23 août 2011

Vomito Negro

de Jean-Gérard Imbar

vomito negroUn homme politique d'extrême droite qui détourne à son profit l'héritage d'un fils de famille débile, c'est déjà rare.

Mais un chauffeur-garde du corps nègre qui survit à l'affaire suffisamment longtemps pour la raconter, ça c'est carrément de la pure fiction.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Scoop

de Jean-Gérard Imbar

scoopUn voyeur, mais ce qu'il matait, c'étaient les lessives au napalm et les giclées de F.M., partout où on se bigornait dans le monde.

Un tueur, mais en guise de revolver, il se servait d'un appareil photo. Jusqu'au jour où il entra pour de bon dans la danse de mort car on lui avait fauché sa femme, on voulait lui massacrer son meilleur copain - qui n'était peut-être pas son meilleur copain - il était lui-même traqué, par des truands déguisés en soldats.

Bref, on était en train de lui voler toutes ses illusions. Et un photographe de presse, ça n'en a pas tellement.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ah, ça I.R.A !

de Jean-Gérard Imbar

ah ca iraPrenez un dingue de reporter photo français, faites revenir sur canapé avec un zeste de révolutionnaire féminine, bien roussie. Ajoutez bombes à essence, paras britiches et protestants sadomaso.

Telle est la recette de "I'Irish Stew ": le ragoût à l'Irlandaise, version I.R.A. 1973.

Éditions GALLIMARD

Posté par elleon à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'armoire du fou

de Jean-Gérard Imbar

l'armoire du fouPour avoir proposé à son rédacteur en chef un "coup" sur l'Afghanistan, Viane Marcy passe du jour au lendemain du statut de journaliste de charme à celui de reporter de choc et quitte les allées du pouvoir pour se perdre sur les chemins escarpés de la guerre secrète.

Viane ne sortira pas indemne de sa "collision" avec Vadim Dynine, agent double qui est peut-être un authentique révolutionnaire. Côte à côte, ils lutteront de toutes leurs forces pour enrayer la broyeuse totalitaire toujours en marche qui sacrifie ses enfants et les pays frères à la déraison d'État.

Prise entre totalitarisme et néolibéralisme, Viane, pour s'échapper, n'aura d'autre choix que d'ouvrir... l'armoire du fou.

Éditions FLEUVE NOIR

Posté par elleon à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

IMBAR, Jean-Gérard

1944 - 1999

Biographie

Jean-Gérard Imbar est né en 1944 à Paris. Enfant fugueur, puis adolescent (très) turbulent, il voyage d'abord par personnes interposées en fréquentant la faune cosmopolite du Quartier latin. Plus tard, après un séjour plutôt rude sous les drapeaux et une expérience écologique dans les Cévennes, il part à l'aventure, un fourre-tout de photographe à l'épaule. De l'Irlande du Nord, du Kurdistân, du Moyen-Orient et des USA, il rapportera surtout des images de violence et d'injustice sociale.

Parallèlement à son activité de photographe (très) indépendant, il s'essaye à l'écriture d'un roman noir. << Pour se faire la main, pense-t-il. >> Afin de pouvoir ensuite se lancer dans le reportage complet (textes et photos) et de devenir ainsi encore plus indépendant. Mais les Éditions Gallimard, publient son premier roman Scoop en 1972 et Jean-Gérard Imbar est littéralement entraîné dans un tourbillon de fictions. Romans, scénarios de téléfilms et de bandes dessinées lui volent plus de dix années de vagabondage.

Puis, il reprend les voyages, fait une série de reportages complets sur les sports et la politique à Cuba et continue de s'intéresser à l'Amérique hispanophone, et plus particulièrement à l'avenir de l'île rebelle. Il décède en 1999.

(Sources Fleuve Noir)

~

Résumés

  1. Cocu and Co (Éd. Jean Goujon - 1979)
  2. Les lignards (Gallimard - 1977)
  3. L'armoire du fou (Fleuve Noir - 1997)
  4. Moto casse (Gallimard - 1973)
  5. Vomito Negro (Gallimard - 1993)

~

Série Michel Schwartz, reporter photographe

  1. Ah, ça I.R.A ! (Gallimard - 1974)
  2. Scoop (Gallimard - 1972)

~

Autre titre

  • L'homme de feu

Bonne lecture

Posté par elleon à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Ange, le revenant

de André Fortin

ange le revenantPour les mauvais coups, vous pouvez toujours compter sur Ange. Et tant pis si le nervi du Panier a quelques petits problèmes de santé. Pour passer tranquillement de l'argent et des documents en Suisse, pas besoin d'avoir la forme olympique.

On avait déjà connu notre Ange mouillé jusqu'aux ailes dans une sinistre magouille aux maisons de retraite, le voilà englué dans une triste affaire de malversations immobilières organisée au plan international par un cercle fermé de puissants vieillissants, mais sans scrupules.

Devaient-ils investir à Marseille ? La cité phocéenne et ses notables ne font jamais rien comme les autres. Pas même les mauvais coups.

