minutes. Sept brèves minutes, pour toute une vie de plaisir avec Peg... Éditions... [Lire la suite]
Posté par elleon à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2011

Le repos du routier

de Albert Conroy Tout m'accusait. On m'avait vu entrer dans sa chambre et personne ne m'avait vu en sortir. Mes empreintes étaient sur l'arme du crime. Mon imperméable était taché de sang. Je n'avais pas d'alibi. Mon passé d'ancien boxeur, ma réputation d'homme violent me desservaient. Il n'y avait que deux personnes à me savoir innocent. Moi et le véritable assassin. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Pas d'heure pour les braves

de Albert Conroy Mike Savig tira encore. Archie se raidit, puis s'abattit sur le tapis. Il semblait regarder le plafond, en se protégeant la figure de son bras replié. Au même instant, à travers les brumes de son cerveau, Mike perçut le hurlement de la fille. Il tourna vivement vers elle sa tête douloureuse et, aussitôt, le cri cessa. La fille le regardait, les yeux ronds, la bouche grande ouverte. Puis soudain, elle pivota sur ses talons et s'élança vers la porte. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Estouffade à la Caraïbe

de Albert Conroy Colleen se défendait sauvagement. Un des soldats lui tordit les bras derrière le dos tandis que l'autre lui déchirait sa blouse. Puis il porta les mains à la ceinture de son pantalon et commença à le faire glisser sur les hanches de la jeune fille.Gauche Ombre parmi les ombres, Morgan traversa la clairière en rampant et s'approcha d'eux. Il savait qu'il ne pourrait se servir de son automatique un coup de feu alerterait les soldats de Targo. Mais s'il parvenait à s'approcher sans se faire repérer... Éditions... [Lire la suite]
Posté par elleon à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Coup de gomme

de Albert Conroy Le gardien lut à haute voix, sur le registre: "Détenu: Edward Driscoll; visiteur: Norma Leary; parenté: cousine; heure de visite : 13 heures 14." Puis il appuya sur un bouton et la porte du parloir s'ouvrit. Une jeune femme brune, d'une beauté ravissante, se tenait à l'autre extrémité de la salle. Driscoll ne la connaissait pas, il n'avait aucune cousine de ce nom. Mais il se garda bien de protester, car il avait deviné ce qui amenait la belle. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Monsieur la Veine

de Albert Conroy - Dites donc, papa, fit l'auto-stoppeur, puisque vous avez été si chic avec moi, est-ce que ça vous dérangerait d'emmener aussi ma souris ? Lucky se tourna vers lui :  - Je veux bien avoir de la compagnie, dit-il, en glissant prestement la main sous le veston de son passager. Mais pas de la compagnie qui trimbale de ces joujoux-là ! Et il extirpa un calibre 45 de la poche intérieure. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2011

Soldato

de Albert Conroy Pour se venger, il avait enfreint la loi du silence et dénoncé son patron. Ça ne se pardonne nulle part, et surtout pas dans la Mafia. Planqué par le F.B.I. au fin fond de la cambrousse, il s'était cru pénard. Pourtant ces messieurs les tueurs venaient de le retrouver. Il se savait perdu, s'il n'attaquait pas le premier. Mais comment, à lui tout seul, venir à bout d'un "Don" mieux protégé qu'un chef d'état ? Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Refroidissements

de Albert Conroy À la Nouvelle-Orléans aussi, la Mafia règne. Ces hommes que Johnny Morini, "soldato" repenti, s'est mis en tête de liquider. Mais comment s'y prendre, alors que tous à présent sont prévenus, que plusieurs le connaissent, que certains le devinent ? Ah, les noyer, tous, dans les eaux du Golfe du Mexique! C'est faisable, mais il y faudra l'audace de la haine et du désespoir... Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Le grand gâchis

de Albert Conroy La Mafia, c'est un peu comme l'Hydre de Lerne : si on ne lui coupe pas toutes ses têtes d'un seul coup, elles repoussent. Et Johnny Morini, "soldato" repenti devenu le pire ennemi de l'Organisation, s'est mis dans l'idée de décapiter le "monstre" qui régit la Floride. Mais si cet Hercule moderne n'hésite pas, le cas échéant, à se servir de son flingue, c'est tout de même grâce à une manoeuvre toute machiavélique qu'il espère atteindre son but. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Pour rire en société

de Albert Conroy Les Golden Beauties étaient toutes jolies, mais Vicky Gaye était éblouissante. Elle avait quelque chose de royal et se déplaçait en cadence, avec une sûreté et une grâce parfaites, la tête haute, les grands yeux verts aussi bouleversants qu'indifférents. Elle n'était vêtue que de perles... Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]