09 juillet 2011

Rhapsodie en rouge

de Nick Quarry En remontant chez Clara, je flairai tout de suite le pépin. La lampe, que j'avais laissé allumée, était éteinte. Je tournai le commutateur. Clara était toujours couchée sur le lit. Ses yeux contemplaient fixement le plafond ; sa langue lui sortait de la bouche et une cravate lui serrait la gorge. Cette cravate, profondément enfoncée dans les chairs blêmes et boursouflées de Clara, c'était la mienne... Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2011

Suivez-moi, jeune homme !

de Nick Quarry - Dites donc, vous connaissez la dénommée Martha De Falco ? - Oui, je viens de la quitter, il y a deux heures à peine. - On a trouvé votre carte dans la poche de son imperméable... Un petit glaçon me glissa soudain tout au long de l'échine : - Qu'est-ce qui s'est passé ? fis-je. - Vous ne le savez pas ? - Allons ! Assez tourné autour du pot ! Qu'est-ce qui lui est arrivé ? - Elle est morte, assassinée ! Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 04:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2011

Une couronne pour le Don

de Nick Quarry Chaque fois que meurt un caïd de la Mafia, il y a toujours un empire à annexer. Les prétendants ne manquent pas: les héritiers directs, les hommes de poids, ceux qui ne le font pas, les outsiders et même les gars qui restent dans l'ombre parce que les flics les y ont mis. C'est déjà très sérieux quand il ne s'agit que de gros sous, mais ça peut devenir sanglant lorsqu'une nénette fait partie du lot. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 04:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2011

Le coin du soigneur

de Nick Quarry - Cette fois, je vous tiens! s'écria-t-elle après avoir refermé la porte. Mais j'étouffe ici, avec cette robe. Dégrafez-moi donc ! Elle me tourna le dos et me présenta une magnifique rangée de boutons. Je me mis à la tâche et, peu après, la robe s'abattait docilement à ses pieds. - Ah ! maintenant au moins me voilà au frais, annonça-t-elle radieuse. - Et moi, dis-je en la saisissant par le bras, je me sens chauffé à blanc ! Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 04:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Le diable en salopette

de Albert Conroy La moitié du butin. Tel était le prix que l'inspecteur de police Bonner avait exigé et obtenu pour organiser le hold-up de la Banque d'État. C'est que Bonner ne pouvait plus se passer de Peg, le diable en jupons, ou plutôt en salopette, à qui il avait vendu son âme. Elle lui avait fait oublier qu'il était un policier. L'opération montée par un spécialiste de l'autre côté de la barricade ne pouvait pas rater, et ne durerait que sept minutes. Sept brèves minutes, pour toute une vie de plaisir avec Peg... Éditions... [Lire la suite]
Posté par elleon à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Le repos du routier

de Albert Conroy Tout m'accusait. On m'avait vu entrer dans sa chambre et personne ne m'avait vu en sortir. Mes empreintes étaient sur l'arme du crime. Mon imperméable était taché de sang. Je n'avais pas d'alibi. Mon passé d'ancien boxeur, ma réputation d'homme violent me desservaient. Il n'y avait que deux personnes à me savoir innocent. Moi et le véritable assassin. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2011

Pas d'heure pour les braves

de Albert Conroy Mike Savig tira encore. Archie se raidit, puis s'abattit sur le tapis. Il semblait regarder le plafond, en se protégeant la figure de son bras replié. Au même instant, à travers les brumes de son cerveau, Mike perçut le hurlement de la fille. Il tourna vivement vers elle sa tête douloureuse et, aussitôt, le cri cessa. La fille le regardait, les yeux ronds, la bouche grande ouverte. Puis soudain, elle pivota sur ses talons et s'élança vers la porte. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Estouffade à la Caraïbe

de Albert Conroy Colleen se défendait sauvagement. Un des soldats lui tordit les bras derrière le dos tandis que l'autre lui déchirait sa blouse. Puis il porta les mains à la ceinture de son pantalon et commença à le faire glisser sur les hanches de la jeune fille.Gauche Ombre parmi les ombres, Morgan traversa la clairière en rampant et s'approcha d'eux. Il savait qu'il ne pourrait se servir de son automatique un coup de feu alerterait les soldats de Targo. Mais s'il parvenait à s'approcher sans se faire repérer... Éditions... [Lire la suite]
Posté par elleon à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Coup de gomme

de Albert Conroy Le gardien lut à haute voix, sur le registre: "Détenu: Edward Driscoll; visiteur: Norma Leary; parenté: cousine; heure de visite : 13 heures 14." Puis il appuya sur un bouton et la porte du parloir s'ouvrit. Une jeune femme brune, d'une beauté ravissante, se tenait à l'autre extrémité de la salle. Driscoll ne la connaissait pas, il n'avait aucune cousine de ce nom. Mais il se garda bien de protester, car il avait deviné ce qui amenait la belle. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2011

Monsieur la Veine

de Albert Conroy - Dites donc, papa, fit l'auto-stoppeur, puisque vous avez été si chic avec moi, est-ce que ça vous dérangerait d'emmener aussi ma souris ? Lucky se tourna vers lui :  - Je veux bien avoir de la compagnie, dit-il, en glissant prestement la main sous le veston de son passager. Mais pas de la compagnie qui trimbale de ces joujoux-là ! Et il extirpa un calibre 45 de la poche intérieure. Éditions GALLIMARD
Posté par elleon à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]