Éditions L'ÉCAILLER DU SUD


Après Nos meilleurs vieux, Ange le revenant est le deuxième roman d'André Fortin, un magistrat qui, durant sa carrière, a eu l'occasion de croiser bien des affaires et, qu'il prend ici les choses à la légère, on a l'impression que rien de ce qui fait les secrets de cette ville ne lui est réellement étranger.


Posté par elleon à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nos meilleurs vieux

de André Fortin

nos meilleurs vieuxAnge Simeoni est un voyou "à l'ancienne" issu du "vieux quartie " de Marseille, le Panier.

Mais Ange va se retrouver mêlé à une affaire qui dépasse largement le cadre de ses compétences. 

Éditions L'ÉCAILLER DU SUD


Des pots de vin, des tueurs à moto et des délinquants en col blanc, un caïd discret mais redoutable, il y a dans ce premier polar tout ce qu'il faut pour tenir le lecteur en haleine.


Posté par elleon à 06:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un été grec

de André Fortin

un ete grecCe matin-là, ça devait être un paisible départ en vacances, avec femme et enfants, vers le soleil de la Grèce. Mais quand le Juge ouvre le dossier de ce gamin retrouvé noyé dans les calanques, il a la terrible intuition que cela ne va pas être simple.

40 ans plus tôt à Athènes, à l'aube du 21 avril 1967, Marina et Apostolos, jeunes étudiants révoltés, s'aiment fougueusement alors que les chars investissent la ville et la junte, le pouvoir !

L'engrenage des années a fait son œuvre, les bourreaux sont morts, les illusions perdues, mais pour le Juge le doute subsiste encore…

Éditions JIGAL


 Juger un homme ou juger l'Histoire, c'est le terrible dilemme qu'André Fortin aborde ici avec justesse et sensibilité, à travers cette tragique histoire d'amour écrasée sous les bottes de l'Histoire. Un roman bouleversant.


Posté par elleon à 06:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Pitié pour Constance

de André Fortin

pitie pour constancePour le Président et ses conseillers, les arguments sécuritaires ont toujours été des instruments très favorables aux bons sondages… Pour l’ultra-gauche, l’insurrection tant attendue justifie toutes les dérives et plus si affinités…

Constance Sicardi, fille d’un député proche du pouvoir, est l’égérie la plus active d’un de ces groupuscules. Elle vit en communauté dans un village reculé du centre de la France, soutient les grèves, les ouvriers, les occupations d’usine et si nécessaire, le fauchage sauvage de maïs transgénique…

À la fin d’un meeting agité à Marseille, elle est enlevée par un mystérieux commando. Rapidement saisi du dossier, le juge Galtier va, au cours de son enquête, mettre au jour les agissements probables d’un service proche du pouvoir, la Cellule Grise…

Affaire d’État ou affaire classée, le chemin du juge sera semé d’embûches !

Éditions JIGAL


[...] on croise un Président, carriériste, autocrate et imbu de lui-même, puis des barbouzes serviles, de douteuses officines très privées, des députés en mal de glorioles, des « sauvageons » qui en d’autres circonstances, auraient pu faire sauter des TGV du côté de Tarnac… l’ultra-gauche sans doute… On croise surtout un Pouvoir… un Pouvoir fort et prêt à tout, vraiment à tout, pour le garder. Même à en mettre plein la gueule aux autres susnommés : les soi-disant gauchistes précisément. On s’y croirait… Et c’est là que ça devient vraiment effrayant !


Posté par elleon à 06:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Requiem pour le juge

de André Fortin

requiemEn atterrissant par mégarde sur le balcon du Juge Galtier, Ange va ce soir-là, tel l’effet papillon, déclencher un beau pataquès…

Quand l’argent circule à flot, des Émirats aux faubourgs de Marseille, Naples ou Barcelone le chemin le plus court de la fraude et de l’immobilier réunis, passe souvent par quelques paradis bancaires aux accents tropicaux…

Alors quand le juge, un magistrat « à l’ancienne » — comme on dit un voyou « à l’ancienne » avec respect et code d’honneur intégré —, loyal, fouineur et opiniâtre, mais un tantinet frondeur, soulève un peu trop la poussière qui recouvre « certains » dossiers, le Très Haut multiplie les mises en garde, tant la politique a parfois des raisons que la raison ignore !

Mais de temps à autre il suffit d’un juge éclairé pour jouer le rôle de l’empêcheur de tourner en rond… Et il n’en faut parfois pas davantage pour gripper la machine et ébranler l’édifice ! Mais jusqu’à quand ?

Éditions JIGAL


Ce roman est une fiction… Toute ressemblance etc etc […] Et en ces temps où la Justice a parfois du mal à garder ses distances avec les pouvoirs d’où qu’ils viennent, ce roman brutal qui porte avec distanciation les stigmates de son auteur, intègre et soucieux de démocratie, est une vibrante plaidoirie pour l’indépendance de la Justice et contre la suppression du Juge d’instruction !


Posté par elleon à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,